astérix

Le billet de Thierry Lafronde

        Qui  n’a pas souri aux aventures de l’intrépide Astérix et de son copain costaud « bas de poitrine » Obélix ? Qui ne s’est pas interrogé sur la recette de cette fameuse potion magique qui leur donnait tant de force et de confiance ? Recette détenue jalousement et secrètement par le barde Panoramix et donnée avec parcimonie et uniquement en cas de péril extrême afin de protéger l’irréductible village gaulois face à la l’invasion romaine. Rappelez-vous : nous étions en 52 avant Jésus Christ …

        Nous avons trouvé cette recette dans une malle perdue dans le grenier d’une ferme abandonnée:
« Mettre dans une grande marmite, si possible en terre cuite, 5 litres d’eau de source, rajouter en petits morceaux tous les légumes de saison en privilégiant ceux de votre région. Couper en jolis morceaux toutes les viandes de pays, en privilégiant celles de cochon élevé au grand air. Saler, poivrer, pimenter généreusement. Épicer avec des aromates de pays, ceux de Provence ou du Languedoc étant plus parfumés et bénéfiques. Mettre à feu doux la marmite et remuer avec patience et attention.

        Rajouter une louche de souvenirs d’enfance, une autre de rêves d’adolescent, de désirs de jeune, de vitalité d’adulte puis de tendresse et de mémoire de grand parent. Mettre une poignée de poésie, une autre de littérature et d’histoires du pays, une dernière de récits d’épopées et de grandes batailles. Celles perdues pour l’honneur ont encore plus de valeur même si leur saveur est un brin amer. Une pincée d’attention, une autre de prudence puis d’amour, plusieurs de fougue et d’énergie afin de “corseter” le breuvage.

        Laisser mijoter dans le temps long qui donne, seul, la valeur aux choses et aux événements. Préparer la table d’amis avec soin et désir de bien faire. Sortir la nappe des grands jours et les couverts de fête. Convier en cercles croissants la famille proche qui est comme une toute première Patrie, puis celle plus lointaine qui a quand même le même sang, les amis sincères tout d’abord, ceux en qui on peut se confier en cas de coup dur, puis ceux plus inconstants mais qui savent rigoler et pleurer aux mêmes récits. Rajouter les voisins, puis les quelques étrangers qui aiment notre pays et ont su adopter ses codes et coutumes. Rester raisonnable : on ne peut accueillir qu’un nombre limité de convives à cette table qui doit garder sa cohérence et son unité.

        Choisir avec attention le vin rouge qui accompagnera le plat principal. Vin de pays, fruit de la vigne et du travail des Hommes, qui réchauffe si bien le corps et l’esprit. Mettre au centre la miche de pain croustillant, pétri et levé au four du boulanger local. En larges tranches rompues à la main il donnera du “coffre à la potion”.

        Voilà : tout est prêt. La Potion fume, ses ingrédients du terroir sont autant de vitamines et de riches calories pour donner force et courage à tous les convives. En temps de crise, elle a permis à Astérix et ses copains de préserver leur civilisation gauloise et art de vivre.  Elle leur a donné la victoire car ils avaient l’essentiel : l’amour de leur pays, le souci de protéger leurs proches, la conviction que leur cause était légitime et qu’elle valait la peine de se battre. Elle fera de même avec nous, par Toutatis !
Faites connaître notre site, partagez !