Hypothèse d’un effondrement de régime : la question de la reprise du pouvoir

Hypothèse d’un effondrement de régime : la question de la reprise du pouvoir

effondrement de régime

 

Le point de vue de J-M Darqué

 

 

Quand une partie de la vérité sort enfin de la bouche de l’un des tenants du système : c’est bien le Ministre de l’Intérieur démissionnaire, socialiste et maçon, qui après avoir « vu et visité » est enfin publiquement convenu de ce que nous disons tous :

« Le terme de reconquête républicaine prend, dans ces quartiers, tout son sens. Parce que oui aujourd’hui, c’est plutôt la loi du plus fort qui s’impose, [celle] des narcotrafiquants, des islamistes radicaux, qui a pris la place de la République »

« Je crains que demain, on ne vive plus côte à côte mais face à face »

 

Globalement l’analyse historique nous indique que le libéralisme global est sur ses fins

 

Quelle meilleure contribution pour nous conforter et introduire ce qui suit ?

En effet, nous savons, nous, que la situation est déjà bien pire et que nous sommes déjà face à face dans une guerre ethnique et religieuse ouverte ; pour le moment encore de basse intensité, mais dont il est inéluctable qu’elle empire.

Comme le communisme en son temps, le libéralisme global est sur ses fins et l’analyse historique nous autorise à envisager un collapsus général. Si le communisme s’est effondré dans un souffle sans pratiquement de violences, le capitalisme en revanche comme il l’a toujours fait, purgera sa crise majeure dans la guerre et la destruction de valeurs.

C’est donc très probablement ce à quoi il va falloir faire face. En effet, comme il l’a toujours fait, le libéralisme global précipitera les peuples dans la guerre, les abandonnant dans le chaos afin de masquer sa responsabilité et créer les conditions de son rebond. C’est ce qui est d’ores et déjà engagé et que nous voyons se déployer sous nos yeux.

 

C’est dans cette perspective historique que nous considérerons ici le cas particulier de la France

 

Le régime actuel porte les raisons de sa faillite, il en sécrète lui-même les facteurs.

  • Perte de légitimité du pouvoir.
  • Pourrissement de la classe politique et de la haute administration.
  • Faillite des partis politiques incapables de produire des idées et pire d’attirer et de sélectionner des personnalités de valeur, alors que ce sont leurs seules raisons d’être. On n’y retrouve plus que des escrocs, des délinquants sexuels, des arrivistes, des saltimbanques, des aventuriers ou des insuffisants. Il n’y a plus aucune vertu dans ces milieux.
  • Abandons de souveraineté à des instances incontrôlables (commission européenne, BCE)
  • Délocalisation des activités industrielles, désindustrialisation, délabrement du tissu productif local.
  • Ruine de l’agriculture.
  • Ruine des classes moyennes.
  • Hyper concentration et toute puissance de la finance laissée sans contrôle, mais contrôlant l’État.
  • Abandon des frontières.
  • Volonté de détruire la culture et la nation françaises.
  • Submersion migratoire organisée.

 

Convergence des crises

 

Tous ces éléments se combinent et s’enveniment et nous conduisent vers une crise majeure qui laissera le pays dans l’affrontement civil et très probablement face à l’insurrection des multiples micro califats qui se développent en peau de léopard partout sur le territoire national.

L’État central est déjà totalement impuissant à rétablir la paix civile dans le contexte actuel pourtant encore de basse intensité. Il sera totalement incapable de réagir en cas d’aggravation tragique. Or les choses ne peuvent qu’empirer. Il semble bien que ce soit désormais irréversible.

La question n’est plus de savoir si cela se produira, mais quand. En effet, le scénario de crise prévu par les mondialistes pour la France est la guerre inter-ethnique et la relégation finale de notre peuple, historiquement trop porteur de volonté, de résistance et de liberté – relégation après partition territoriale.

 

Le temps des actions partielles de réforme ou de retardement est révolu

 

Face à de tels périls, face à une telle tragédie, toute action de réforme partielle est insuffisante et condamnée à l’échec. Cependant, si l’État central se délite, il tient encore toutes les commandes intérieures du pays et donc toute sa capacité de nuisance.

Le système a déjà digéré toutes les oppositions conventionnelles dans le champ électoral.

Concentrant tous les pouvoirs et produisant des lois de plus en plus liberticides, il opprime les dissidents et pourchasse toutes les oppositions réelles. Nous sommes entrés dans un totalitarisme de moins en moins mou, de plus en plus dur. La psychiatrisation des opposants, nous fait penser aux pires heures de l’ère BREJNIEV, tout comme le contrôle de la parole et la répression féroce des expressions déviantes. Totalement inédite jusqu’ici, la psychiatrisation à décharge des jihadistes est une des preuves de l’impuissance et du déni de la part d’un pouvoir condamné au mensonge, incapable d’assumer les conséquences de ses actes. Donc en réalité très faible, mais néanmoins toujours nuisible.

 

Réformisme et électoralisme sont des culs de sac

 

Tout ce qui a pu être tenté dans le cadre d’une gestion consensuelle l’a été, en vain. Il n’y a qu’à voir le résultat des politiques réformistes du passé, elles ont toutes convergé vers le renoncement, le compromis, acceptable devenu inacceptable, la soumission. Oui, le réformisme est bel bien un cul de sac.

Il semble bien qu’il en soit de même de l’électoralisme. Le pays est maintenant trop divisé, trop communautarisé et les fractures qui le parcourent sont irréconciliables. Surtout, les électeurs écœurés ne se rendent plus aux urnes. Enfin, le système électoral est complètement verrouillé de l’intérieur. Il est impossible de prendre le pouvoir par les élections sans s’allier avec des libéraux et donc sans s’édulcorer. Ainsi, il n’y aura jamais d’union des droites électoralistes sur un programme orienté vers la remigration, ni vers ce qu’il va falloir réellement faire.

 

La remigration seule solution

 

Pourtant, la seule solution pour empêcher notre disparition (relégation) est la remigration, consentie et négociée si on le peut, imposée s’il le faut. Il n’y a pas d’alternative. La partition du territoire envisagée en secret par les commanditaires du pouvoir actuel (mais finalement fuitée par HOLLANDE) n’est pas envisageable pour nous. Il est hors de question que nous finissions dans des bantoustans de blancs cernés par des masses allogènes sur notre propre sol, avec casques bleus interposés. S’il y a bien un droit du sol, c’est celui du peuple autochtone et celui-là seul.

Or il ne se trouvera probablement plus de majorité électorale pour faire ce qu’il va falloir faire c’est à dire :

  • Conduire la remigration de manière négociée ou imposée,
  • Purger les élites,
  • Rouvrir le champ démocratique.

 

Il s’agit là d’une tâche d’ampleur historique qui ne pourra pas s’accomplir dans le cadre d’un mandat de gestion courante. En effet, l’Histoire est entrée dans le tragique et ce qu’il va falloir faire sera exceptionnel. Ce qu’il va falloir assumer est trop radical pour recueillir un consensus électoral en l’état de division de l’opinion et surtout en l’état de la destruction des mentalités. C’est définitivement terminé. Se laisser aller à croire que les choses vont s’arranger d’elles-mêmes est une faiblesse. Il n’y a plus de solution facile ou sans douleur. Inutile de se bercer d’illusions. Seul un choc historique rouvrira le jeu.

 

Les partis électoralistes de droite : cimetière des énergies

 

On peut reprocher aux partis de droite et d’extrême droite d’avoir stérilisé les énergies dans l’électoralisme. Ils portent une responsabilité historique dans la situation actuelle ; en particulier le père Le PEN qui par ses dérapages irresponsables a rendu infréquentables des idées pourtant justes. La diabolisation est irréversible, la dédiabolisation impossible ; sauf à se dissoudre dans le libéralisme global. Certes une immense attente existe mais elle ne trouvera pas de réponse à temps et ceux qui placent encore leurs espoirs dans un succès du RN ou dans l’émergence d’une droite dure en seront encore pour leurs frais et la France avec. En attendant, d’échéance en échéance les compteurs tournent et la submersion avance à un rythme dramatique. Bientôt nous ne pourrons plus réagir sous le poids du nombre. Il n’y a plus d’échappatoire, plus d’atermoiement possible.

 

Solution électorale vs solution de reprise du pouvoir à l’occasion d’un événement favorable

 

Dès lors que l’on se fixe comme objectif la remigration, on doit se demander quelle est la solution la mieux à même pour y parvenir. Attendre de trouver un improbable consensus électoral majoritaire ou bien spéculer sur un événement historique et sur une reprise du pouvoir en situation de crise extrême ?

Qui peut encore sérieusement croire dans une solution électorale ? Dès lors ne faut-il pas envisager un autre scénario ?

Personnellement, je pense qu’il faut sortir de l’illusion électorale et au moins préparer un « plan B ».

 

L’analyse historique nous assure du collapsus final du régime actuel

 

Cependant, l’analyse historique nous ouvre de très grands espoirs. Ainsi, on peut se fonder sur le retour d’expérience de la fin du communisme et des crises précédentes du capitalisme. Pour ceux qui s’en souviennent, le communisme c’était la fin de l’Histoire, les choses étaient définitives. Pourtant, le communisme s’est effondré dans un souffle et pratiquement sans violence sous le poids de ses propres contradictions et sous l’émergence irréfragable de la Vérité. Soljenitsyne l’avait annoncé, le grand pape polonais a dit ‘’n’ayez pas peur’’ et le mur est tombé.

De la même manière, le libéralisme global va s’effondrer, et exactement pour les mêmes raisons ; s’agissant de deux idéologies matérialistes contraire à la nature humaine et donc obligées de la tordre pour la soumettre. Or, la nature humaine ne peut pas être soumise par l’idéologie, elle va resurgir, elle va se rebeller. Elle se relèvera du libéralisme global comme elle s’est libérée du communisme. La nature profonde du peuple de France ne peut pas être soumise, toute notre Histoire l’a démontré.

 

L’échéance historique approche

 

Nul ne peut écrire la date avec certitude, mais la convergence des crises nous rapproche de l’échéance finale. Comme il a été dit en introduction, cette fois-ci, la différence historique sera la guerre et le chaos.

Comme en 39 ou en 58 et même en 68, le scénario le plus probables est que dans le chaos qu’elles auront provoqué, les élites abandonneront le peuple laissant le pouvoir dans le ruisseau.

Y a t’il ici quelqu’un qui imagine MACRON (son successeur issu du suffrage universel ou n’importe lequel de ses prédécesseurs récents) tenir plus d’une semaine en cas de crise intérieure grave ?

Par conséquent, dans cette perspective, la seule question qui se pose est celle de la reprise immédiate du pouvoir quand il sera tombé dans le ruisseau.

 

La question de la reprise du pouvoir

 

Dans ces circonstances, les éléments les plus déterminés doivent se préparer à surgir et à s’emparer des commandes lorsque le pouvoir central s’effondrera et que la crise majeure le submergera.

Face à l’impossibilité d’y arriver à temps par la voie électorale et face à la très grande probabilité d’une crise majeure, nous devons concevoir un plan B et nous préparer à la reprise du pouvoir hors élections et à la faveur d’un collapsus du pouvoir central.

En effet, l’expérience historique démontre que les élites ont toujours fui et abandonné le pays quand les choses allaient vraiment mal. Ainsi, c’est bien une majorité de socialistes et de libéraux qui s’est empressée de remettre le pouvoir au maréchal PÉTAIN dans la débâcle, c’est bien la IVème république socialiste et libérale qui a abandonné le pouvoir permettant l’arrivée du Général De GAULLE par un coup d’état en creux. C’est bien le même De GAULLE qui s’est enfui à Baden Baden en 68 et que MASSU a dû remettre dans l’hélicoptère direction Paris.

 

Incidence historique

 

En 68 il s’en est fallu d’un rien que le pouvoir ne bascule. La Vème république ne s’est maintenue que parce que les communistes conscients du risque pour leur idéologie que représentait le triomphe de la révolution libérale libertaire ont refusé de faire la jonction avec les étudiants. Paradoxalement, ce sont les communistes antilibéraux qui ont sauvé le pouvoir de la révolution libérale libertaire ; leur disparition ultérieure ouvrant finalement le cycle du triomphe du libéralisme global devenu sans contre-pouvoir.

Ce cycle s’achève, nous sommes en train de le voir.

 

Appel à l’unité et à une doctrine d’action commune

 

Conscients d’un danger de crise majeure, de nombreux groupes de résistants et de patriotes se créent partout dans le pays hors champ électoral. Pour le moment en ordre dispersé et sans doctrine d’action commune. En particulier sans doctrine de reprise du pouvoir dans le chaos ; le suffrage universel et le légalisme républicain restant toujours pour beaucoup l’horizon indépassable de l’action politique.

Ces groupes sont en train d’apprendre à se connaître. Il leur reste à découvrir les ressorts de l’action politique en dehors du champ électoral. Ils doivent savoir que le succès de l’action politique hors champ électoral (c’est à dire subversive et/ou révolutionnaire puisqu’il n’y a pas d’autre alternative) ne dépend pas nécessairement du volume, mais de la densité et de la vitesse de l’action.

 

L’affaire Médine une preuve de notre force, une preuve de leur faiblesse

 

Le succès qui nous a permis de faire reculer le pouvoir lors de l’affaire MÉDINE en est la preuve. Ce premier succès d’une minorité activiste très déterminée, appuyée sur un mouvement d’opinion qu’elle a su incarner, doit nous donner confiance et nous faire comprendre que ceux d’en face ne sont pas des surhommes, qu’ils ont des fragilités énormes et que surtout ils ne tiennent que parce qu’ils ne sont pas encore soumis à une très forte pression.

 

Appel à la convergence de la doctrine d’action

 

Ces groupes doivent se reconnaître, se fédérer, s’organiser, unifier leur doctrine d’action et converger vers le même objectif politique :

  • La reprise du pouvoir en situation de crise extrême.
  • L’arrêt du bain de sang déjà largement engagé sur notre sol. (Déjà des centaines de morts, encore plus de blessés et la valse quotidienne des poignards.)
  • La mise en place d’un pouvoir fort en période d’exception.
  • Le rétablissement de la paix civile.
  • La purge des élites.
  • La mise en œuvre de la remigration.
  • La réforme profonde des institutions
  • À terme une fois la crise purgée, la réouverture du jeu démocratique dans une autre perspective que celle de la démocratie participative. (Plus d’exclusivité des seuls partis politiques dans la médiation vers l’universel)

Nous devons oublier toutes les divisions du passé, dépasser les clivages doctrinaux ou religieux qui sont désormais du second ordre, abandonner les querelles d’égo qui nous ont toujours divisés.

Nous devons prendre la convergence des crises comme une chance historique. Nous devons considérer que l’Histoire est de nouveau entrée dans le tragique, et qu’elle va nous livrer un événement historique favorable. C’est alors que dans le chaos, les résistants devront surgir en bloc pour canaliser la pression finale, s’emparer du pouvoir et faire le nécessaire.

Pour les plus craintifs, on rappellera que Boris ELTSINE a arrêté un bain de sang en ex URSS en montant sur un char T72, en costume cravate et simplement armée d’un mégaphone.

 

Le peuple en attente d’ordre

 

Le peuple de France est en attente d’ordre et de cohérence, de sécurité et de remise en marche de la société.

Nos concitoyens ne seront pas tous des acteurs de l’événement historique qui s’annonce. En revanche, ils ne s’opposeront pas majoritairement au mouvement, seulement peut-être à la marge et de manière anecdotique. Leur attentisme nous laissera le champ libre. Lorsque nous lui aurons expliqué ce que nous serons venus faire, le peuple de France ne nous barrera pas la route.

 

 

Nombreuses sont les incertitudes et rares sont les garanties. Il va falloir que nous sortions tous de nos zones de confort et que nous unifions notre doctrine d’action. Il n’y a plus d’autre choix.

Calais : préfiguration de la France périphérique

Calais : préfiguration de la France périphérique

Le billet de Colette Mercier

 

Regardez bien ce qui se passe à CALAIS depuis des décennies, vous y verrez en concentré la préfiguration de ce que sont déjà en train de devenir les villes moyennes de la FRANCE périphérique.

Pas de zones refuges pour les français de souche

 

Les furieux qui veulent notre disparition organisent la submersion migratoire jusque dans les moindres recoins du pays pour qu’il n’y subsiste aucun point de fuite ou de regroupement ethniquement homogène pour nous. Le bourrage se fait à marche forcée, partout les collectivités territoriales sont sommées de recenser les établissements et logements vacants pour y loger les migrants. Toutes les petites villes de FRANCE sont concernées, pas une n’y échappe. Le constat est aveuglant, les choses sont allées à une vitesse extraordinaire, la puissance de l’État a réalisé en quelques mois un mitage forcé de tout le pays, jusque dans les zones rurales les plus reculées – et ce n’est pas fini.

Pas de zones refuges, pas de zones intactes pour la population d’origine. Submersion forcée partout, telle est la politique que l’on voit à l’œuvre. Il ne s’agit pas d’une thèse complotiste, pas d’un ‘’sentiment d’insécurité’’. Non, c’est simplement la triste réalité qu’il nous faut appréhender.

périphérique

Le « Monde » de ce jour : « paisibles » migrants armés de bâtons à Calais

Finalisation de la submersion par le regroupement familial

 

Pour le moment, ce ne sont que des hommes jeunes arrivés seuls. Cette première vague a été incrustée de force partout, dispersée sur tout le territoire, pour le moment par petits paquets. Aucun n’est expulsé, tous, absolument tous, sont régularisés de fait, car aussi bien les lois européennes que nationales sont faites pour rendre la remigration rare, voire impossible.

Une fois cela fait, quand le bocal sera bien plein, vous verrez arriver toute la smala qui va suivre. Ce sera alors la phase du regroupement familial. Les épouses, les grappes d’enfants, les vieux, les cousins, les oncles, les tantes, les neveux. Quand on sait ce qu’est la famille africaine élargie, on mesure que pour un qui rentre aujourd’hui ce sont plusieurs dizaines qui suivront. Le calcul est très vite fait, ce seront des millions. Ne pas vouloir le voir maintenant c’est se condamner à devoir le subir plus tard.

 

La FRANCE périphérique zone de fixation massive de ces populations

 

Contrairement à ce que l’on dit, il n’y a pas de pénurie de logements en France. Simplement les logements vacants ne sont pas aux bons endroits. Il n’y a plus de capacité de logement dans les grandes métropoles qui d’ailleurs ne souhaitent pas fixer davantage de populations exogènes, elles ont déjà leur quota. Y construire massivement des logements serait trop cher. En revanche, les petites villes, qui se meurent, regorgent de logement vides, sans compter les résidences de loisir dans les stations touristiques. Le bon parti pour le pouvoir remplaciste c’est de remplir les logements inoccupés dans la profondeur du territoire. C’est exactement ce qui est en train de se produire.

 

Pas de zones refuges, pas de zones à défendre

 

Une fois cela fait, les populations seront tellement intriquées que ces zones seront impossibles à défendre. De surcroît il n’y a quasiment plus dans ces villes que des retraités et des personnes âgées qui seront placés en face de populations vindicatives et violentes en pleine force de l’âge -on peut intégrer dans ce dispositif les nouvelles lois sur l’euthanasie-.

 

Une confrontation dramatique

 

On mesure alors ce que sera le sort des français âgés et laissés sans défense qui n’auront pas pu (ou pas su) s’organiser pour se protéger par leurs propres moyens.

On le voit à CALAIS, l’État n’a pas la volonté de défendre la population de souche. D’ailleurs quand bien même il le voudrait, il n’en a plus les moyens depuis bien longtemps. CALAIS préfigure la confrontation dramatique que nous aurons à assumer d’ici très peu de temps partout dans les petites villes de la FRANCE périphérique. Nous sommes mis brutalement et massivement en présence de gens venus nous conquérir qui n’ont ni les mêmes mœurs ni la même culture que nous. La barbarie et la loi du plus fort seront la règle, l’affrontement sauvage sera inéluctable. Pas sûr que nous ayons le dessus.

 

La question urgentissime de la prise du pouvoir

 

Nous arrivons à un moment de notre Histoire où tout va se simplifier. Tout le monde le sait, la solution n’est plus dans les élections. La solution n’est pas non plus dans le réformisme, les choses sont trop abouties, le travail fait par nos adversaires est trop avancé, plus rien n’est réformable par le consensus démocratique. Or rien ne pourra se faire sans détenir le pouvoir dans le pays.

Par conséquent, la seule question sérieuse qui se pose et celle de la prise du pouvoir et de ce qu’il faudra en faire. Il est évident que cela ne résultera pas d’un consensus démocratique impossible à obtenir en l’état de division du pays. Il est évident que ce qu’il y aura à faire sera extrêmement difficile et sans doute très violent. La remigration ne se fera pas de manière consentie ou alors il aura fallu imposer au préalable un rapport de force qui facilite le consentement et les départs massifs. Ce rapport de force ne se fera pas dans la facilité, il faudra l’assumer.

La seule question qui se pose aux leaders de notre camp est la suivante :

Comment prendre le pouvoir alors que le jeu électoral est totalement verrouillé de l’intérieur et que faire ensuite dans l’urgence extrême ?

Tout le reste n’est que vaticination…

Une communication de Rémy Gration (Suite et fin)

Une communication de Rémy Gration (Suite et fin)

Renaud Camus à la Fête de la Ligue du Midi

… “De toutes les fondamentales remises en question de partis, c’est celle du Front national évidemment, qui nous concerne de plus près. J’y vois personnellement une chance. Le Front national, c’est à mes yeux une hypothèque levée. Il est temps désormais de passer outre. À cause du divorce en son sein entre les militants et les sympathisants, d’une part, sa direction d’autre part, ce parti a constitué plus qu’autre chose, ses dernières années, un obstacle et un frein à la prise de conscience de notre peuple. La résistance à l’invasion, le refus de l’occupation, la lutte pour la décolonisation, il ne veut pas les assumer. Dont acte, grand bien lui fasse. Comme c’est pour nous tout ce qui compte vraiment, il va falloir désormais nous passer de lui. Au moins c’est clair. Ne perdons pas plus de temps, il nous en a déjà fait perdre assez, à tâcher de louvoyer entre acceptation du statu quo (qui nous fait horreur) et espérances électorales, dont nous savons désormais qu’elles sont vaines, et qu’elles le seront de plus en plus.

Deux modèles s’offrent à nous. L’un est tout naturel, il vient de notre propre histoire, il est emprunté à la précédente occupation, c’est celui de la résistance. L’autre vous surprendra sans doute davantage, et risque même de vous choquer. C’est la lutte anticoloniale. Souvenez-vous que les indigènes, cette fois, et malgré les usurpations de titre par l’occupant, c’est nous. Et nous sommes bien plus colonisés, cent fois plus, que nous n’avons jamais colonisé. Si je devais être plus précis, au risque de vous choquer encore davantage, et, plus grave, éventuellement de vous peiner, je donnerais comme exemple l’Algérie, dont nous aurions tout intérêt à imiter l’attitude, aujourd’hui ou au siècle dernier.

Aujourd’hui l’Algérie qui nous impose tant de ses fils, oppose une ferme résistance à l’invasion de son territoire par les migrants sub-sahariens, qui sont très mal accueillis chez elle, car le peuple et les gouvernants, là-bas, sont parfaitement conscients des enjeux véritables de l’immigration de masse : ils ne veulent pas être conquis comme ils sont en train de nous conquérir. D’autre part, il y a plus d’un demi-siècle, quand l’Algérie a conquis son indépendance, elle a considéré, et le monde entier a considéré avec elle, qu’elle ne serait jamais vraiment libre tant que demeurerait sur son sol un dixième de sa population qui était étranger à sa culture et à ses traditions ; et cela même si ces colons étaient installés là-bas depuis bien plus longtemps que ne le sont en France nos actuels colonisateurs. Cette remigration auquel je dois mon nom, c’est l’Algérie qui nous en donné l’exemple le plus clair et le plus retentissant. Souvenez-vous : la valise ou le cercueil, et ces massacres dont on ne parle jamais parce que l’histoire remplaciste est une poule qui picore les seuls grains qui lui siéent. Je ne recommande certes pas d’imiter ces violences et cette brutalité : excellente occasion, au contraire, de montrer la différence entre les civilisations. Il reste qu’aucune décolonisation ne s’est jamais opérée sans le départ du colonisateur.

Aucune libération n’est jamais survenue sans le retrait de l’occupant. Et si l’on me demande qui est l’occupant je réponds que c’est celui qui se considère comme tel, et qui se comporte comme tel. Il devra partir. Nous devons être parfaitement clairs sur ce point.

Nous devons d’ailleurs être clairs sur tous les points, affirmatifs et résolus. On ne s’oppose pas à des conquérants déterminés et sûrs d’eux par des tergiversations, des finasseries et des accommodements en retrait : sinon se multiplieront les trahisons et les conversions auxquelles on assiste déjà. Les peuples, et surtout leurs individus les plus faibles, préfèrent appartenir au camp des envahisseurs convaincus qu’à celui des envahis ratiocineurs, et qui prétendent pour gagner du temps qu’ils ne le sont pas — envahis, je veux dire : or nous le sommes, et nous ne voulons pas le rester.

Je ne comprends pas ceux qui parlent de guerre civile. Il n’a jamais été question de guerre civile. Un combat de libération coloniale, ou de libération tout court, n’a jamais été une guerre civile. Pour qu’il y ait guerre civile il faut qu’il n’y ait qu’un seul peuple. Or il y en a au moins deux si ce n’est davantage, malgré les illusions entretenues par les uns et les autres, y compris, à mon grand regret, par la direction du Front national : il y a les envahisseurs et les envahis, les conquérants et les conquis, les colonisateurs et les colonisés. De tous les mots menteurs, et ils le sont tous, il n’y en pas de plus menteur que “français”. Il n’y a pas de djihadistes français. S’ils sont djihadistes, ils ne sont pas français. Il n’y a pas de terroristes français. D’ailleurs il n’y a pas de terrorisme. Il y a un occupant, qui de temps en temps exécute des otages, comme l’ont toujours fait tous les occupants. Il n’y a pas là matière à guerre civile, même s’il y a aussi les collaborateurs et les traîtres et s’ils sont, cette fois, particulièrement nombreux : c’est le parti des remplacistes, et il est au pouvoir depuis des lustres, avec ses journalistes et ses juges.

Je conteste “civile”, donc, et je ne tiens pas non plus à “guerre”, il va sans dire. J’aimerais mieux mille fois l’éviter, même, quoique je la préfère à la soumission. La seule chance de se la voir épargner c’est de constituer en se rassemblant une force telle que nous n’ayons pas besoin de nous en servir. Il y a des années que Renaud Camus s’y emploie, sans grand succès semble-t-il trouver. Je ne peux que reprendre ses initiatives dans un contexte à présent plus favorable, maintenant que deux hypothèses encombrantes sont dépassées, et ont été dépassées ensemble, les élections et le Front national. Il ne faut pas un nouveau parti, il faut un Conseil National de la Résistance. Je suis bien sûr à sa disposition, Renaud Camus l’est aussi je le sais, mais il doit être aussi large que possible. Même le concept d’Union des droites n’est pas suffisant. La lutte pour la libération du territoire n’est ni de droite ni de gauche. Le combat antiremplaciste non plus, et même il serait plus de gauche que de droite, il me semble. De toute façon, encore une fois, l’enjeu n’est pas politique, ce serait beaucoup trop, peu dire. Il s’agit du salut de la patrie, et de la survie de notre peuple. Et comme dirait Renaud Camus, que je remercie de m’avoir prêté sa voix : Unissez-vous ! Révoltez-vous ! Pour ma part je suis déjà dans la subversion, et même dans la clandestinité. Ma déradicalisation a lamentablement échoué : j’ai découragé tous les hamsters”.

Une communication de Rémy Gration (1ère partie)

Une communication de Rémy Gration (1ère partie)

Renaud Camus à la Fête de la Ligue du Midi

“ Mes Chers Amis, vous imaginez bien mon regret très vif de ne pouvoir être parmi vous. Vous connaissez la situation, vous comprenez mes raisons. Je ne peux jamais être là où l’on m’attendrait, ni même montrer mon visage. Ayez confiance en moi, je suis avec vous, je suis vous. Mais nous allons devoir désormais procéder par l’absence, le silence, la disparition, l’invisibilité ; et quelquefois aussi l’évidence, le coup d’éclat, le geste emblématique, le mystère en pleine lumière. De toute façon, le temps de la politique est fini.

Notre ami Renaud Camus a bien voulu se charger de vous lire ce message de ma part, et je l’en remercie chaleureusement. Il avait intitulé un livre d’entretiens, il y a six mois, il y a des lustres, “2017, Dernière chance avant le Grand Remplacement”. Je crois qu’il voulait dire dernière chance politique, justement. Il faisait allusion à l’élection présidentielle. Et en effet, maintenant, c’est fini. Cette chance ultime, nous l’avons laissée passer, bien bêtement, à mon avis, et elle ne se représentera pas. Il serait totalement vain de placer notre espérance en 2022 : d’abord parce que c’est trop loin ; deuxièmement parce que le résultat serait le même, en pire ; troisièmement parce qu’il est absurde d’espérer gagner à un jeu où l’adversaire a pris la précaution de s’assurer toutes les cartes et d’établir toutes les règles à son seul profit.

Le peuple de rechange, les remplaçants, pour parler comme Camus puisque c’est lui qui vous parle pour moi, est désormais assez nombreux pour arbitrer toutes les élections : peut-être pas tout à fait encore pour s’assurer directement le pouvoir, mais assez, bien assez, pour choisir ceux qui vont l’exercer et qui, de ce fait, lui devront tout. D’autre part, les remplacistes, ceux qui veulent le changement de peuple et surtout qui promeuvent l’homme remplaçable, la matière humaine indifférenciée, parce qu’elle est seule conforme à leurs intérêts, ceux-là exercent une dictature telle qu’on n’en a jamais vu depuis que le monde est monde. Elle ne contraint pas seulement les corps mais s’exerce directement sur les âmes et sur les esprits, qu’elle modèle à sa volonté grâce à l’école, grâce aux sinistres industries culturelles, grâce à la presse, grâce à la drogue — mais tout est drogue. Nous avons affaire à un peuple hébété, saoulé, imbécilisé, qui voit bien ce qui lui arrive mais qui croit que ce n’est pas pour de vrai, que c’est une espèce de jeu vidéo. Le triomphe de Big Brother, c’est qu’il est arrivé à faire croire que 1984 était un roman : ce qui lui permet de le donner à lire en toute quiétude. Les gens n’y croient pas. Ils croient plutôt les statistiques, la sociologie, la démographie, les prétendues “sciences humaines”, tout ce qui leur a le plus menti depuis cinquante ans. Entendons-nous bien : je ne reproche pas aux sciences humaines contemporaines d’être des sciences, je leur reproche  de n’en être pas assez, de n’être pas assez scientifique, et de récuser l’essentiel, l’expérience sensible, l’expérimentation par les faits, le regard, la douleur, le réel. Moyennant quoi nous sommes, vous et moi, comme des gens qui essaieraient désespérément de sauver d’un incendie les pensionnaires d’une salle de shoot. Ces toxicomanes en plein trip prennent les flammes pour leurs hallucinations chéries et ne voient pas pourquoi ils se laisseraient tirer de leur rêve. Quel petit Grand Remplacement à guidon chromé au fond de la cour ? Ou bien nous aurions affaire à des suicidés par désespoir, qui trouveraient très mauvais qu’on essaie de les sauver de la noyade et qui nous traiteraient, nous, leurs sauveteurs volontaires, de tous les noms d’oiseaux.

Curieusement il y a un point où nous sommes pleinement en accord avec nos adversaires, et c’est justement celui-ci, la sortie de la politique. Disons qu’il y a là une coïncidence de nos vues, tout à fait par accident. Eux veulent sortir de la politique parce qu’ils pensent en termes d’économie pure, ou plus exactement en termes d’activités bancaires, de finance. Nous, nous voulons sortir de la politique parce que nous voulons rentrer dans l’histoire, dans cette histoire que la politique a oblitérée par unique souci de l’économie, ou du bien-être, des champs où elle n’a guère brillé, pourtant.

Renaud Camus voudra bien m’excuser, je continue de lui emprunter les termes de son analyse, qui nous est utile dans notre combat. Il a défini le macronisme comme la Section Française du Remplacisme Global, et estimé qu’Emmanuel Macron était l’incarnation la plus parfaite, à travers le monde, de cette idéologie totalitaire. Camus a jugé, même, que vingt-six mille euros de frais de maquillage à l’Élysée, même si la somme a paru astronomique et fait scandale, en juillet dernier, c’était tout à fait raisonnable, au fond, pour transformer George Soros en Emmanuel Macron. Et il a désigné comme mode de gouvernement de ce régime — macronisme ou remplacisme global, sorosisme, si l’on veut — ce qu’il a nommé, en symétrie avec la démocratie directe, la davocratie directe, le gouvernement par Davos, par la finance, par les banques, par l’hyper-classe hors-sol, sans intermédiaire. Davos, Wall Street, Bruxelles et les Bahamas en ont assez des gouvernants, désormais inutiles : ils gèrent directement le parc humain.

Je dois dire que les événements confirment en tout point cette analyse. Le macronisme, depuis qu’il est en place, et même avant, s’est acharné à éliminer, comme le portait son nom, le fameux microcosme de feu Raymond Barre, la caste politique et politicienne, les partis politiques, tous les corps intermédiaires entre le pouvoir et le peuple. Depuis quelques mois, combien de supposés ténors de la vie politique ont-ils disparu, sans doute à jamais ? Presque tous les premiers rôles ont quitté la scène, voyez Fillon ou Sarkozy retournant aux affaires, qu’ils n’avaient à la vérité jamais vraiment quittées ; et ceux qui restent ne paraissent guère connaître les jours les plus brillants de leur carrière. La prétendue loi sur la moralisation de la vie politique ne fait que renforcer l’exclusion des opposants, proclamer leur mort civile, tandis qu’elle ôte à la carrière d’élus tout attrait et toute dignité pour les ambitieux. Le pouvoir remplaciste dispose d’un parlement à sa solde, et de députés pour lesquels le terme de godillots paraît encore un peu faible : flasque agglomérat de représentants du peuple de hasard, oscillant entre l’hébétude des remplacés et la sauvagerie des remplaçants, tout juste bons à amuser la galerie par leurs attaques à dents armées sur les chauffeurs de taxi, leurs jobarderies de cas sociaux ou leurs défonces de crâne à coups de casque : tous hauts-faits qui valent aussitôt à leurs auteurs, tant leurs collègues ne sont pas plus présentables qu’eux, il faut croire, et tant il s’agit toujours d’humilier davantage la fonction politique, des places de commission, des sièges dans des instances internationales comme on dit, demain des ambassades, qui sait, ou des ministères. Pour ces obligés du maître il ne s’agit jamais que de n’être rien, et de ne lui faire pas d’ombre. Naturellement, le peuple, même s’il est un peu surpris par les remplaçants qu’on donne à l’ancienne caste politicienne, applaudit à cette humiliation et à l’éradication de celle-ci, qu’il en était venu à détester presque autant que la caste médiatique, et d’ailleurs elles sont de plus en plus difficiles à distinguer. Ce dont il ne se rend pas bien compte, le peuple, abruti et drogué qu’il est par l’école, par les instillations quotidiennes de haine de soi, par la télévision, les jeux vidéos, les divertissements de masse et la sonorisation forcée, c’est qu’il sera le prochain à être mangé, ou a tout le moins remplacé : d’ailleurs il l’est déjà, c’est en cours et c’est même bien avance.

Mais c’est peut-être à propos des partis politiques que l’action du remplacisme global, c’est-à-dire, en France, du macronisme triomphant, sa section française on l’a vu, a été le plus spectaculaire. Les anciens partis, si on les considère, on croit voir l’école, ou la culture, ou encore la langue, ou bien le paysage, ou encore Paris : mélange de champ de ruines, de chantier de démolition et de poubelle renversée. Les trois grands partis qu’on croyait maîtres du jeu il y un an, et tenir entre leurs mains le destin de la patrie, ne sont plus que des palais déserts, où les derniers courtisans hagards se disputent sous les plâtras, en balançant entre suicide, assassinat et trahison, et en envisageant la possibilité d’une combinaison des trois.

C’est là qu’intervient la bizarre coïncidence d’intérêts que j’évoquais plus haut, entre le remplacisme et nous. Ou, pour parler plus clair, c’est là que se situe notre chance, à mon avis. Le remplacisme a détruit les partis, or, justement, nous disions que le temps n’était plus à la politique, mais à l’histoire. Il ne s’agit plus de savoir quels partis, quelles classes, quels hommes vont gouverner, quels intérêts vont l’emporter. Il s’agit de savoir si la France va survivre, si notre civilisation va perdurer, si notre peuple va conserver une patrie qu’il puisse encore appeler sienne, comme la plupart des peuples du monde. Ce n’est pas de la politique, cela. Ça n’a plus rien à voir avec la politique. Même s’il en entrait nécessairement dans la combinaison, hélas, de Gaulle à Londres ou Jean Moulin à Lyon ce n’était pas de la politique. Gandhi à Calcutta non plus. C’était de l’histoire, et cela d’emblée. C’est à l’histoire et au sort de notre nation, de notre continent, de notre civilisation, que nous sommes confrontés. Et telle est la raison pour laquelle les propos des hommes et des femmes politiques nous paraissent si vains, si dérisoires, si coupés du réel et du destin”.

(Fin de la 1ère partie)

Alger renvoie ses migrants vers le “sud” à grands coups de bottes

Comme quoi, la remigration c’est possible !

        En Algérie, des centaines de migrants subsahariens, hommes femmes et enfants, sont arrêtés dans la capitale depuis le 1er décembre, puis emmenés dans un camp. Dans la soirée de jeudi, des véhicules de gendarmerie et de police accompagnés de bus se sont rendus dans différents quartiers de la capitale. Les policiers sont entrés dans des bâtiments habités par des migrants subsahariens et leur ont demandé de monter dans les bus.

        Jeudi soir, plusieurs centaines de personnes sont regroupées dans un camp à la périphérie ouest d’Alger. Le camp est insalubre, les personnes arrêtées dorment à même le sol. Vendredi matin, les opérations policières recommencent. En fin de journée, plus de 1.400 personnes se trouvent dans le camp, selon les organisations de défense des migrants.

(suite…)