Bravo Mr Ménard, et maintenant qu’est-ce qu’on fait ?

Ménard

Le point de vue identitaire : Richard Roudier au
rendez-vous de Béziers

 

Durant ces 3 jours …

J’ai apprécié:
– Les rencontres et les retrouvailles autour des stands.
– La mobilisation des militants et adhérents de la Ligue du Midi qui avaient répondu massivement. En tout, prés d’une soixantaine qui ont pu débattre et échanger entre eux.
– Un grand moment de fraternité avec les militants de la « Manif pour tous » et Ludovine de la Rochère pour partager le verre de l’amitié en fin des travaux.
– Un repas convivial, samedi soir à la campagne, avec des militants biterrois, auquel a participé le valeureux Sébastien.

– La démonstration (in situ) qu’il faut faire confiance au « peuple de droite »: la salle qui scande « Hollande casse toi, ta loi on en veut pas !» au sujet de la GPA et la bronca concernant la proposition d’autoriser le voile sur les voies publiques.

J’ai aimé:
– La liberté de parole dans les tables rondes et le savoir-faire des animateurs qui ont généralement rempli, plus que correctement, leur rôle.
– La qualité des intervenants ; je ne peux les citer tous faute de place, mais je pense à Hervé Juvin, Alain de Benoist et Renaud Camus ; même si je me trouvais d’emblée en désaccord profond avec une minorité d’entre eux.
– L’ouverture des débats par Denis Tillinac le vendredi soir sur le thème des « valeurs de la droite ». C’était vraiment provocateur dans la mesure où pendant des années, Tillinac a tenu le porte-plume de Jacques Chirac, lequel n’a jamais brillé par un positionnement identitaire. Un brin de provocation et un zeste d’impertinence ne font jamais de mal.
– La franchise de Chantal Deslsol, (table ronde culture) qui, à la question d’Alain Lefevre : « avons nous gagné la bataille des idées ?» s’interrogeait pour savoir qui était le « nous » affirmant avec courage , (même si je ne partage pas son point de vue, mais c’est ça le débat…) qu’elle condamnait la sympathie de nos milieux pour Vladimir Poutine, se qualifiant même de pro-américaine.

(suite…)

Béziers : un samedi réussi, mais pour quoi faire ?

Béziers

Un article de caroline Alamachère publié sur Riposte Laïque dont le titre rejoint nos préoccupations.

Aussitôt sortie du train, les nuées de personnalités et de journalistes envahissaient les trottoirs biterrois. L’événement du jour, hormis le lancement du parti « Oz ta droite ! » de Robert Ménard, dont le nom en a laissé dubitatifs plus d’un, était le retard du train, tout le gratin réac et mal pensant s’en trouvant affecté, ce qui n’empêchait nullement sous un soleil radieux une bonne humeur palpable et une jovialité sincère de se retrouver entre gens de bonne compagnie. Jean-Paul Gourévitch me tendit sa main presque machinalement alors qu’on ne se connaît pas, tandis que j’armais mon portable pour immortaliser la scène.

Intriguée, une femme me demanda ce qui se passait tandis que je cherchais mon chemin. Il me fallait arriver au Palais des Congrès sans tarder. Aussitôt traversée la rue, je me suis retrouvée nez à nez avec une mosquée, des voilées, des kamis. Boutiques de caftans, kebabs et autres boucheries halal me laissèrent bouche bée : même mon coin de Seine-St-Denis ne m’offre pas autant d’exotisme au m2.

Passés le traumatisme de me trouver en plein Maghreb avec ses effluves de makrouts, j’arrivai à bon port. Robert Ménard, Ivan Rioufol, Charles Beigbeder, Bruno Mégret, Béatrice Bourges, Guy Millière, Xavier Lemoine, Marion Maréchal-Le Pen et Oskar Freysinger étaient là, entre autres. C’était comme le festival de Cannes mais en moins toc et avec plus de neurones.

(suite…)

Occupation illégale du domaine public : pas de repas communautariste sur les Allées Riquet !

Chariah%20Béziers[1]

La Ligue du midi soutient l’initiative de Robert Ménard, maire de Béziers visant à interdire tout rassemblement à caractère communautariste sur la voie publique. La Ligue du Midi rappelle qu’il y a quelques années  les autorités françaises, via le Conseil d’Etat, avaient interdit les fameuses soupes au cochon des Identitaires servies aux SDF  alors qu’il ne s’agissait pas de  manifestations à caractère religieux. On sait très bien qu’en France,  les autorités savent pratiquer le “deux poids, deux mesures” quand il s’agit de l’islam…

La Ligue du midi

 

Un communiqué de la Mairie de Béziers:

Depuis environ six semaines, une vingtaine de militants, proches de la mouvance islamiste et engagés dans le combat contre l’État d’Israël, occupent illégalement le domaine public de la ville, d’abord sur la place De Gaulle, puis sur les Allées Riquet. Le prétexte est la distribution d’une soi-disant « chorba populaire ». Sitôt informée de cette violation, la Ville a systématiquement et à chaque fois fait dresser un procès-verbal et infligé une amende.

Les chefs de ces militants sont bien connus : Mehdi Roland, Linda Mendy-Hamdani, Omar Khatiri. Tous se sont signalés ces derniers mois par des troubles à l’ordre public  et sont poursuivis à ce titre.

(suite…)

La guerre civile ethnique est-elle évitable ? Probablement pas

Guillaume Faye

 

   La guerre civile ethnique, comme un serpenteau de vipère qui brise la coquille de son œuf, n’en est qu’à ses très modestes débuts. « Nous sommes en guerre » aiment à rabâcher certains politiciens et journalistes. Ils entendent par là, après les attentats de janvier et de novembre : en guerre contre Dae’ch et contre une poignée d’islamistes fanatiques. Non, c’est bien plus grave ; il s’agit, sur le territoire français, d’un affrontement ethnique qui commence entre populations extra-européennes sous la bannière de l’islam et la nation française. (1) Les ”attentats” et tentatives déjouées ne sont que la partie émergée de l’iceberg. La responsabilité de cette guerre civile ethnique dont les flammèches sont allumées incombera à une classe politique et intello-médiatique et à un appareil d’État qui, de manière criminelle, ont laissé depuis quarante ans se déverser une immigration invasive de peuplement inassimilable. Qui sème le vent récolte la tempête.

 

Événements d’Ajaccio : laboratoire du futur
    Événement très symbolique et défi provocateur : quelques jours après la victoire aux élections régionales des nationalistes et indépendantistes en Corse, de jeunes Maghrébins  passent pour la première fois à l’action violente. Ils allument des incendies dans une ”cité ” aux portes d’Ajaccio et y attirent les pompiers dans un guet-apens, les agressent et en blessent gravement plusieurs. Ils les traitent de « sales Corses ! » (Les médias nationaux ont censuré ce dernier point). Le lendemain, des centaines de manifestants corses investissent la cité, criant des slogans comme « Arabi, fora ! » (Arabes, dehors), dévastent un restaurant hallal et commencent à saccager une salle de prière musulmane dont ils brûlent plusieurs Coran, en guise de représailles.  Jusqu’à présent, les ”autochtones” faisaient le dos rond, se calfeutraient chez eux ou déménageaient. Ce scénario action/réaction, agression/représailles, critère sociologique d’un déclencheur de guerre civile, est le premier du genre en France et il fera date.  

 

Tout d’abord, c’est la première fois que les ”jeunes” des cités de Corse tendent un guet-apens aux pompiers – symboles, comme la police, des autorités françaises détestées – pratique pourtant courante sur le continent où 1.600 pompiers ( !) ont été agressés en 2015.  C’est aussi la première fois en France qu’on assiste à des représailles des populations de souche exaspérées, tant par le comportement des jeunes musulmans que par le laxisme d’un État qui ne les protège pas. (suite…)

Béziers ne sera pas Beyrouth : dissolution de la milice musulmane !

Chariah%20Béziers[2]

Communiqué de la Ligue du Midi

 

  A Béziers, des musulmans ont assuré la « protection » de la messe de Noël célébrée dans une église du quartier de la Devèze. Une véritable farce servie aux médias qui se sont empressés, en bons serviteurs, de relayer cette action de communication dont l’unique objectif était de cacher une toute autre réalité, celle des églises profanées régulièrement par les barbares et protégées aujourd’hui -enfin- par nos militaires face aux dangers du terrorisme islamiste.

 

    Dans la ville de Robert Ménard, tous les acteurs de la bien-pensance se sont empressés de saluer cette opération sans même se demander quelle en était la véritable signification. Alors même que la création d’une “Garde Biterroise” avait provoqué une levée de boucliers de la part des « autorités morales », celles-ci, prétendant diriger nos consciences et nos agissements, applaudissent à l’apparition de ce qui est une véritable milice musulmane.

 

    La guerre du Liban – démonstration éclatante que multi culturalisme égale multi racisme– avait commencé de cette façon, par le contrôle de milices communautarisées sur les entrées et sorties des populations de certains quartiers de Beyrouth . Puis vint  l’attaque d’un car de transport scolaire qui fit plus de 20 morts. On connait la suite…

(suite…)