Faux Mineurs Isolés (FMI) mais vrais parasites

mineurs isolésLes actualités de ces derniers jours indiquent qu’en France, 7 travailleurs salariés sur 10 se dopent pour tenir le coup. Pendant ce temps, chez les policiers, les gendarmes ou les agriculteurs, le taux de suicide va croissant.

Et en même temps, l’invasion migratoire de vrais ou faux mineurs isolés se poursuit. Ces derniers mois, les faits divers montpelliérains regorgent des activités délictueuses de cette population. Midi Libre du 5 avril 2017 indiquait que le département de l’Hérault en comptait 300 et consacrait aux mineurs étrangers 13 Millions d’Euros par an. Le 6 novembre 2017, la somme se montait à 24 millions d’Euros (repris par Lenguadoc Info), soit 80.000 Euros par mineur et par an, non comptés les aides de la Municipalité, de l’État et de l’Union Européenne etc.… et pour quel résultat ?

Ce sont des MNA (Mineurs Non Accompagnés) terme qui remplace MEI comme Mineurs Étrangers Isolés (trop connoté). Toujours en avril, la presse titrant « piétons tabassés par 10 ados » voyait un « lien évident entre immigration et délinquance ». Il convient de noter que pour une remarque de ce type, Eric Zemmour a été condamné car, comme pour les effets secondaires des médicaments, le lien de cause à effet ne saurait être prouvé, ce qui est discriminant.

Il y aurait du fait de ces MNA, des agressions nocturnes (vols de sacs à main, de Cartes Bancaires, de mobiles), jusqu’à des rixes mortelles. A Montpellier les quartiers de l’Écusson, Gambetta, l’Esplanade, les arrêts de trams deviennent de véritables coupe-gorges, ce que certains appellent « zones sensibles ». Ce 13 novembre, des Albanais du « Centre Protestant » de Gambetta ont joué du couteau. Qui ne les a pas vus vers Saint Denis, dépouiller des téléphones portables, en jeter les parties compromettantes  avec leurs gobelets de boisson, divers sacs et autres ordures dans les escaliers du parking proche ?

Le 10 novembre, Midi Libre contait les aventures de ce faux mineur algérien, en vacances en France depuis 2015, muni de faux papiers achetés 60 Euros et interpellé Cour Gambetta pour un trafic de cigarettes. Le 8 du même mois, il avait écopé de 3 mois « ferme », de 5 ans d’interdiction de séjour qui ont peu de chances d’être appliqués et de 83.132 euros à rembourser au Conseil Départemental pour avoir été logé à son Foyer de l’Enfance depuis décembre 2016. Vous conviendrez que cette somme prise dans nos poches, transformée en fonds publics, a été jetée aux ordures…

Gaspillage des fonds publics

C’est bien ce qu’a voulu dénoncer la Ligue du Midi par la bouche de son président Richard ROUDIER, le 30 juin 2017, juché sur une table, dans les locaux de l’association R.A.I.H (Réseau Accueil Insertion Hérault – rue Castilhon à Montpellier). Pour avoir été un lanceur d’alertes, stigmatisant la gabegie des aides incontrôlées aux associations immigrationistes qui concourent à développer l’insécurité dans nos villes par leur action prétendument d’intérêt général, Il passera au tribunal correctionnel le 5 décembre, tant il est mal vu en France de mettre le doigt sur ce qui fâche.

Il faut savoir que la protection globale de l’enfance a coûté, d’après le Midi Libre du 5 avril 2017, au contribuable héraultais la bagatelle de 135 millions d’Euros, rectifiée à 162 millions d’Euros le 6 novembre. Sous le titre « ces mineurs isolés qui sèment la terreur en ville », le quotidien reconnaissait qu’ils étaient livrés à eux-mêmes, « non chaperonnés », les structures étant insuffisantes. Le faux mineur algérien, condamné le 8 novembre était pourtant pris en charge par le Conseil Départemental, ce qui n’a pas empêché la délinquance.

Notre région serait très attractive indique le Midi Libre, l’accueil se faisant souvent à l’hôtel, parfois en appartement. Combien de nos compatriotes en souhaiteraient autant… et au même prix !!! La journaliste Hélène AMIRAUX suppose même que « l’aspiration à un hôtel avec piscine » pourrait faciliter le passage à l’acte délictueux, tant paraît lâche et laxiste notre pauvre pays aux yeux des envahisseurs, mêmes en culotte courtes.

A suivre prochainement : une étude de cas, le RAIH

Elisabeth Amigue

Faux mineurs isolés mais vrais racailles immigrées !

Faux mineurs isolés mais vraies racailles immigrées !Les militants de la Ligue du Midi étaient hier soir sur l'Esplanade Charles de Gaulle à Montpellier, théâtre de multiples agressions de la part de bandes de clandestins ces dernières semaines. Montpellierain, face à la racaille tu n'es plus seul !

Publié par Ligue du Midi sur mercredi 7 juin 2017

Faux mineurs isolés, mais vraies “racaillles”

mineurs-isolés

Communiqué de la Ligue du Midi (Section Montpellier)

        Depuis bientôt un an, la ville de Montpellier est gangrenée par des bandes d’immigrés clandestins qui, la nuit tombée, agressent les montpelliérains. Vols à l’arraché, passages à tabac, viols… au centre-ville et plus particulièrement sur l’axe Esplanade-Comédie-Saint Roch.
   
        Renommés pudiquement « mineurs isolés » par l’État et les médias, ce sont, en réalité, de véritables prédateurs qui jouissent d’une impunité totale. A peine arrêtés par la police, ils sont immédiatement relâchés par les juges car considérés comme trop jeunes pour être pénalement responsables.
   
        Face à l’absence de réaction et à l’abandon du centre-ville par la préfecture et la mairie, c’est désormais aux citoyens d’assurer leur propre sécurité. C’est pour cela que la Ligue du Midi a voulu  sensibiliser les Montpelliérains à ce problème et dissuader cette « racaille » de commettre ses méfaits.
Vêtus de coupe-vent bleu de France les membres de la Ligue, en nombre, ont distribué des tracts à divers arrêts de tramways  et entamé des discussions avec les usagers. Cette opération s’est déroulée sans incidents.
   
         On pouvait lire en conclusion sur le tract :
Parce que la sécurité est la première des libertés la Ligue du midi exige, 
– L’abandon par la Justice et les médias de la culture de l’excuse
– La fin de l’hébergement gratuit par le Département de l’Hérault des mineurs isolés étrangers et leur internement dans des centres fermés
L’expulsion immédiate des étrangers en situation irrégulière qui commettent des délits
– L’application de sanctions pour tous ceux qui les aident