Libé perd ses nerfs…

 

 

Sous la plume de la pigiste montpelliéraine Sarah FINGER, LIBÉRATION le journal de propagande du milliardaire surendetté, en quasi faillite, Patrick DRAHI nous consacre un article de deux pages avec photos ce 29 janvier 2018.

« Ligue du Midi : un clan met l’Occitanie à cran ! »

 

L’Occitanie à cran ?

 

Voici donc ce à quoi se résume l’OCCITANIE pour Libération qui ne cite que ces quelques maigres sources, sans aucune représentativité et toutes orientées dans le même sens :

  • RAIH une association d’aide aux mineurs étrangers isolés (qui n’a pas réussi à faire condamner Richard Roudier)
  • Sébastien Etcheverrigaray, avocat de cette association
  • MeSophie Mazas, avocate présidente de la Ligue des droits de l’homme de Montpellier
  • Lucas Faidherbe, maire pseudo écologiste de Saint-Julien-de-la-Nef depuis 2001
  • Geneviève Blanc, conseillère départementale (EE-LV) du Gard
  • le site antifasciste La Horde

Cela fait tout de même très peu de monde pour oser s’exprimer au nom de toute l’OCCITANIE. Mais il est vrai que plus personne ne lit LIBÉ, qui aurait disparu depuis bien longtemps si ce n’étaient les subventions publiques qui le maintiennent encore à flot. Privé de lectorat, LIBÉ ne s’adresse plus qu’à une ultra minorité, celle des derniers bobos urbains, des libéraux libertaires « éduqués » qui peuplent encore l’hyper centre des grandes villes. Ils s’y claquemurent derrière les barrières sociales qu’ils érigent pour se préserver des populations exogènes qu’ils veulent imposer aux autres partout en FRANCE, mais surtout pas là où ils se tiennent, eux. L’immigré d’accord, mais « à la plonge », dans la soute à charbon, dans les emplois pénibles qu’eux n’acceptent plus, mais surtout pas dans les lieux qu’ils fréquentent : pas dans leurs quartiers, pas dans leurs immeubles, pas dans leurs restaurants, pas dans les écoles de leurs enfants. La place qu’ils assignent à l’immigré, c’est la zone, le campement sauvage, les quartiers de relégation et maintenant la FRANCE périphérique, pour y submerger la classe moyenne en cours de paupérisation galopante.

LIBE, journal du microcosme parisien n’a aucune légitimité pour parler au nom de l’OCCITANIE ni en celui des Occitans. LIBÉRATION, journal du grand capital, de la mondialisation libérale et de la bourgeoisie libérale-libertaire n’a aucun magistère moral pour parler au peuple. LIBÉRATION, journal de la macronie mal élue, ne représente rien dans l’opinion.

 

L’OCCITANIE à cran, toute la FRANCE à cran ?

Oui, l’OCCITANIE est à cran. Les Occitans comme tous les FRANÇAIS de la classe moyenne ne supportent plus les souffrances que leur impose le libéralisme global. Ils ne supportent plus les gens comme Patrick Drahi, « supporteur » de la créature MACRON dont il a assuré la campagne. Ils ne supportent plus leurs slogans, leur bien-pensance, leur police de la pensée, leur totalitarisme. Ils ne supportent plus leur harcèlement, leur propagande,  leurs mensonges… Pas plus que le grand remplacement imposé !

 

L’OCCITANIE c’est nous !

Ce que ne sentent pas les gens de LIBÉ, c’est que le peuple se tourne vers nous. Partout où nous allons, les gens se confient, ils nous font part de leur douleur, de leur révolte, de leur demande d’un grand coup de balai dans la classe politique corrompue, dans les médias collaborationnistes, dans l’oligarchie qui n’a plus aucune retenue et dont l’arrogance de classe leur est devenue insupportable.

 

La LIGUE du MIDI agit politiquement au nom l’OCCITANIE

Le pouvoir en place, quel que soit le niveau de ses instances (local ou national), n’a plus aucune légitimité. Les partis et la classe politique sont massivement rejetés dans l’opinion. Plus aucun pouvoir n’a d’assise électorale suffisante ni ne recueille de consensus populaire. Si tous ces pouvoirs restent encore en place ce n’est que parce que le peuple est maintenu en état de sidération par l’oppression permanente dont il fait l’objet : mesures répressives de tous ordres, précarité d’emploi, précarité financière, mal logement, perte de repères, souffrance au travail, matraquage médiatique et surtout préférence étrangère. Mais attention, car émergent des solutions politiques hors légalisme républicain. Les gens ont massivement compris que le légalisme républicain les maintenait à la merci de ceux qui organisent le casting électoral, tel DRAHI, l’oligarque failli, véritable patron de LIBÉ et créateur avec d’autres de la créature MACRON.

 

Collusion transversale de l’ultra-gauche libertaire et de la mondialisation libérale

Nous l’avions déjà pointé dans nos précédents articles, concernant la campagne de presse contre les BRIGANDES. Il existe une collusion de fait entre les milieux anarchistes de l’ultra gauche et le très grand capital. Nous observons une nouvelle fois que le site antifa la horde Sazmidat est la référence d’information reprise par LIBÉ pour sourcer son article. Nous y voyons la preuve de la totale convergence entre tout ce qui se situe sur l’échiquier politique entre l’ultra-gauche et la droite ultra libérale. Leur dénominateur commun : la volonté de détruire les sociétés traditionnelles pour imposer la mondialisation, le nomadisme et le métissage indifférencié.

Comme nous le disions précédemment, le site antifa la horde sazmidat est devenue la référence rédactionnelle de la presse main stream au même titre que l’Agence France Presse.

 

La LIGUE du MIDI seule force politique anti-système hors champ électoral en OCCITANIE

Face à la coalition transversale qui rassemble désormais tous les libéraux depuis l’ultra-gauche libertaire jusqu’aux capitalistes ultralibéraux, la Ligue est la seule force politique d’opposition significative au système libéral global en OCCITANIE. La crispation hargneuse de LIBÉRATION, qui sent venir le vent d’est, pourrait marquer le préambule à une campagne orchestrée, de plus grande ampleur, comme ce fut le cas précédemment pour les BRIGANDES.

Notre montée en puissance, comme le succès que nous rencontrons dans l’opinion leur sont insupportables. Ces « vendus » à bout de nerfs sentent que leur magistère leur échappe, qu’il n’a plus d’effet et que plus personne n’avale leur propagande.

 

Sarah FINGER

Comme nous sommes bien élevés et que le respect humain est pour nous une valeur qui a du sens, nous ne communiquerons ni l’âge ni l’adresse personnelle de Sarah FINGER qui n’a pas eu la même élégance à notre endroit. Nous lui épargnerons de la placer à la merci à la vindicte de tous ceux qui se sont sentis humiliés ou pour le moins fortement agacés par le ton de son article.

 

Nota

Mise au point : la structure clanique nous paraît être une des possibilités d’échappatoire à la société oppressive et consumériste ; elle permet de promouvoir un « entre-soi », garant de la transmission et capable de protéger les générations futures. Elle s’appuie sur une écologie humaine et le localisme …rien d’étonnant à ce que la bande à LIBÉ trouve cette option subversive !

 

La résistance doit être locale

Le billet de Robert Langlois

résistanceIl convient de considérer la situation de la France avec lucidité et courage malgré les flots d’anesthésie et de propagande qui sont déversés. Décrire le réel tel qu’il est devient un devoir. Nous sommes entrés dans la période la plus dangereuse de l’histoire de notre pays. Jamais de toute son histoire pluri-millénaire il n’avait été envahi par autant de millions de colons hostiles porteurs d’une autre culture ni surtout d’une autre religion de conquête et de soumission. Jamais notre peuple n’avait été aussi proche de la submersion et de la mise sous domination.

À force de renoncements, d’accommodements raisonnables nos gouvernants ont tout concédé sans résistance. Les envahisseurs le savent ; leurs plus fidèles alliés sont les organisateurs de la mondialisation, les élites corrompues ; mais aussi l’extrême gauche mondialiste et islamophile qui structure le tissu associatif immigrationiste. Tant qu’ils obtiennent tout sans avoir à combattre, nos envahisseurs progressent en contenant à peu près leur violence. Maintenant, leur puissance augmentant avec le nombre et sans trouver de résistance, ils accentuent leurs exigences. Ils se montrent de plus en plus vindicatifs et violents. Ils augmentent la pression et testent le point de résistance.

Ce point de résistance ne viendra pas ; en tout cas, pas de la part de l’État central français. En revanche, le moment approche où ils n’auront plus à se contenir et où leur violence va s’exercer avec brutalité. Il n’y aura aucune échappatoire, même la soumission la plus absolue ne leur suffira pas. Ces individus largement complexés par leur incapacité à s’intégrer dans la modernité et dans nos sociétés avancées feront couler le sang pour faire disparaître toute trace de ce qui leur est insupportable. Il ne faudra compter sur aucune mansuétude de leur part. Il ne faudra pas compter non plus sur l’État central qui s’est d’ores et déjà volontairement rendu impuissant.

Le peuple le ressent sourdement, les sondages le montrent, la conquête islamique est au premier rang des inquiétudes. Bientôt nous serons assiégés dans nos villes, et nos villages. L’invasion afro-musulmane apparaîtra partout pour ce qu’elle est, et nous découvrirons que l’État central français n’y peut plus rien, que la situation lui a définitivement échappé, et que notre peuple a été abandonné face à la multitude conquérante qui le submerge.

L’État central français sera arrivé à ses fins : il nous aura livré sans défense aux masses du tiers-monde islamique. Déjà, des enclaves ethniques et des micro khalifats embryonnaires se constituent partout, en peau de léopard, autour et dans les grandes villes. La situation d’autres pays européens est éclairante : Grande Bretagne, Belgique, Pays Bas, Suède sont déjà fragmentés, des enclaves musulmanes s’y sont constituées sans que rien ne s’y soit opposé. Il en est de même en France, cela se voit, il suffit d’assister aux sorties d’écoles…

              Alors que dire aux Occitans ?

  • Il ne faut plus compter sur l’État central français pour faire face. Il s’est lui-même mis en échec et démuni de tout moyen de résistance. Il ne contrôle plus rien, il est bien trop affaibli politiquement et militairement pour pouvoir réagir. C’est terminé, cette protection-là ne jouera plus. Au contraire, l’État central réprimera de plus en plus brutalement les opposants et les lanceurs d’alerte.
  • Même un renversement de régime et une prise de pouvoir par le clan patriote ne garantirait pas une reprise en main de la situation. Au contraire, elle précipiterait le soulèvement des masses musulmanes et l’instauration du chaos. Malheureusement pris dans l’écheveau des lois internationales, nous ne tarderions pas à voir des casques bleus s’interposer. Même si nous prenions le pouvoir, la ‘’communauté internationale’’ interviendrait pour nous empêcher de faire le nécessaire nettoyage. L’exemple récent de la Yougoslavie l’a démontré.
  • C’est dans les grandes villes et métropoles, où sont intriquées à parité numérique les populations exogènes et la population de souche que se dérouleront les plus grands affrontements lorsque les conditions seront jugées optimales en fonction des intérêts de ceux qui préparent cette séquence historique depuis 40 ans et qui sont maîtres des moyens et donc du calendrier. Nous ne pourrons que faire face et réagir lorsqu’ils décideront de l’affrontement.
  • Lorsque le chaos s’instaurera, l’hypothèse la plus probable est celle d’une intervention de la communauté internationale qui sanctuarisera les grandes villes pour y protéger la population musulmane à l’image de ce qui a été fait à Sarajevo ou au Kosovo avec la honteuse participation de l’armée française. La communauté internationale consacrera la partition territoriale du pays qui sera l’acte final du plan de pillage de la France et d’écrasement de son peuple. Aux musulmans les villes, aux multinationales la terre, les grandes infrastructures, les richesses et le contrôle des grands marchés récurrents. La France périphérique, elle, définitivement repoussée en zone de relégation.
  • Nous nous adressons aux Occitans parce que malheureusement il n’est plus temps de s’adresser à l’ensemble du pays. La rupture socio politique entre la France des villes et la France périphérique est irréconciliable. Le sentiment national n’existe plus qu’à l’état de vestige. Par conséquent, désormais les choses vont se jouer dans la proximité et dans le chaos. Si une résistance est possible, ce ne sera que dans la proximité, à vue et sur des îlots à notre échelle. Notre proximité à nous est à l’échelle de l’Occitanie. Les Bretons ont la leur, les Corses et les basques aussi et d’autres encore sans doute…
  • Pour nous, c’est à l’échelle de l’Occitanie que la résistance doit se préparer, que les groupes épars doivent se fédérer. Nous militons dans ce sens. La chance de notre région c’est qu’elle abrite depuis toujours les régiments parachutistes et qu’une importante réserve s’y trouve de fait. Ces milieux peuvent répondre présent le moment venu.

Que cela plaise ou non, une guerre d’anéantissement a lieu, et elle voit émerger deux camps : le camp identitaire qui ne peut plus agir que localement et le camp de l’envahisseur et des traîtres qui agissent globalement. Le combat est dissymétrique : mondialiste global contre local et identitaire. C’est la grande ligne de partage politique de cette première moitié du 21ème siècle. Ceci localement, car pour le moment, on ne voit pas se fédérer de résistance identitaire et/ou patriotique significative au plan national. C’est donc déjà au niveau local qu’il convient de se préparer ; l’échelon national n’est plus à notre portée ou, si on veut le dire autrement, compte tenu de l’éclatement du camp patriote, il ne l’est pas encore. Quand la catastrophe va se produire, nous aurons à y faire face localement. A Toulouse et sur l’arc méditerranéen autour de Montpellier, c’est dans la profondeur du territoire Occitan que se tiendront les résistants.

La LIGUE du MIDI a déjà bien œuvré dans ce sens. Au-delà du nombre de patriotes effectivement engagés, son poids local dépasse de loin le simple rapport de force numérique et matériel. Plus la crise s’intensifie et plus ceux qui prennent conscience de l’urgence comprennent qu’il n’y aura pas d’échappatoire, qu’ils devront faire face ‘’devant leur porte’’. Inutile de se bercer d’illusions ou de s’anesthésier, on n’y échappera pas.

La LIGUE du MIDI, s’affirme comme l’organisation de proximité la plus engagée en Occitanie contre la mondialisation et contre l’extrême gauche, son bras séculier. Nous assumons notre combat identitaire contre la mondialisation à l’échelon local qui deviendra le seul pertinent dans le chaos à venir. Nous nous préparons à assumer le rôle que l’Histoire va nous imposer en Occitanie.

Pour ne pas en arriver là…

La directrice générale du FMI a loué le modèle sur lequel se base la finance islamique et qui, selon elle, peut devenir un « facteur de stabilité ».

Occitanie : enclaves ethniques et quartiers sensibles

sensibles

Le billet de Robert Langlois

 

        À part la Lozère, le Lot et l’Ariège, déserts qui y échappent encore, tous les départements d’Occitanie sont touchés. Même le Gers, pourtant quasiment vide de population, a lui aussi son quartier ‘’sensible’’. Sont particulièrement affectés : l’arc méditerranéen et les grandes agglomérations que sont Toulouse et Montpellier, dont la vie sociale est globalement affectée par les nuisances collatérales.

        L’inventaire est éloquent, on ne sait plus où se mettre. Et encore, ici ne sont listés que les quartiers ayant fait l’objet d’une politique d’exception, c’est à dire d’un déversement colossal de fonds publics pour tenter d’y acheter la paix sociale, mais aussi les voix des communautés ethniques et religieuses qui s’y sont concentrées. En vain. Le désordre, les trafics, l’insécurité règnent dans ces quartiers où personne n’ose plus aller, pas même les services de police ou de gendarmerie. Ils sont devenus le repère des pires djihadistes qui nous font la guerre soigneusement dissimulés au milieu de populations qui les protègent.

        Enfin et c’est inédit à un tel niveau, ces populations se sont très massivement abstenues lors des dernières élections (jusqu’à 70% dans certaines zones). Elles ont ainsi définitivement marqué leur rejet du pacte républicain et des partis ‘’généralistes’’ pour les représenter. Leur abstention marque définitivement leur attente de partis ethno-religieux pour les représenter, ce qui ouvre un triomphe aux islamistes. Cette question est fondamentale et urgentissime. Pourtant, aucun commentateur n’en a sérieusement parlé dans la presse main stream. Le problème est étouffé. Le pouvoir, comme les commentateurs, est tétanisé. Pourtant tout le monde comprend bien que ces gens ne rentreront plus dans le cadre conventionnel de la démocratie représentative. Le poids politique des populations allogènes qu’on a massivement faites entrer dans la pays s’est cristallisé, l’ethno-mathématique va peser de manière insupportable sur la population vernaculaire ou Européenne (blanche) d’origine.

(suite…)

Un statut pour le Pays catalan, vite !

catalan

Le billet de Llorenç Perrié Albanell

        Après une réaction à chaud par vidéo le lendemain même de la décision du conseil régional de valider le nom de notre nouvelle région, j’ai attendu quelques jours pour un communiqué écrit afin de prendre la température du peuple catalan. C’est donc Occitanie qui a été validé par les élus régionaux, nom affublé du sous-titre ridiculement insipide de Pyrénées-Méditerranée. Un véritable scandale qui nie en profondeur ce que nous sommes, des catalans.

Brève autopsie de cette consultation populaire

         Je ne rentrerai pas ici dans certaines polémiques qui consistent à parler du coût de cette opération ou du nombre de participants. Je laisse ce plaisir à d’autres, à ceux pour qui le vrai débat identitaire passe aux oubliettes, et qui préfèrent jouer les gorges chaudes de la critique stérile et politiquement politicarde. Réflexes typiques chez ceux qui non rien à dire, ils se mettent en avant et éludent ainsi les problèmes de fond qui leurs échappent.  Si nous pouvons regretter qu’un bon nombre d’occitans n’ont pas joué le jeu de la solidarité  ancestrale qui unit nos deux peuples, nous ne devons pas non plus mettre tous les occitans dans le même panier. Nous dirons simplement que pour certains le fameux Coupo Santo se transformera en Coupe d’Amertume.

(suite…)

Perpignan : la Ligue en Pays Catalan

Perpignan1[3]

     Comme par un fait exprès, en arrivant à Perpignan  pour sa conférence, Richard Roudier pouvait lire en première page du quotidien « l’Indépendant »  la phrase suivante : « contrairement à ce qu’affirment les mouvements identitaires, les associations humanitaires rappellent qu’il n’y a presque pas de réfugiés en Languedoc- Roussillon ». Et en page intérieure, quand les journalistes parlent de notre action anti-migrants le 17 octobre à Montpellier, qui interrogent-ils ? La Cimade, association multi-culturaliste grassement subventionnée.  (suite…)