“Sens commun” : idiots utiles des musulmans

commun

Le billet de Robert Langlois:

       En politique, c’est comme dans les systèmes d’équation il vient toujours un moment où tout se simplifie. Nous y sommes, l’équation du vote de SENS COMMUN pour FILLON est résolue, elle s’est simplifiée toute seule.

        En voici le résultat :

        FILLON, le candidat supporté (hissé au cric à la primaire de la droite) par SENS COMMUN a donné la même consigne de vote que les Musulmans de France (anciennement UOIF). Les deux ont appelé à voter MACRON pour faire barrage à Marine LE PEN. Voilà, c’est tout simple, telle est la réduction ultime à laquelle a conduit l’engagement de certains apprentis sorciers dans cette campagne.

        Bravo, bravo et encore bravo. Amis catholiques, vous pourrez donc remercier les irresponsables qui vous ont fourrés, et nous tous avec, dans cette nasse. Car si vous écoutez François FILLON, vous allez appliquer la consigne qui complet le mieux à Tarik RAMADAN et aux frères musulmans, celle qui va détruire les dernières défenses qui nous restent et leur ouvrir le pays. Car Tarik RAMADAN, les frères musulmans et l’UOIF savent exactement comment conquérir la FRANCE. Eux sont des politiques de très haut niveau, eux avancent sans effort dans l’espace politique que leur livrent depuis des décennies les sociaux libéraux coalisés et, en cette occasion historique exceptionnelle, les idiots utiles de SENS COMMUN. Eux savent que MACRON est leur meilleur candidat, celui qui va faire le vide devant eux.

        Avec le concours de FILLON, MACRON va être élu. Alors voici en vrac ce qui nous attendra.

(suite…)

Anniversaire de la tuerie du Bataclan : le fantôme de Merah

Merah
Le billet d’Arnaud Beauregard

        Selon Albert Camus, “mal nommer les choses , c’est ajouter du malheur au monde”. Alors, nommons les maux qui frappent la France.

        Une fois encore, nous avons pleuré, célébré « l’héroïsme » du 13 novembre 2015 de ceux qui ont eu la mauvaise idée d’assister à des spectacles que n’apprécient pas les adorateurs d’Allah. Les discours ont tourné autour du “padamalgam”  et les joies du “vivre ensemble”. Pas une de nos “mass merdia” n’a dénoncé les coupables que sont l’Islam…isme et les négligences des services de renseignement français.

        L’ancien magistrat Fenech a enquêté sur ce drame à la tête d’une commission parlementaire. Il est apparu que malgré la réforme Sarkozy avec fusion des services de renseignements, ceux-ci manquent de moyens, ne communiquent pas, et se refusent à tenir compte des sources et méthodes étrangères comme Israël, la Turquie ou la Syrie. Aussi, les terroristes du 13 novembre sont ils passés à travers les trop grosses mailles du filet, ceci, malgré “l’état d’urgence” alors qu’ils étaient connus et fichés “S” pour la plupart.

(suite…)

Un ancien maire communiste veut éradiquer la «gangrène islamiste» et s’adresse à Hollande

communiste

Les propos de l’ex-élu communiste ne correspondent pas à l’habituel discours en vigueur au sein du Parti communiste français au sujet du terrorisme.

André Gerin, ancien élu communiste de Vénissieux, exhorte le 27 juillet le président François Hollande à mettre en oeuvre des mesures «sans précédent» contre la montée de l’islamisme radical. Il souhaite notamment rétablir les frontières nationales.

«La France est gangrenée par l’islamisme». Les propos tranchent avec la dhoxa de mise au sein du Parti communiste. André Gerin, membre du PCF et ancien maire de Vénissieux est en colère. Alors que l’Hexagone a, de nouveau, été endeuillé le 26 juillet avec l’assassinat d’un prêtre normand par deux terroristes se réclamant de Daesh, l’ex-édile a pris la plume.

Dans une lettre ouverte au président de la République, il se dit «convaincu» qu’il faut «franchir une étape sans précédent pour rétablir l’ordre républicain et redonner à l’Etat son autorité et sa légitimité».

(suite…)

Portrait de l’islamiste en fossoyeur du monde

islamiste

Le point de vue d’un Kabyle, les Kabyles, au Magreb, avant l’islamisation, n’étaient pas musulmans… ils savent donc de quoi ils parlent… les deux lignes de conclusion sont sans appel…

Ça a débuté comme ça : en bruit de pantoufles avant que ne retentissent les kalachnikovs et les bombes. On pensait que c’était un jeu. Comme ces pétards que les enfants faisaient exploser lors de l’aïd et de l’anniversaire de la naissance du Prophète. On riait des qamis et des barbes hirsutes des intégristes. C’étaient nos pères Noël.

Ils n’apportaient pas de cadeaux, ne distribuaient pas de bonbons, mais ils aimaient nous raconter des histoires obscures sur l’enfer et le jugement dernier. On trouvait leur façon de s’habiller exotique. Car, à la fin des années 80, rares étaient ceux qui portaient ces accoutrements importés d’Afghanistan et d’Iran. Puis ça a continué comme ça : par l’intimidation. Avec des mots qui, certes, étaient trop violents pour mes oreilles d’enfant, mais c’était de simples mots. Les islamistes harcelaient les femmes libres, les démocrates et les laïques. Ils traitaient les progressistes de dépravés, de suppôts des croisés. Parfois, ils donnaient des coups de poing, de simples coups de poing. Puis ça a progressé. Ils utilisaient des objets, de simples objets : des galets, des cordes, des seringues d’acide, des couteaux, des haches… Ensuite ça a basculé : les islamistes ont embarqué le peuple dans un bateau ivre, pour un long voyage au bout de la nuit… Sans crier gare, ils ont sorti les armes à feu, les fusils à canon scié, les bonbonnes de gaz et tout leur attirail de guerriers. Ce n’était plus un jeu. C’était sérieux.

C’était la folie des hommes. Les barbus tuaient les poètes, les fonctionnaires, les enseignants, les médecins… puis les gens ordinaires, le « petit » peuple. Les journalistes rasaient les murs, ils étaient devenus des nécrologues. Ils n’écrivaient plus d’articles, ils comptabilisaient les morts. Les cafés et les trottoirs se vidaient, les gens se donnaient rendez-vous aux cimetières et parfois on enterrait à la pelleteuse. Grisé par le sang, l’islamiste a redoublé de violence. On l’a vu éventrer les femmes enceintes, jeter des bébés dans des micro-ondes, égorger des villages entiers : Bentalha, Beni-Messous, Larbaa, Raïs… des toponymes qui donnent encore froid dans le dos. (suite…)

La Ligue du Midi sur le terrain face aux jihadistes !

Action anti jihadistes à Lunel

Ce vendredi 13 novembre, face à l’horreur islamiste les Français ont compris qu’il ne fallait plus être « Charlie » mais bien MAÎTRES CHEZ NOUS !

La guerre n’est désormais plus un fantasme mais une réalité très concrète. A cause de la politique migratoire inconsciente de ces cinquante dernières années, le champ de bataille ne se trouve pas à des milliers de kilomètres de nos frontières mais bien dans nos villes, dans nos villages, dans nos rues.

Mais si ceux qui veulent aujourd’hui nous imposer leur religion, leur culture, leur mode de vie, croient que nous allons nous soumettre, ils se trompent. L’heure est désormais à la reconquête de nos terres abandonnées depuis trop longtemps. C’est pour cela que les militants de la Ligue du Midi étaient hier en première ligne à Lunel, à Nîmes et à Alès, villes languedociennes où les jihadistes imposent déjà leur obscurantisme.

Ils se croient déjà chez eux ? On va leur rappeler qu’ici c’est notre terre, notre pays !

MAÎTRES CHEZ NOUS !

Action anti jihadistes à Nîmes

Action anti jihadistes à Nîmes