Le 6 octobre à paris : la PMA sans père… mère des batailles !

Le 6 octobre à paris : la PMA sans père… mère des batailles !

Le billet de Luigi Lironi

 

“Mariage pour tous”, “PMA pour toutes”, tout ça est il bien grave ?

Et même si c’est grave, est- ce que ce n’est pas perdu d’avance ?

Et le combat contre l’immigration, ou pour l’identité, est ce que ce n’est pas plus important ?

 

Alors, ce sujet sociétal (mariage pour tous, PMA) est-ce bien la mère des batailles ?

Ce sujet, dès 2013, a soulevé des millions de français; il a même suscité une réponse violente du gouvernement, qui montrait alors son vrai visage.

Les opposants à cette réforme de civilisation mènent depuis lors une vraie résistance, pied à pied, jour après jour, mois après mois, contre le pouvoir législatif.

Certes, l’objectif initial (abrogation du mariage pour tous) n’a pas abouti, mais toutes les manifestations ont réussi à bloquer des avancées supplémentaires, demandées alors :PMA pour toutes, ABC de l’égalité dans les écoles, statut du beau parent, etc.

C’est bien parce que des millions de français ont relevé la tête en 2013, que le pouvoir a pris peur et a décidé d’accélérer, d’amplifier les réformes.

Bien sûr, c’est un fait de guerre ambigû, comme une victoire à la Pyrrhus.

François Hollande était le petit gestionnaire d’une réforme, demandée par un petit lobby en apparence, mais commandé en réalité par de puissants dirigeants à un niveau supérieur (Union européenne, ONU et au-dessus).

Devant sa mauvaise gestion du changement de civilisation, on est passé à une gouvernance 2.0, avec un “président de fer”, Macron, bien décidé à aller plus loin et plus vite.

Cette première contestation, menée par des gens motives et “bien élevés” (La Manif Pour Tous), a redonné le goût du combat à nombre d’entre eux.

Une méthode “accérée”, pointue, apolitique, aconfessionnelle a démontré son efficacité, et malgré leurs ballons, leurs drapeaux, ils sont toujours là, sept ans après.

Oui, les mouvements identitaires sont bien présents, mais sur des thêatres de contestation éparpillés. Ils manifestent un grand courage, mais sous la forme d’une guérilla, sans pouvoir mener parallèlement un combat legislatif.

Peut-être parce qu’ils n’ont pas, en face d’eux, une loi précise contre laquelle lutter. La Manif Pour Tous peut le faire, forte d’un million de soutiens et de centaines de bénévoles très investis dans les instances européennes et à l’ONU, car elle est reconnue comme mouvement politique.

La mère des batailles, aujourd’hui, c’est de manifester contre la PMA sans père, avec deux objectifs :

  • Concrètement geler ce projet de loi, ce qui est possible, car ce gouvernement a très peur de perdre l’électorat catholique qu’il a carressé dans le sens du poil ces derniers mois,
  • Montrer qu’il y a encore une méthode, une solution pour faire reculer le pouvoir.

L’approche des élections municipales est un atout, c’est une “fenêtre de tir” importante.

Alors, convergence des luttes ?

 

Ensemble, tous à Paris le 6 octobre, contre la PMA sans père,

et sous la bannière « MARCHONS ENFANTS« .

 

Inscriptions :

Aude(11), Montpellier (34), Perpignan (66) : https://www.lepotcommun.fr/billet/juty87l1

Toulouse (31), Ariège (09), Gers (32), Tarn (81) : https://www.weezevent.com/ensemble-marchons-enfants

Allons Enfants, marchons !

Allons Enfants, marchons !

 

Le billet de Thierry Lafronde

 

Ainsi le gouvernement cynique En Marche vient de franchir le Rubicon, profitant comme souvent de la léthargie estivale pour pousser les dossiers sensibles. Il vient de proposer une loi autorisant la procréation médicale assistée (PMA) aux couples de femmes et aux femmes seules leur offrant ce que la nature interdit à leurs choix de vie sans homme : un enfant. Et gratuit par-dessus le marché puisque ce délire sociétal serait remboursé par la sécurité sociale alors que bon nombre de vraies pathologies le sont de moins en moins.

 

Il s’agit là d’un nouvel effet cliquet vers la décadence : l’enfant ne sera plus le fruit de l’amour d’un homme et d’une femme comme le voulait jusque-là la loi naturelle mais bien l’objet d’une volonté humaine égoïste voire orgueilleuse puisque pouvant techniquement choisir les critères et les options du bébé convoité. Telle la voiture achetée sur catalogue avec les options de peinture métallisée, phares antibrouillards et autre gadgets électroniques sophistiqués, l’enfant convoité sera caucasien ou négroïde, blond ou roux, yeux bleus ou marrons, QI de cadre supérieur ou pas, mâle ou femelle (quoique le genre ne soit que le fruit de l’éducation et des clichés de la société selon certains illuminés) … tout dépendra du prix versé. Des sociétés basées aux USA pour l’instant proposent dans des catalogues luxueux tout ce petit business. Le « pire des mondes » est déjà là techniquement et Macron et ses sinistres sbires se chargent de lui ouvrir la porte en France.

Evidemment le gouvernement En Marche prétend cyniquement que cette loi n’ôtera aucun droit à personne tout en permettant aux femmes privées d’enfants jusque-là (puisque lesbiennes ou seules) d’en avoir. Il omet de dire que le principal intéressé, l’enfant, sera, lui, bien privé du droit de connaitre et d’avoir un père, faisant de lui délibérément un bâtard et un orphelin. Tous les pédopsychiatres et spécialistes de la petite enfance attestent que cela est un traumatisme difficilement surmontable. Beaucoup d’adultes nés de père inconnu passent leur vie à le rechercher.

Qu’un président qui n’a pas eu d’enfant et n’est donc pas père, fasse voter une loi tuant définitivement le père n’est pas surprenant. Comme son prédécesseur lamentable Flanby a fait voter la loi du mariage pour tous lui qui n’avait jamais été marié. Deux imposteurs qui sévissent pour saper les bases de la société.

Ne nous trompons pas d’enjeu : il s’agit bien d’une révolution de la société. La famille traditionnelle sera balayée et l’État fixera à terme les quotas et les caractéristiques des enfants à naitre comme dans le roman prémonitoire d’Aldous Huxley (« le Meilleur des mondes », 1932).

Que faire ? Tout est contre nous : l’État, les médias serviles, la justice gangrenée par l’idéologie du syndicat (rouge) de la magistrature, les bobos aux manettes, les forces de sécurité aux ordres, l’opposition de la droite molle atone, le politiquement correct progressiste dominant, la pensée unique gauchiste bien diffuse …

Mais s’opposer à ce nouveau délire sociétal reste un devoir pour tout patriote, amoureux des traditions, respectueux de la famille et de l’ordre naturel. Comme tout combat il ne sera perdu d’avance que s’il n’est pas livré. Chacun a le devoir de s’armer intellectuellement et moralement afin de s’opposer fermement à ce projet délétère. Puis convaincre ses proches et les réveiller. Enfin participer activement aux actions d’opposition qui ne manquent déjà pas.

Concrètement en Occitanie, contacter La Manif Pour Tous Occitanie qui est très active depuis 2012, ayant prévu et anticipé les suites logiques de la loi Taubira de sinistre mémoire. Au niveau national, un nouveau collectif vient d’être créé, « Marchons Enfants », regroupant une vingtaine d’associations et d’organisations (LMPT, VITA, AFC, Juristes pour l’enfance, Veilleurs, Sentinelles, etc) qui appelle à une grande manifestation nationale à Paris le dimanche 6 octobre 2019. « Battre le pavé parisien », faire une démonstration de force sera un premier pas. Voter contre tout candidat En Marche aux prochaines élections, notamment celles municipales de 2020 sera le second pas. D’autres pas suivront …

 

Allons Enfants, patriotes et identitaires, marchons !

Mon papa est une éprouvette

Mon papa est une éprouvette

 

Le billet de Thierry Lafronde

 

J’ai deux mamans, Lili et Lulu. En fait Lili est plus ma maman que Lulu car elle m’a porté 9 mois dans son ventre m’a-t-elle confié il y a peu mais, pour ne pas faire de jalouses, je n’en appelle aucune maman et utilise leurs prénoms. Lili et Lulu donc.

Mon papa est une éprouvette. Cela a été possible grâce au progrès En Marche fin 2019. C’est Lulu qui me l’a dit il y a peu aussi.

Pour moi, c’est un peu compliqué car autant je sens bien ce qui en moi descend un peu de Lili, ma maman qui m’a porté dans son ventre durant 9 mois, autant je n’arrive pas à savoir de qui je tiens mes autres caractères et traits physiques. C’est un peu déroutant. L’éprouvette n’est pas causante et le liquide qui m’a donné la vie, tout aussi muet.

 

Alors je m’invente une filiation selon mes humeurs.

Tantôt mon vrai papa, car Lulu n’est qu’une maman n° 2 et non un papa, est un pirate des Caraïbes, aventureux, sportif, casse-cou et téméraire. Surtout lorsque je visionne un film musclé avec de l’action et des baffes, j’aimerai que mon vrai papa soit de ce métal dont on forge de belles épées de combat et avec lesquelles on monte à l’assaut des donjons ou bien l’on terrasse les dragons.

Tantôt mon vrai papa est un sage savant qui connait tout ou presque tout et m’explique la voie lactée, la loi de la jungle, la topographie en mer et l’histoire des Gaulois. Lili et Lulu sont plutôt branchées sur la littérature romanesque, les fringues, les parfums, la cuisine bio et les voyages éco responsables. C’est bien aussi mais cela me fait nettement moins rêver.

Souvent mon vrai papa est un confident disponible et prévenant qui comprend que mon corps change, que du poil pousse sur mes jambes, que ma voix devient grave et que la petite Elise me donne de sacrés tourments avec ses beaux yeux bleus et sa blondeur affriolante. Dans mon imagination, ce vrai papa trouve les mots et les gestes qui me calment, me rassurent et m’inspirent confiance quant à mon avenir. Lili et Lulu sont bien gentilles mais elles restent deux femmes et seul un homme peut causer de certaines choses à un petit homme de façon crédible.

Je crois que la petite Elise a aussi un papa éprouvette, toujours grâce au progrès En Marche fin 2019. Il faudra s’assurer que l’on n’a pas eu la même éprouvette plus tard avant d’aller plus loin, trop loin, de pouvoir se marier comme dans les vieux films et d’avoir des enfants sans éprouvette, juste avec nos corps devenus adultes et nos cœurs aimants. Je pense que nos enfants nés sans éprouvette seront très heureux d’avoir, de connaître et de sentir un vrai papa et une vraie maman tout le long de leur vie comme cela se faisait avant les progrès En Marche fin 2019.

 

On a un Gouvernement En Marche de tarés !

Pma : Macron saigne la volaille orléaniste

Pma : Macron saigne la volaille orléaniste

 

Le billet de Martin Moisan

 

Nous autres en Gascogne où se pratique l’aviculture, nous savons que quand la volaille est prête, il faut la saigner et la plumer sans tarder.

Dans un récent discours, le jeune MACRON nous a dit de manière tout à fait cynique qu’il avait vu une opportunité dans la crise des Gilets jaunes. Pour une fois il a dit vrai et il faut dire que ses conseillers en ingénierie sociale et lui ont parfaitement joué le coup avec la complicité de l’ultra gauche remplaciste et mondialiste.

 

 Premier épisode lors de la crise des Gilets jaunes

Casse en ville en toute liberté par les black blocks et les antifas sans intervention du pouvoir afin de susciter la peur et la demande d’ordre.

Dévitalisation et pourrissement du mouvement par les militants de l’ultra gauche qui en ont chassé les Gilets jaunes authentiques.

Panique chez la volaille orléaniste affolée de voir casser les banques.

Vote massif de la même droite orléaniste pour l’ordre incarné par MACRON ; compensant la perte de son électorat d’origine et lui permettant de se positionner pour un second mandat.

Et maintenant la PMA sans opposition crédible

Ça n’a pas tardé. Conforté par ce résultat, le cynique MACRON, qui sait très bien que la majorité de la volaille Orléaniste a choisi de préférer ses économies à ses principes, a immédiatement repris sa marche en avant et remis le dossier de la PMA à l’ordre du jour. Promesse de campagne, promesse tenue.  Tout de même, certains de la manif pour tous, parmi les plus vigoureux (il en reste), tentent encore de lutter et de s’opposer. Donc des manifs étaient prévues un peu partout ce samedi ; en Occitanie à Montpellier et à Toulouse. Celle de Montpellier se tiendra, l’appel a été lancé, la LIGUE du MIDI en sera. Celle de Toulouse n’aura pas lieu, les leaders locaux de la manif pour tous ont préféré renoncer.

Impossible à Toulouse de protéger la manif pour tous contre les Gilets jaunes

Telle a été la réponse de la préfecture à ceux qui lui ont bien poliment demandé l’autorisation de manifester intra-muros ce samedi.

Or chacun sait qu’il n’y a plus aucun Gilet jaune authentique dans les manifs de centre-ville à Toulouse depuis bien longtemps : seulement les casseurs, l’ultra gauche, les antifas et black bloc ; c’est à dire la milice du pouvoir que la préfecture laisse agir en toute impunité.

Il aurait donc fallu entendre : « on ne peut pas vous protéger contre nos protégés, ceux qu’on a instrumentalisés pour vous faire bien voter … »

En tout cas les représentants de la Manif pour tous qui ont voté pour l’ordre auraient du exiger que leur protection soit assurée, leur droit de manifester garanti et justement l’ordre maintenu. Tu as voulu l’ordre, tu as voté pour l’ordre, tu exiges l’ordre, ce n’est pas compliqué.

Et bien non, les leaders locaux ont plié les gaules, trop peur de se faire dérouiller, ce qui peut se comprendre, mais surtout légalisme et soumission face au pouvoir préfectoral et manque total de combativité. Paradoxe des amateurs d’ordre qui se laissent défaire par un pouvoir qui instrumentalise leurs adversaires contre eux. Plus con, tu meurs.

Jeu de rôle et baronnage entre le pouvoir et l’ultra gauche

Le pire du pire dans cette affaire c’est que ce sont encore les gauchos qui viennent au renfort du pouvoir et que celui-ci les instrumentalise pour faire taire l’opposition à la PMA. Décidément, il faut avoir un mental de gallinacée pour voter pour des gens qui vous entubent de la sorte avec la complicité de vos adversaires d’ultra gauche. Bref…

Les cocus au balcon

Drôle de cocufiage en effet, ce sont ceux qui ont voté pour l’ordre qui se voient interdits de manifester parce que le pouvoir ne peut pas les protéger contre ceux qui foutent le bordel.

La droite orléaniste a arbitré pour ses petites économies et pour l’ordre, elle aura la PMA, la GPA, le désordre et à la fin elle se fera plumer comme les autres, avant eux. Cerise sur le gâteau, elle aura les crépus dans les lits de ses pucelles.

Un grand bravo donc à la droite orléaniste décidément la plus con du monde.

Hommage tout de même à ceux de Montpellier qui sauvent l’honneur en Occitanie.

NB : Personnellement, je suis opposé aux évolutions sociétales qui détruisent la société traditionnelle. Je considère néanmoins que le match est définitivement perdu depuis le mariage pour tous et que donc ces combats sont d’arrière-garde. Néanmoins, ponctuellement il aurait fallu faire reculer MACRON sur ce coup afin de le fragiliser à nouveau. Le combat est global et il faut s’en prendre à la tête. Malgré ses apparents succès électoraux, MACRON est extrêmement fragile, il est largement désavoué par l’opinion et ne représente plus qu’un peu plus de 10% du corps électoral. Il reste 3 ans pour le virer ou pour faire émerger une solution électorale permettant la fusion des populismes à l’italienne. Si cela doit se faire, ça se fera sans la droite orléaniste. On se trouve donc délestés de ce boulet pour explorer d’autres voies transversales.

GPA : le rétroviseur et le projecteur

GPA : le rétroviseur et le projecteur

GPA[2]
Le billet de T. Lafronde

    La France socialiste se complaît à regarder les rétroviseurs de l’histoire. Mardi 10 mai, comme chaque année, nous aurons droit à une commémoration pour célébrer l’abolition de l’esclavage en France. Ce fut le combat politique du député Victor Schœlcher en 1848 qui aboutit à cette avancée sociétale indéniable. Il y aura donc des cérémonies un peu partout en France, notamment à Nantes où le Président va apporter le poids de sa personne pour marquer l’événement. Nul doute qu’une repentance bien appuyée sera au menu du discours officiel, rappelant la traite négrière durant le commerce triangulaire vers les Antilles et la Guyane du XVI° au XIX° siècle. Sans doute en esquivant au passage l’esclavage qui perdure dans d’autres contrées et l’esclavage arabo-musulman qui marqua des siècles et le continent africain.

    Juger le passé à l’aune des idées du présent est en général peu pertinent. Regarder le rétroviseur apporte, in fine, peu de progrès pour améliorer le présent. Or les mêmes responsables politiques qui se lamentent sur l’esclavage du passé, tolèrent une forme d’esclavage contemporain. Il s’agit de la Gestation Pour (et surtout Par) Autrui, GPA, qui, bien qu’interdite par la loi française, est en fait facilitée par la circulaire Taubira de janvier 2013, avec l’aval du Conseil d’État en décembre 2014. Un couple qui va acheter un enfant à l’étranger, souvent par l’intermédiaire d’une société nord-américaine spécialisée, verra à son retour en France les démarches administratives facilitées afin de régulariser la nationalité du bébé au plus vite. Notons qu’il s’agit bien d’une transaction commerciale (l’enfant est acheté entre 50.000 et 100.000 $ dont seulement une petite part reviendra à la mère porteuse, souvent originaire d’un pays en voie de développement ou ayant une situation sociale difficile).

(suite…)