Par Fabio Mini

Il y a quelques semaines, lors d’une apparition à la télévision américaine, la célèbre journaliste Lara Logan a lâché tant de « bombes de vérité » sur un public médusé que les présentateurs du programme ont dû supplier (sur des téléphones internes) pour une pause commerciale. Les « bombes » étaient en fait des choses que les soi-disant complotistes disaient au monde entier depuis longtemps, sauf aux Américains bien sûr.

Outre la rhétorique poutiniste, qui reflète la rhétorique anti-poutiniste, ce qui est étonnant, c’est la réaction du public : une avalanche de compliments pour les vérités non dites, quelques objections, de nombreuses expressions d’admiration pour le courage et tout autant de prières de la part de ceux qui craignent pour la vie de Lara.

Même au pays de la liberté d’expression, si vous dites quelque chose qui dérange les pouvoirs en place, vous êtes mort. La tirade de Lara Logan est plus que cela : c’est un appel clair à la responsabilité du leadership américain dans ce qui se passe en Ukraine. Là-bas, la rhétorique des bons gars et des méchants voyous a explosé, tout comme au Vietnam, en Irak et en Afghanistan, mais pour les Américains qui se sont habitués à l’idée d’être les bons gars, c’est toujours une « découverte » saine mais traumatisante.

Rechercher des traces d’une implication directe des États-Unis dans cette guerre, présentée comme une question subalterne qui ne concerne que la Russie et l’Ukraine et tout au plus l’UE ou l’OTAN et la Russie, est moins difficile qu’il n’y paraît.

Les États-Unis sont présents en Ukraine depuis 1991 et n’en sont jamais repartis. Lorsque l’URSS s’est désintégrée, l’Ukraine s’est retrouvée avec le troisième arsenal nucléaire le plus puissant du monde, après les États-Unis et la Russie. Pas moins de 176 missiles intercontinentaux avec 1240 têtes nucléaires.

Plusieurs dizaines de bombardiers nucléaires stratégiques avec 600 missiles et bombes à gravité et 3000 dispositifs nucléaires tactiques. Les États-Unis et la Russie se sont mis d’accord sur une réduction de l’armement nucléaire et, avec l’idée que l’Ukraine serait toujours dans la sphère d’influence de la Russie, ont décidé d’éliminer tout l’armement nucléaire existant en Ukraine.

À partir de 1992, l’Ukraine a exploité la sensibilité de l’Occident à la question nucléaire et, jusqu’en 1994, elle a continué à gagner du temps et à marchander son adhésion au traité de non-prolifération et la ratification de START. Le démantèlement de chaque silo à missiles coûtait 1 million de dollars (à l’époque) et les États-Unis ont fourni 399,2 millions de dollars pour payer Bechtel Corp. afin de sous-traiter les travaux.

La dénucléarisation a été achevée, du moins sur le papier, en 1996, mais ce n’est qu’en 2000 que les bombardiers stratégiques ont été remis à la Russie en échange d’un allègement des dettes de gaz qui s’étaient accumulées. L’Ukraine a hérité d’environ 30 % de l’industrie militaire soviétique, qui représentait 50 à 60 % de toutes les entreprises ukrainiennes et employait 40 % de sa population active. L’armée ukrainienne a échangé des armes conventionnelles et signé des contrats avec des entreprises commerciales. Les premiers contrats de livraison d’armes à l’Iran, signés à la mi-1992, ont provoqué une réaction négative en Occident (surtout aux États-Unis). Depuis lors, l’Ukraine n’a cessé de produire des armes et de les vendre sur le marché noir à divers pays, toujours sous l’œil attentif des États-Unis, de la Russie et de leurs trafiquants et oligarques.

Depuis la révolution orange de 2004, les États-Unis sont intervenus en Ukraine pour déstabiliser les relations avec la Russie. Les différentes tentatives se sont concrétisées dix ans plus tard avec les incidents de Maidan. L’ingérence est flagrante et il s’agit, en l’occurrence, de l’appel téléphonique de Victoria Nuland – « Fuck the EU ! » – pour révéler qu’elle ne se contente pas de surveiller les événements, mais qu’elle assure une direction politique et opérationnelle. De 2014 à 2022, grâce aux sanctions et à l’aide militaire des États-Unis et de l’OTAN, l’armée a été restructurée, des milices paramilitaires ont été équipées et entraînées, et des laboratoires de recherche biologique ont été installés par des entreprises américaines. Dans une tentative grotesque de faire passer la question des laboratoires pour des fake news, l’équipe Vox Check écrit : « Des laboratoires biologiques américains secrets en Ukraine? Un mythe de la propagande russe. Rien ne prouve qu’il y en ait… Cependant, il existe une coopération entre les institutions ukrainiennes et américaines. Depuis 2005, les États-Unis ont aidé à moderniser les laboratoires ukrainiens, à mener des recherches et à améliorer la sécurité pour prévenir les épidémies de maladies infectieuses dangereuses par le biais du programme de réduction des menaces biologiques. Pendant toute la période de coopération, les États-Unis ont investi environ 200 millions de dollars dans le développement de 46 laboratoires et institutions médicales en Ukraine. Ces institutions ne sont pas impliquées dans le développement d’armes chimiques ou biologiques ».

Et en effet, comme la mutuelle ukrainienne ne s’occupe pas de vaccins mais d’agents pathogènes à haut risque, l’Organisation mondiale de la santé a conseillé à l’Ukraine, le 11 mars dernier (source : Reuters), de détruire ces agents hébergés dans les laboratoires de santé publique du pays afin d’éviter « toute fuite potentielle » qui propagerait des maladies au sein de la population.

Mais la question est que « au contraire, les États-Unis ont lancé un programme visant à empêcher le développement de telles armes. L’Union soviétique avait son propre programme d’armes biologiques. Après l’effondrement, des matières biologiques dangereuses sont restées sur le territoire de l’Ukraine. Le programme américain vise à garantir que ces matériaux ne soient pas volés ou utilisés à des fins autres que la recherche. Jusqu’en 2014, le programme s’étendait également aux laboratoires russes ».

Cependant, ces matériaux laissés par l’URSS soulèvent la question d’autres matériaux soviétiques en Ukraine. L’URSS disposait d’un stock de près de 40.000 tonnes d’agents chimiques neurotoxiques, vésicants et suffocants. Selon certains rapports, le stock total a dépassé 50.000 tonnes, avec un stock supplémentaire de 32.300 tonnes d’agents phosphorés. Quelle proportion de ce stock est restée en Ukraine ?

Officiellement aucune, mais si les armes biologiques sont laissées, pourquoi ne pas laisser aussi les armes chimiques que la Russie et les États-Unis possèdent encore ?

Les traces des États-Unis en Ukraine sont également présentes ici, ne serait-ce que parce qu’elles savent exactement où elles ont abouti. Si l’on devait mesurer l’implication américaine par le nombre de soldats américains sur le terrain, on peut se limiter à compter les soi-disant volontaires parmi les combattants et les contractants étrangers. Le président Zelensky a parlé d’environ 20.000 volontaires du monde entier (y compris des États-Unis).

Bombes de vérité

La « légion internationale » a été intégrée aux forces de défense de l’Ukraine, afin de ne pas tomber dans un vide juridique sur le statut des mercenaires. En fait, nombre d’entre eux sont payés avec des fonds donnés par les États-Unis et l’Europe, ainsi que par des « particuliers ». Le commandant de la Légion géorgienne, M. Mamulashvili, procède depuis avril 2014 au recrutement et à la formation de bataillons composés de professionnels, principalement américains et britanniques. Eante a personnellement dirigé ses bataillons contre les Russes à l’aéroport d’Hostomel, dans la région de Kiev. Si l’on veut ensuite examiner le rôle des États-Unis dans la question ukrainienne à quelques pas de la frontière, on peut en déduire que la « défense » de l’OTAN est peu défensive et très provocatrice. Le Pentagone a repositionné ses troupes avant l’invasion russe. Les 160 hommes de la Garde nationale de Floride (instructeurs) ont été retirés d’Ukraine. Sur les quelque 40.000 soldats américains présents en Allemagne, plusieurs milliers ont été déployés dans les pays voisins de l’OTAN. L’OTAN a déployé 5000 soldats depuis 2014 dans les États baltes et les États-Unis ont envoyé 5000 autres soldats en Allemagne.

La présence américaine dans la cyberguerre est également ancienne. La dernière attaque russe contre le réseau ukrainien de contrôle de l’électricité (8 avril) a été miraculeusement évitée grâce à Microsoft et à la société slovaque Eset. Le collectif Anonymous a attaqué à plusieurs reprises la Russie et s’est entièrement rangé du côté de l’Ukraine. L’origine des membres éphémères du collectif est des plus variées et offre diverses possibilités aux agents de la cyberguerre de se déguiser derrière cette marque. La même opportunité est offerte aux sites anti-russes comme RURansom Wiper et à des dizaines d’autres plateformes formelles et informelles. Les grandes entreprises américaines sont toutes présentes en Ukraine et boycottent et censurent toute communication « indésirable ». Il s’agit d’activités collatérales mais importantes.

Cependant, l’implication la plus importante se situe avec et derrière l’envoi de fonds et d’armes. Le président Biden a porté la contribution américaine à 1 milliard de dollars en une semaine et à 2 milliards de dollars depuis son entrée en fonction. Les nouvelles armes envoyées comprennent des missiles Stinger (800), des missiles Javelin (2000) et des systèmes antichars (6000). Le transfert de véhicules blindés, de technologies et de drones d’autres pays vers l’Ukraine a été autorisé. Beaucoup de ces systèmes ont également besoin de leurs opérateurs et ceux-ci sont normalement fournis par des sociétés militaires privées, qui continuent à recruter du personnel spécialisé.

Avec tout cela, seul un pays délibérément laissé dans l’ignorance peut encore penser qu’il n’est pas impliqué et peut avoir une Pâques paisible.

Faites connaitre notre site, partagez !