Fête de la Ligue du Midi : de l’invasion à la résistance

résistance

Participation en hausse de 100%

Les militants chargés de l’organisation étaient arrivés pour certains à six heures du matin. Il est vrai que, vu l’afflux des inscriptions, il fallait enregistrer les participants à partir de 9 h 30 afin d’éviter une trop longue file d’attente à l’entrée. La salle de réunion vite remplie et les organisateurs obligés de rajouter quelques rangées de bancs supplémentaires… Après les consignes pratiques d’organisation et de sécurité Richard Roudier se lançait dans le compte rendu d’une année placée sous le signe de la résistance, résistance au terrorisme, résistance à l’islamisme, résistance aux kollabos.

En introduction, le président de la Ligue lisait un message du Général Piquemal : « Monsieur le Président, cher ami, j’aurais réellement souhaité participer à votre fête de la Ligue du midi. J’ai conservé jusqu’au bout cet espoir . Hélas des contraintes de calendrier et un imprévu important me privent de ce plaisir. Je le regrette beaucoup, je serai par la pensée et le cœur avec vous. Tous mes vœux de réussite vous accompagnent. J’aurais grand plaisir à être parmi vous dés que possible. Dans cette attente, je vous assure de mes sentiments amicaux et fraternels ». Après avoir fait ovationner le général, Richard Roudier rappelait la tragique boucherie du Bataclan sur laquelle les pouvoirs publics ont placé une chape de plomb ce qui aura provoqué une intensification des actions du mouvement.

Tommy Robinson : Faisons du 6 février 2016 un nouveau 11 septembre 1683 à Vienne

Lors d’une manifestation de Pegida Danemark, le 23 janvier, Tommy Robinson, accompagné de Paul Weston et de  Anne-Marie Water, responsables de Pegida UK, a pris la parole.

Ci-dessousla traduction de Denis, merci à lui d’avoir accepté de travailler dans l’urgence:

Tommy Robinson

[0:0] Bonjour !, Bonjour Copenhague ! Bonjour Danemark !
[0:11] (incompréhensible) [0:13] parce que je veux qu’ils m’entendent.
[0:17] Je veux qu’ils en entendent chaque mot
[0:18] (?) qui ont trahi, combien de ces personnes qui sont venues contre-manifester contre nous aujourd’hui [connaissent le coran] ?

La foule :

[0:37] « personne » !

[0:37] Je peux vous le dire : aucun d’entre eux !
[0:40] J’ai lu le coran. Je vous garantis qu’aucun d’entre eux ne comprend la vie [l’enseignement ] de Mahomet.
[0:47] Les gens qui s’opposent à nous ici ne comprennent rien du tout à ce qu’ils défendent.
[0:59] Ils s’autoproclament antifascistes alors que nous sommes les antifascistes !
[1:04] Nous, on s’oppose au fascisme !
[1:11] (Ils se posent en gardiens de la liberté ?)
[1:18] Trop de fois on nous a catalogué comme étant les agresseurs.
[1:20] Nous ne sommes pas les agresseurs.
[1:22] Nous sommes les victimes !
[1:25] Le Danemark est une victime ! Les Danois sont des victimes !
[1:28] Les Suédois sont des victimes !
[1:30] (Les victimes des crimes d’honneur ?) des musulmans sont des victimes !
[1:46] En ce moment, qui est en train de créer des problèmes ?
[1:50] Qui a été agressif ?
[1:53] Regardez là-bas.
[1:54 ] Qui est en train d’attaquer les agents de police ?
[1:56] Ce n’est pas nous.
[1:57] Nous sommes venus ici pour faire état de nos peurs et nos inquiétudes pour ce qui concerne l’invasion militaire de l’Europe.
[2:14] L’année prochaine on estime qu’entre 7 et 10 millions de jeunes hommes musulmans vont venir en Europe.
[2:21] La population de ce pays [le Danemark] comprends 5,5 millions d’habitants.
[2:28] Réveillez-vous !
[2:29] Votre culture, votre identité et votre futur sont en danger.
[2:46] Le Danemark est passé par le communisme, le marxisme et le fascisme.
[2:51] Ces gens là-bas ont décidé en pleine connaissance de (traiter?) avec l’islam.
[2:56] Ils savent ce que l’islam va faire.
[2:58] L’islam veut défaire la démocratie et défaire (l’État de droit ?).
[3:12] C’est un honneur de venir aujourd’hui.
[3:13] Je viens lancer un appel.
[3:14] Je viens ici pour vous demander à tous, pour le 6 février… (TR répond au téléphone)
[3:38] … le 6 février c’est la première fois que ce pays … [3:44] (incident technique ?)

[3:57] le 11 septembre 1683 est une date mémorable parce que c’est ce jour là que les chrétiens ont arrêté, aux portes de Vienne, l’invasion musulmane de l’Europe

[4:16] Le 6 février 2016 entrera aussi dans l’Histoire parce que, pour la première fois dans toute l’Europe, du Danemark à l’Angleterre, l’Allemagne, la Hollande, la France,  l’Espagne, nous serons unis derrière une grande bannière commune. Sauver notre (contrat social ?), sauver notre pays et sauver notre futur, cela sera à l’affiche de cette bannière.

[4:47] Je veux manifester mon respect et ma gratitude au peuple allemand et à la population de Dresde. Je suis reconnaissant à tous ces gens qui ont permis que cela se réalise [les manifestations de février 2016].

[5:00] Ils nous donnent de l’inspiration …
[5:11] (Il se passe quelque chose dans le champ de vision de TR…)
[5:16] Le 6 février ce sera une première date d’une longue série.
[5:23] Ce qu’on a à faire ici, c’est planter une graine.
[5:24] Cette graine germera.
[5:28] Nous devons faire face à un très, très dur futur.
[5:29] Nous, les Européens, notre culture, notre identité sont menacées et en danger.
[5:35] Les années à venir vont être extrêmement dures.
[5:38] Le 6 février, vous allez faire l’Europe !
[5:42] L’Europe sera unie comme elle l’a jamais été avant.
[5:44] On manifestera au Royaume-Uni en silence.
[5:49] Je suis venu vous demander « s’il vous plaît, soyez avec nous ».
[5:54] Le 6 février 2016, revenez ici. Soyez solidaires avec vos frères et sœurs de toute l’Europe, et faites état de votre résistance.
[6:05] Montrez au monde entier que le peuple Danois est opposé à l’invasion islamique de ce continent.

[6:20] [les contre-manifestants se font entendre bruyamment dans le fond …ce qui fait sourire TR.]

[6:30] Je voudrais manifester ma gratitude dans le fait que votre pays et tous ceux de l’UE devraient être fiers que vous ayez une dame, une mère [NdT : C’est une femme qui est à la tête du mouvement au Danemark] qui est prête à manifester parce que la réalité est que, quand vous manifestez pour cela, quand vous vous opposez à l’islam en Europe, vous risquez votre vie.

[7:00] Donc, en mon nom, j’aimerais vous dire, merci Tanna et je pense que tout le monde devrait suivre votre exemple.

[7:08] Montrez vous braves et courageux.
[7:08] La moindre personne qui s’est déplacée aujourd’hui à fait preuve de courage.
[7:11] Vous vous montrez courageux en étant présents ici.
[7:14] Vous avez rendu cela possible et ce n’est qu’un début.
[7:17] Le 6 février, venez avec vos amis, apportez votre soutien à Tanna et à Pegida.
[7:21] Soutenez l’Europe, soutenez la liberté et opposez vous à l’islam, opposez vous au fascisme.
[7:33] Ne vous laissez pas embobiner.
[7:38] Vous voyez les gens là-bas ?
[7:40] Ils ont peur, ils sont soucieux, ils sont terrifiés.
[7:44] Ils ont peur de perdre leur boulot, ils ont peur pour leur carrière.
[7:50] Il y a une pression énorme sur tout le monde quant au risque de faire de la prison.

6%20février%20Ligue%20du%20Midi[2]

 

Source: http://ripostelaique.com/tommy-robinson-faisons-du-6-fevrier-2016-un-nouveau-11-septembre-1683-a-vienne.html

La guerre civile ethnique est-elle évitable ? Probablement pas

Guillaume Faye

 

   La guerre civile ethnique, comme un serpenteau de vipère qui brise la coquille de son œuf, n’en est qu’à ses très modestes débuts. « Nous sommes en guerre » aiment à rabâcher certains politiciens et journalistes. Ils entendent par là, après les attentats de janvier et de novembre : en guerre contre Dae’ch et contre une poignée d’islamistes fanatiques. Non, c’est bien plus grave ; il s’agit, sur le territoire français, d’un affrontement ethnique qui commence entre populations extra-européennes sous la bannière de l’islam et la nation française. (1) Les ”attentats” et tentatives déjouées ne sont que la partie émergée de l’iceberg. La responsabilité de cette guerre civile ethnique dont les flammèches sont allumées incombera à une classe politique et intello-médiatique et à un appareil d’État qui, de manière criminelle, ont laissé depuis quarante ans se déverser une immigration invasive de peuplement inassimilable. Qui sème le vent récolte la tempête.

 

Événements d’Ajaccio : laboratoire du futur
    Événement très symbolique et défi provocateur : quelques jours après la victoire aux élections régionales des nationalistes et indépendantistes en Corse, de jeunes Maghrébins  passent pour la première fois à l’action violente. Ils allument des incendies dans une ”cité ” aux portes d’Ajaccio et y attirent les pompiers dans un guet-apens, les agressent et en blessent gravement plusieurs. Ils les traitent de « sales Corses ! » (Les médias nationaux ont censuré ce dernier point). Le lendemain, des centaines de manifestants corses investissent la cité, criant des slogans comme « Arabi, fora ! » (Arabes, dehors), dévastent un restaurant hallal et commencent à saccager une salle de prière musulmane dont ils brûlent plusieurs Coran, en guise de représailles.  Jusqu’à présent, les ”autochtones” faisaient le dos rond, se calfeutraient chez eux ou déménageaient. Ce scénario action/réaction, agression/représailles, critère sociologique d’un déclencheur de guerre civile, est le premier du genre en France et il fera date.  

 

Tout d’abord, c’est la première fois que les ”jeunes” des cités de Corse tendent un guet-apens aux pompiers – symboles, comme la police, des autorités françaises détestées – pratique pourtant courante sur le continent où 1.600 pompiers ( !) ont été agressés en 2015.  C’est aussi la première fois en France qu’on assiste à des représailles des populations de souche exaspérées, tant par le comportement des jeunes musulmans que par le laxisme d’un État qui ne les protège pas. (suite…)

Pegida : Montpellier en pointe contre l’islamisation de l’Europe

PréfectMontpel[5]

Ce dimanche, bon nombre de rassemblements s’opposant à l’islamisation de l’Europe ont été interdits, que ce soit à Paris, Bordeaux ou encore Lyon. Montpellier est au final une des seules villes où le mouvement PEGIDA est descendu dans la rue pour défendre la liberté d’expression et contrer l’islamisme.

Le rassemblement de Montpellier a réuni au débotté une soixantaine de participants, et ce, malgré les pressions des milices d’extrême gauche locales qui hurlaient leur haine à une petite centaine de mètres. Cinq intervenants représentants Résistance Républicaine, des Identitaires et des nationalistes se sont succédé au micro pour aborder le problème de l’islamisation de notre société avec les conséquences dramatiques que l’on a connues avec l’attentat contre Charlie Hebdo.  (suite…)