Les deux phobies du préfet Bousiges !

Préfet Hugues Bousiges

   Monsieur le préfet du Gard a deux phobies majeures : le racisme et les fêtes votives, les secondes étant d’ailleurs à ses yeux la cause ou la conséquence de la première. Pour faire savant on pourrait dire que dans son esprit, les deux sont consubstantielles. Pourtant, sa démarche contre les fêtes n’a pas connu un grand succès en particulier en Petite Camargue, où face à la colère de la population, il avait du faire marche arrière dans sa volonté d’imposer le nouvel ordre moral édicté par le gouvernement, reconnaissant qu’il “n’avait pas les moyens de faire respecter la sécurité dans les fêtes”.

   Aujourd’hui, il semblerait que le préfet, qui n’est pas en tant que tel, élu, veuille remettre le couvert et tenter de briser une nouvelle fois la fierté autochtone. En effet, du 21 au 28 mars se tiendra dans le département, une « semaine de la fraternité et du bien vivre ensemble ». Derrière cette appellation mielleuse qui sent bon son “bobo-gaucho” parisien, se cache en réalité une véritable œuvre de propagande immigrationniste et anti-patriotique doublée d’un endoctrinement de notre jeunesse puisque 1 200 élèves du département ont été sollicités pour participer à cette mascarade idéologique.

   Bien entendu, monsieur Bousiges a déclaré que cette démarche se voulait “sans esprit polémique et partisan”, tout en méconnaissant le racisme anti-blanc ou anti-français. Pourtant force est de constater que les participants sont tout sauf apolitiques que ce soit le philosophe Régis Debray ou l’architecte Roland Castro, tout deux connus pour leurs engagements à l’extrême-gauche ou encore l’ex-footballeur Lilian Thuram, porte-parole de la Repentance qui lors de la coupe du monde de 1998, a voulu faire une photo avec uniquement les « blacks » de l’équipe de France.

   Monsieur Bousiges, vous qui n’êtes que de passage dans le Gard, plutôt que de gaspiller l’argent public pour imposer vos pulsions mondialistes, vous devriez vous préoccuper de l’insécurité galopante dans ce département, sujet qui semblerait correspondre avec les attributs de votre fonction: braquage de commerces, home et car-jacking, violence dans les cars, attaques en règle contre les pompiers et policiers, trafic de drogue dans les rues sans parler du grand remplacement de population…

   En attendant, cette “semaine” proprement dite, avec, en point d’orgue, une conférence de la LICRA, la machine bien huilée par la préfecture (c’est nous qui payons!) s’est déjà mise en route à Vauvert avec des thèmes aussi décalés que “Education contre le racisme” ou “Racisme et immigration” ainsi que le très provocateur “Ni valise, ni cercueil” que nos amis pied-noirs et harkis apprécieront…quoi qu’il en soit, Monsieur le préfet, vos leçons de pseudo-morale sur le multiculturalisme, nous n’en voulons pas !

Nous sommes ici Maîtres chez nous et, que cela vous convienne ou pas, nous avons bien l’intention de le rester.

Autoc Camarguais

Français, européens, camarguais et fiers de l’être! Autocollant de la Ligue du Midi pour la Camargue

Réunion de rentrée nîmoise

Succès pour la réunion de rentrée de la Ligue du Midi à Nîmes. Richard Roudier a fait un bilan des nombreuses actions menées en languedoc depuis 6 mois. On se souviendra notamment de l’action contre la statue de Mao, le soutien à William Vidal et Monique et des mobilisations contre le mariage pour les homosexuels.

Richard Roudier nous dévoilait ensuite quelques grosses actions nationales à venir et insistait sur l’implication militante au quotidien au plus près de nos compatriotes!

Gros succès de la journée d’action pour la libération de William Vidal

Remparts 2 (redim)

   Ce samedi 1er décembre, plus de 30 adhérents de la Ligue du Midi se sont retrouvés en plein cœur de la Petite Camargue pour une journée d’action visant à réclamer la libération de William Vidal, cet Aigues-Mortais de souche condamné cet été, à une peine inusitée de quatre années de prison fermes pour s’être défendu face à la racaille.

   Cette journée s’est déroulée en plusieurs temps. Après s’être retrouvés à Saint-Laurent d’Aigouze, une partie des militants a pris la direction du village du Cailar. Une première action s’est déroulée sur le rond-point à l’entrée du village avec le déploiement de plusieurs banderoles appelant à la libération de William. Les militants se sont ensuite dirigés vers le centre du village pour y rencontrer la population et distribuer des tracts argumentant la décision de la Ligue du Midi demandant désormais la grâce présidentielle pour notre hyper-condamné. L’accueil des habitants fut plus que chaleureux, car tout le monde, ici, a bien conscience que ce qui est arrivé à William peut arriver à chacun d’entre nous et que, plus que jamais, il est primordial de rester solidaires.

   A midi, les membres de la Ligue se sont retrouvés à Saint-Laurent d’Aigouze où une équipe était restée sur place pour préparer le repas et une autre pour confectionner la gigantesque banderole de l’après-midi. Après avoir bu le verre de l’amitié et entonné quelques chants occitans, les participants ont pu goûter quelques spécialités gastronomiques camarguaises comme la saucisse de taureau. Au cours du repas, Richard Roudier, président de la Ligue du Midi, a rappelé que le combat pour l’identité passait par la solidarité envers William Vidal et a expliqué le mécanisme de la grâce présidentielle.

   Cette journée, sous les auspices d’un soleil radieux, s’est terminée en beauté par le déploiement d’une gigantesque banderole « libérez William » sur les remparts de la cité médiévale d’Aigues-Mortes. Soulignons que cette opération qui a regroupé les militants identitaires renforcés de nationalistes et de solidaristes, était suivie par la chaîne de télévision M6, et s’est déroulée sans incident sous les yeux médusés des forces de police.

briefing2

Petit briefing avant l’action…

Préparation banderolle

Les militants à l’ouvrage !

Remparts 3

Libérez William !!!

Aigues-Mortes : exigeons la grâce présidentielle pour William Vidal

   Dans la nuit du 4 au 5 août 2012, à Aigues Mortes, William Vidal a été pris dans une altercation avec une bande de voyous. William, avec sa compagne s’est défendu et a mis en fuite ses assaillants avec une carabine à plombs sans faire pour autant de victime. Immédiatement placé en garde à vue et sans qu’on lui donne la possibilité d’organiser une défense sérieuse par la désignation d’un juge d’instruction, il a été jugé en comparution immédiate et condamné à la peine inouïe de quatre ans de prison ferme, peine jamais prononcée même dans des affaires bien plus graves. Cela fait maintenant quatre mois que William croupit en prison, sans la possibilité d’espérer une libération à court terme.

   Ce Camarguais de souche qui a passé vingt ans de sa vie comme sapeur-pompier volontaire et apprécié de ses concitoyens, est aujourd’hui la victime d’une justice à deux vitesses. Celle-ci emprisonne et condamne à de lourdes peines d’honnête citoyens tout en laissant en liberté des pervers multirécidivistes comme Kamel Bousselat, le kidnappeur et violeur de la jeune Chloé qui vient de sévir avec horreur dans notre département du Gard.

  Alors que madame Taubira, ministre de la justice, ne cesse de clamer depuis six mois, sa volonté de vider les prisons françaises, il serait fort opportun que les autorités politico-judiciaires se penchent sur le cas de William. Aussi, la Ligue du Midi demande aujourd’hui, au président de la République, François Hollande, de bien vouloir accorder à notre Hyper-condamné, la grâce présidentielle. Par ce geste de bon sens, le président de la République, donnerait un signal fort pour tous les Français qui, aujourd’hui, se sentent abandonnés par l’État et la Justice face à l’insécurité galopante.

Libérez William et Monique