Conférence de presse : Halte à une justice d’exception, abrogation de la loi Pleven !

 

COMMUNIQUE DE RIPOSTE LAIQUE ET RESISTANCE REPUBLICAINE (Pierre Cassen et Christine Tasin)

Riposte Laïque et Résistance républicaine ont répondu favorablement à l’invitation du Collectif des Avocats Libres et de son président, Maître Pichon, qui organisera une conférence de presse, le mardi 14 février, à partir de 19 heures, à l’Usic, 18, rue de Varenne, à Paris 7e.

Prendront la parole :

Maître Frédéric Pichon, président du Collectif des Avocat Libres, qui démontrera le dangereux engrenage répressif dans lequel s’enfonce la France.

Guillaume de Thieulloy, président du Salon Beige et de plusieurs autres sites, qui expliquera la réalité des poursuites dont ses publications sont l’objet.

Richard Roudier, président de la Ligue du Midi, nous donnera une définition précise des libertés publiques qu’il convient de défendre.

Christine Tasin, Présidente de Résistance républicaine, décortiquera les enjeux du procès dont elle est l’objet, le 1er mars prochain, devant la 17e chambre, suite à ses propos « Islam assassin », prononcés au lendemain de l’assassinat des deux gendarmes de Magnanville.

Pierre Cassen, fondateur de Riposte Laïque, interviendra sur la justice d’exception qui le frappe, et sur les conséquences de la condamnation du président suisse de Riposte Laïque par la justice française.

Jean-Yves Le Gallou ou Françoise Monestier, de Polemia, expliqueront que sans abrogation de la loi Pleven, dans le contexte actuel, plus aucun débat ne sera possible sur l’islamisation de notre pays ou sur l’immigration, sans que ceux qui s’y osent ne se retrouvent au tribunal.

Robert Ménard, maire de Béziers et fondateur de Boulevard Voltaire, a fait savoir qu’ilenverra un message de soutien.

Il faut rappeler en effet que, en quelques semaines, Renaud Camus, Ivan Rioufol, Pascal Bruckner, Eric Zemmour, Georges Bensoussan, historien de la Shoah, Pierre Cassen, Christine Tasin, Robert Ménard, et bien d’autres anonymes se sont retrouvés traînés au tribunal, parfois lourdement condamnés, pour un simple délit d’opinion, maquillé en incitation à la haine par les maître-censeurs du politiquement correct.

 

Une interpellation des candidats à l’élection présidentielle, quant à leur programme sur cette question fondamentale pour la défense de la parole libre, en France, conclura cette conférence de presse.

Richard Roudier sera présent
à la conférence de presse R.L et R.R
pour exprimer la solidarité active de la ligue du Midi envers nos camarades
et promouvoir la défense des libertés publiques

La Ligue du Midi solidaire de Pierre Cassen victime d’un acharnement judiciaire

Pierre Cassen

Notre fondateur, Pierre Cassen, a donc été l’objet, ce jour, d’une perquisition en son domicile. Christine Tasin a pu le joindre, et mener cette interview, qu’elle vient de nous faire parvenir.

Riposte Laïque : Tu viens donc d’être l’objet d’une perquisition en ton domicile. As-tu été surpris ?

Pierre Cassen : Même quand on se prépare à de telles éventualités, on a quand même toujours du mal à accepter de voir sa maison perquisitionnée, comme si on était un vulgaire malfrat. Bien que les policiers se soient montrés courtois, ma situation, ce soir, est que je n’ai plus d’ordinateur, ni de téléphone portable, avec naturellement ce que cela implique, dans mon quotidien. Je n’ai pas l’habitude de tourner autour du pot, ce matin, quand l’officier de police m’a annoncé, à l’issue de mon nième interrogatoire, qu’ils allaient perquisitionner chez moi, à près de deux heures de Paris, je n’ai pu m’empêcher de dire : « C’est scandaleux », et j’ai dû faire preuve de beaucoup de contrôle pour ne pas en dire davantage… Je considère qu’une personne comme moi, qui mène la bataille des idées, n’aurait jamais dû être traîné devant un tribunal, avec mon ami Pascal Hilout, ni être harcelé comme je le suis par le Parquet depuis plusieurs années. Je dois en être à une dizaine d’interrogatoires par des policiers, à qui je dis tout le temps que je ne suis plus responsable du site depuis 2012. Mais j’ai l’impression qu’en haut lieu, je dirais même en très haut lieu, on veut se payer Pierre Cassen par tous les moyens. (suite…)

Interview de Richard ROUDIER par Pierre CASSEN

Richard Roudier : Pourquoi nous avons mené une action demandant la clémence pour William et Monique

(pour lire l’interview sur le site Riposte Laïque, cliquez sur le titre)

Riposte Laïque : Tu es président de la Ligue du Midi et porte-parole du Réseau-Identité. Tu as animé, ce week-end, une action en faveur de William Vidal et Monique Guindon, ce couple d’Aigues-Mortes condamné à 4 ans et 2 ans de prison, en comparution immédiate, et présenté par la presse comme étant racistes, alcooliques, et ayant organisé une véritable ratonnade, pendant près d’une heure, contre un groupe de jeunes. Contestes-tu cette version, et selon toi, que s’est-il passé réellement ?

Richard Roudier : Je souhaiterais avant toutes choses, pour une meilleure compréhension planter le décor. Le Languedoc a connu une saison estivale des plus mouvementée qui a démontré un véritable sentiment général de ras-le-bol au sein de la population de souche. Ce fut notamment le cas au Grau-du-Roi où les adhérents de la Ligue du Midi se sont rendus auprès de la population, victime une fois de plus de la racaille et de l’incompétence de nos dirigeants. Malheureusement, le Grau-du-Roi et son train à 1 euro fut loin d’être la seule ville touchée par la violence. Alors qu’à Vauvert, l’islamisation était à l’origine d’un drame familial, à Grabels un Marocain en situation irrégulière frappait sa femme enceinte de 7 mois en pleine rue. Enfin à Ganges, c’est le serveur d’un café qui était poignardé par des racailles. Face à ce déchainement de violence, la population n’est pas restée les bras croisés. Ainsi à Narbonne, une commerçante mettait en fuite des braqueurs alors qu’ils la menaçaient avec une arme à feu ou encore au Cailar où des habitants ont affirmé haut et fort, au cour d’une fête votive, leur refus de l’immigration-invasion et de l’Islamisme. Il y a 72 h dans le tramway, en présence du colonel H., j’ai moi-même été victime d’une tentative de vol par un “rom” qui, profitant de la bousculade lors de l’arrêt du tram, a glissé sa main dans ma poche pour me subtiliser mon I-phone. Malheureusement pour lui, je l’ai rapidement immobilisé et je n’ai pu empêcher les voyageurs de lui infliger la raclée qu’il méritait.

Riposte Laïque : Connais-tu les conditions de détention de William et Monique ? Es-tu en contact avec eux ? Partages-tu la crainte de nombre de patriotes, qu’ils puissent être maltraités par d’autres codétenus, parce que considérés comme racistes et islamophobes, ou bien bénéficient-ils de protections efficaces pour garantir leur intégrité physique ?

Richard Roudier : Nos camarades de l’association Entraide-Solidarité qui vient en aide aux prisonniers se sont renseignés sur le profil de William Dumas et de sa compagne, et il apparait qu’il n’est pas le tireur fou dépeint par les médias. Issu d’une vieille famille camargaise, employé municipal, il a été sapeur-pompier durant une vingtaine d’années et a notamment sauvé un enfant de la noyade. Sa condamnation et son incarcération ont provoqué dans la population camargaise, un sentiment d’abandon, d’injustice et de révolte. Aux dernières nouvelles il semblerait que les conditions de détention de William et Monique soient acceptables, si l’on peut dire, sachant, tout de même, qu’un jour passé derrière les barreaux est un jour de trop, surtout quand il y a une telle disproportion entre les faits (tir en l’air avec du petit plomb) et la sévérité inhabituelle de la condamnation. Je tiens à préciser, qu’en cas de menaces ou de violence envers un prisonnier en détention, la seule solution est de demander une mise en isolement, ce qui constitue une double peine discriminatoire.

Riposte Laïque : Tu avais également, il y a 2 ans, animé des actions en faveur d’un autre détenu, René Galinier. Vois-tu beaucoup de points communs entre ces deux affaires, et suspectes-tu certains juges de verdicts à géométrie variable, en fonction de l’origine des coupables ?

Richard Roudier : Chacune des deux affaires est susceptible de nous indigner mais sur deux plans différents. Pour René Galinier auquel vous faites allusion il s’agit d’une affaire de droit et en particulier de légitime défense, dont la notion est de plus en plus abandonnée au fil des jurisprudences. On se rappelle qu’un magistrat avait déclaré à l’époque :  “René Galinier aurait du s’enfermer dans une pièce de l’appartement et attendre l’intervention des forces de l’ordre » (qu’il avait déjà appelées en vain). On se rend compte de l’absurdité de la situation et lorsque nous aurons une autre majorité dans ce pays, nous exigerons que soit actée la sanctuarisation du domicile et du commerce ainsi que la présomption de légitime défense pour les professions de première ligne (policiers, gendarmes, agents de sécurité, pompiers etc…). Pour l’affaire d’Aigues Mortes, il s’agit de dénoncer l’instauration d’une double échelle des peines en fonction de la catégorie de population à laquelle on appartient.

La condamnation de William Vidal et de sa compagne à 4 et 2 ans de prison est inouïe alors que des multirécidivistes sont laissés en liberté et qu’il ne se passe pas un jour sans qu’un maître d’école ne soit attaqué, souvent avec arme, avec des peines symboliques à la clef.

Riposte Laïque : Tu as interpellé la Garde des Sceaux, Christiane Taubira, demandant un aménagement de la peine de William et Monique. Qu’espères-tu, exactement ?

Richard Roudier : J’ai tenu à rappeler à Christine Taubira, que l’affaire d’Aigues Mortes s’étant déroulée en week-end, William et Monique ont été jugés à la sauvette en comparution immédiate, c’est à dire sans pratiquement pouvoir préparer leur défense, alors que Madame le ministre de la justice, encourage justement à freiner “cette justice à la hâte” où les peines fermes sont prononcées à tour de bras” (dixit les médias).

Je lui ai rappelé également qu’il y a quelques jours, dans une lettre adressée à tous les procureurs de France, elle préconisait d’individualiser les décisions judiciaires en n’optant pour la prison ferme qu’en dernier recours et en lui préférant le Placement sous Surveillance Electronique Mobile (plus connu sous le nom de bracelet électronique), lui demandant de mettre ses actes en conformité avec ses déclarations… sinon nous considèrerions qu’il y a dans ce pays une justice à géométrie variable et des mesures d’humanité dont sont exclusde facto les petits blancs des classes moyennes.

Riposte Laïque : Quel est l’état d’esprit de la population d’Aigues-Mortes, devant l’action que tu as animée ? La sens-tu derrière vous, ou bien indifférente ? S’il n’y avait pas de réponse de la part de Christiane Taubira, comment vois-tu la suite ?

Richard Roudier : Nous avons recueilli sur place de nombreux encouragements de passants ou de commerçants alors que l’action n’avait pas été préalablement médiatisée. Une équipe travaillant par France 2 a réalisé un reportage, ce qui est de bon augure…. Ce matin encore, nous avons reçu au téléphone les encouragements d’une mamie d’Aigues Mortes dont le petit-fils se trouve à l’hôpital depuis un mois et demi suite à un accident causé par “une racaille” qui a pris la fuite. Un groupe de jeunes amis de la victime veut prendre contact avec nous. Tout cela ne peut que nous encourager dans la poursuite de nos actions.

Pour nous, l’aménagement de la peine des Vidal par le port d’un bracelet électronique va de soi. Enfin, je tiens à féliciter les membres de la Ligue du Midi pour leur pugnacité et leur discipline dans ce type d’opération délicate. Si notre appel n’est pas entendu, je sais que nous pourrons compter sur eux comme sur de nombreux autre groupes en France pour demander justice.

Propos recueillis par Pierre Cassen