Laïcité : fin de la neutralité religieuse ?

laïcitéPlus de 2000 ans d’histoire et bien plus de préhistoire, nous ont tout fait connaître. Notre pays s’est construit dans le conflit, dans les guerres féodales, les invasions barbares, les guerres de religions, les guerres étrangères avec tous nos voisins, les guerres civiles, les révolutions, les guerres coloniales. Il a donc fallu des siècles d’épopées, de coups d’épées, de massacres, pour en arriver au pré carré et à la stabilisation de nos frontières. Il aura fallu réduire les minorités, soumettre les peuples vernaculaires, faire disparaître leurs langues, pour parvenir à unifier la nôtre et enfin pacifier notre société pour la faire entrer dans la modernité. Hormis la pax romana qui a duré 5 siècles, rares et courtes ont été les périodes de paix en France. La terre de France est maculée du sang des victimes de son unification et de sa pacification. La courte période de modernité ‘’heureuse’’ qu’on a connue dans l’immédiat après guerre est dépassée, la post modernité l’a déconstruite et nous a laissés sans idéal, sans identité, sans repères et maintenant sans frontières, c’est à dire sans aucune protection.

Au plan intérieur, la Loi de 1905 de séparation de l’Église et de l’État a été une étape décisive qui a introduit le concept spécifiquement et uniquement français de laïcité. Si ce concept si original pouvait s’appliquer dans le cas des religions bridées par le décalogue (tu ne tueras point) et donc susceptibles d’entendre raison, il est totalement impuissant face à l’Islam qui est une théocratie, une religion de soumission de tout ce qui n’est pas mahométan, un mode de vie basé sur la guerre et la conquête, in susceptible de raison, la réflexion étant interdite, qui prône le meurtre rituel comme un moyen d’accès au paradis.

Il n’est pas besoin d’être bien savant pour comprendre que l’équilibre ancien était extrêmement ténu. Pourtant, la submersion migratoire, notamment par sa composante musulmane et subsaharienne a atteint une ampleur gigantesque. Avoir voulu à toute force imposer des modifications aussi profondes de l’équilibre ethnique et religieux de notre peuple ne peut que conduire à des catastrophes dont nul ne mesure ni l’ampleur ni la durée. Cependant, tout le monde pressent bien qu’elles sont imminentes pour ne pas dire déjà échues, pour le moment encore à basse intensité. Jusqu’ici, notre peuple est resté en état de sidération, complètement tétanisé par ce qui s’annonce. Seuls quelques devanciers sonnent le tocsin mais leur voix est encore couverte par la saturation médiatique.

Cependant, l’évidence devient aveuglante. Il n’est pas un seul jour sans qu’une exaction ne soit commise par un fanatique islamiste, quand ce n’est pas un attentat de masse en attendant le très grand ensanglantement qui nous est promis. Une guerre de religion inouïe se prépare partout en Europe. Les gouvernements le savent parfaitement qui tentent de retarder l’échéance en réprimant sauvagement toute dénonciation du phénomène, en fait toute opposition à cette religion guerrière. En revanche, ils lui permettent tout, en espérant que rien ne se passe. ‘’Surtout ne pas ajouter d’huile sur le feu’’. C’est une politique d’immatures indignes d’assumer les fonctions qui leur sont confiées.

C’est donc un nouvel épisode de guerre de religion qui s’est ouvert, et si le concept de laïcité a été impuissant à prévenir et encore moins à l’endiguer, c’est que la religion suprémaciste des droits de l’homme l’annule.

                Est il possible de considérer l’Islam comme une religion à parité avec les autres ; La neutralité religieuse est elle possible face à l’Islam ; le concept de laïcité est il aujourd’hui dépassé ?

Ligue du Midi

La vraie identité : ni de droite, ni de gauche, mais au-dessus !

menhir%20et%20cathedrale3
Le billet du Réprouvé

        A l’heure où les beaux esprits se contorsionnent dans de grands écarts schizophréniques destinés à résoudre la quadrature du cercle du mariage de l’Islam avec notre laïcité, peut-être le temps est-il venu de simplifier les choses. Parler de l’Islam, en bien ou en mal, ne peut, comme le disait Coluche, faire avancer le schmilblick. Quoi que l’on puisse dire de cette religion totalitaire, sa vigueur et sa progression se jouent sur le champ de bataille de la spiritualité, où elle ne rencontre aucun obstacle. Sur ce terrain, avouons-le sans honte, nous sommes bel et bien aux abonnés absents.

Qu’avons-nous à opposer ?

       Peu de chose ! Parce que simplement, évoquer les racines chrétiennes de la France, ça ne mange pas de pain, mais cela fait plutôt rigoler nos Imams nationaux qui savent, eux, que leurs cinq prières quotidiennes représentent une force colossale. D’un autre côté, s’en tenir à la laïcité, la démocratie, la république et les droits de l’homme, c’est faire le choix de tourner résolument le dos au champ de bataille sur lequel aucun combat n’est mené à cause de l’absence d’un des deux combattants. C’est dire à quel point, la victoire islamique peut sembler proche…

(suite…)

Morale et valeurs au service exclusif de l’idéologie

Egalité
Le billet de François d’Usclat

    Nous connaissons les principes républicains hérités de la Révolution : Liberté, Egalité, Fraternité, laïcité, République une et indivisible. Mais sont venues s’y ajouter depuis de présumées valeurs comme la « citoyenneté » et le « vivre ensemble ». Les inventeurs de ces formules passe-partout s’imaginent que les invoquer suffiront, par le seul effet de la tympanisation, à gommer les effets d’une gestion désastreuse du pays.

    Traduisons tout d’abord. Citoyenneté signifie adopter un consensus républicain comme on embrasse un catéchisme sans exclusion. Il faut en toutes circonstances avoir un comportement citoyen… Ainsi, exemple parmi tant d’autres, une entreprise citoyenne est celle qui procédera à l’embauche par « discrimination positive ». Et, a contrario, à un journal qui pense de manière non consensuelle l’État n’allouera pas de subventions. Bref, on distribue les bons et les mauvais points. Français, encore un effort si vous voulez être (de bons) républicains !

    Quant au vivre ensemble, l’expression commence à être usée jusqu’à la corde depuis qu’il s’avère de façon très évidente que le territoire offre plutôt le décor d’un exister-ensemble que ses acteurs n’ont qu’à subir en se taisant. Ces exaltations universalistes ont connues leur apogée lors l’élection d’un maire musulman pour Londres. Anne Hidalgo en a été tout émoustillée…

(suite…)