Archives par mot-clé : hallal

Meilleurs vœux monsieur le maire !

Projet Aïcha

Cyril Meunier, maire de Lattes, interpellé par Richard Roudier (Ligue du Midi) : « il n’y aura pas de mosquée à Lattes ! »

II y avait plus de 400 personnes ce jeudi 15 janvier lors de la séance des vœux du maire de Lattes à l’espace Lattara. Il n’y avait d’ailleurs pas que des Lattois, mais aussi des habitants de l’Agglo en nombre non négligeable qui attendaient l’édile sur la question de la mosquée. L’ambiance était détendue mais sérieuse et les linéaires de buffets somptueusement garnis étaient là pour permettre, en cas de besoin, de noyer le poisson en coupant court éventuellement à tous débats. Monsieur le maire (majorité socialiste), frère politicard roué, au terme d’une intervention au pas de course, dans laquelle il brossait ses administrés dans le sens du poil « je n’augmenterai pas les impôts en 2015 », avait visiblement hâte d’écourter la séance et d’aller serrer la main du plus grand nombre de ses administrés.

Surprise…surprise  à l’instant où le maire allait clore son intervention, sans avoir abordé le sujet qui pollue depuis trois semaines l’ambiance de la cité (dépêche Lengadoc Info)  Richard Roudier,  président de la Ligue du Midi interpellait Cyril Meunier  sur l’état d’avancement du projet de la « mosquée Aicha » de l’iman Khattabi.  Après quelques échanges musclés avec le maire, Richard Roudier, soutenu par une grosse partie de l’assistance, parmi laquelle de nombreux identitaires scandant « liberté d’expression » et « laissez le parler! » sur l’air des lampions, prenait la parole… dans le style qu’on lui connait.

« Monsieur le Maire, vous avez reconnu dans vos vœux que la France venait de connaitre une semaine des plus difficile, vous n’ignorez pas qu’il y a, à une vingtaine de kilomètres d’ici, à Lunel, une mosquée qui est une pépinière de jihadistes, ce que monsieur le préfet a confirmé dans la presse locale  quelques jours avant les attentats islamistes. Afin d’éclairer nos concitoyens, concernant le projet de mosquée dans votre cité pouvez-vous répondre à quelques questions précises:

– Y a-t-il un projet de mosquée à Lattes?

– Vous, ou des gens de votre entourage ont-ils rencontré le duo Bouaziz/Khattabi?

– Etes-vous prêt dorénavant à vous opposer à tout projet d’installation de mosquée sur le territoire de votre commune? »

A la première question, Cyril meunier, répondait laconiquement  par la négative…A la seconde, il rappelait qu’il avait appris l’existence de cette affaire par les réseaux sociaux et qu’à aucun moment l’imam Khattabi et l’association Aïcha n’avaient pris la peine de contacter la mairie : « Il [l’iman Khattabi] ne m’a jamais contacté, pas un courrier, pas une réponse. Je lui ai écrit, il ne m’a pas répondu. J’ai écrit aux propriétaires du terrain, ils ne m’ont pas répondu ». Cyril meunier oubliait de dire qu’il avait également omis de répondre à un courrier électronique de Richard Roudier  sur cette question. Il tentait alors de se défausser sur les religieux de la mosquée Averroès en ouvrant une piste –plausible- sur la mise en place d’une « filouterie » visant à récolter l’argent des fidèles musulmans, sur fond de lutte d’influence dans un clergé auto proclamé… A la troisième question, tout en essayant de biaiser, le maire affirmait qu’il n’y avait pas de terrains constructibles sur Lattes et que « Non, il n‘y aurait pas de mosquée ». Ce propos était vivement applaudi, mais de nombreux citoyens demeuraient un peu sur leur faim et auraient préféré une déclaration de principe plus engagée. C’est ce qu’ils dirent au président de la Ligue du midi, abordé à de nombreuses reprises lors de son départ de la salle, à l’instar du représentant du Front national avec lequel s’est déroulé un entretien chaleureux et instructif.

Article en rapport: Richard Roudier interpelle le Maire de Lattes

Les deux phobies du préfet Bousiges !

Préfet Hugues Bousiges

   Monsieur le préfet du Gard a deux phobies majeures : le racisme et les fêtes votives, les secondes étant d’ailleurs à ses yeux la cause ou la conséquence de la première. Pour faire savant on pourrait dire que dans son esprit, les deux sont consubstantielles. Pourtant, sa démarche contre les fêtes n’a pas connu un grand succès en particulier en Petite Camargue, où face à la colère de la population, il avait du faire marche arrière dans sa volonté d’imposer le nouvel ordre moral édicté par le gouvernement, reconnaissant qu’il “n’avait pas les moyens de faire respecter la sécurité dans les fêtes”.

   Aujourd’hui, il semblerait que le préfet, qui n’est pas en tant que tel, élu, veuille remettre le couvert et tenter de briser une nouvelle fois la fierté autochtone. En effet, du 21 au 28 mars se tiendra dans le département, une « semaine de la fraternité et du bien vivre ensemble ». Derrière cette appellation mielleuse qui sent bon son “bobo-gaucho” parisien, se cache en réalité une véritable œuvre de propagande immigrationniste et anti-patriotique doublée d’un endoctrinement de notre jeunesse puisque 1 200 élèves du département ont été sollicités pour participer à cette mascarade idéologique.

   Bien entendu, monsieur Bousiges a déclaré que cette démarche se voulait “sans esprit polémique et partisan”, tout en méconnaissant le racisme anti-blanc ou anti-français. Pourtant force est de constater que les participants sont tout sauf apolitiques que ce soit le philosophe Régis Debray ou l’architecte Roland Castro, tout deux connus pour leurs engagements à l’extrême-gauche ou encore l’ex-footballeur Lilian Thuram, porte-parole de la Repentance qui lors de la coupe du monde de 1998, a voulu faire une photo avec uniquement les « blacks » de l’équipe de France.

   Monsieur Bousiges, vous qui n’êtes que de passage dans le Gard, plutôt que de gaspiller l’argent public pour imposer vos pulsions mondialistes, vous devriez vous préoccuper de l’insécurité galopante dans ce département, sujet qui semblerait correspondre avec les attributs de votre fonction: braquage de commerces, home et car-jacking, violence dans les cars, attaques en règle contre les pompiers et policiers, trafic de drogue dans les rues sans parler du grand remplacement de population…

   En attendant, cette “semaine” proprement dite, avec, en point d’orgue, une conférence de la LICRA, la machine bien huilée par la préfecture (c’est nous qui payons!) s’est déjà mise en route à Vauvert avec des thèmes aussi décalés que “Education contre le racisme” ou “Racisme et immigration” ainsi que le très provocateur “Ni valise, ni cercueil” que nos amis pied-noirs et harkis apprécieront…quoi qu’il en soit, Monsieur le préfet, vos leçons de pseudo-morale sur le multiculturalisme, nous n’en voulons pas !

Nous sommes ici Maîtres chez nous et, que cela vous convienne ou pas, nous avons bien l’intention de le rester.

Autoc Camarguais
Français, européens, camarguais et fiers de l’être! Autocollant de la Ligue du Midi pour la Camargue

Les gaulois font de la résistance !

Du temps de mon enfance, il y avait à Béziers une quarantaine de boucheries dont une seule « chevaline » reconnaissable entre toutes par sa tête de cheval rutilante plantée au-dessus de la vitrine. Il n’y avait pas de confusion possible et les chalands d’ailleurs ne s’y trompaient pas.

Il faut dire que chez nous, les traditions ont la vie dure puisqu’elles remontent à deux millénaires dans le monde gréco-romain qui ne connaissait pas l’hippophagie; la culture gauloise (la célèbre cavalerie gauloise) avait fait sienne cet adage « on ne mange pas sa monture » et l’église catholique au moyen-âge en avait remis une couche pour être sans doute en adéquation avec le rituel de la chevalerie.

Il faut dire que depuis les années soixante-dix, avec la redécouverte du cheval « ludique » il n’y a rien d’étonnant à ce que la consommation de viande de cheval, déjà résiduelle, ait pratiquement disparu. Les associations de protection animale dénonçant les conditions de transport et d’abattage d’animaux parfois blessés, maltraités et affaiblis, ou toujours conscients lorsqu’ils se vident de leur sang sur la chaîne d’abattage.

Cette affaire des lasagnes de cheval est l’illustration des pratiques mises en place par la mondialisation que nous n’avons de cesse de dénoncer: les plats de marque Findus, étaient à base de viande de cheval d’origine roumaine; ils étaient distribués dans 16 pays par l’entreprise française Comigel; ces plats avaient été préparés au Luxembourg; ils étaient vendus par la société luxembourgeoise Tavola; le fournisseur français de la viande, la société Spanghero, (qui n’a de Spanghero que le nom) reconnaissant que la viande provenait d’un producteur qui abat et découpe à la fois du boeuf et du cheval. Bonjour la traçabilité !!!

Mais comment la Roumanie atterrit-elle dans ce circuit? Les mondialistes trouvant que les dividendes servis en Europe aux actionnaires n’étaient pas suffisamment juteux avaient décidé de faire entrer dans l’U.E en 2007 la Bulgarie et la Roumanie, dont le prix de revient de l’heure est dix fois moins élevé que dans les pays de l’ouest de l’Europe. Rappelons, que cette adhésion était assortie jusqu’au 1er janvier 2010, d’une clause de sauvegarde que Sarkozy, l’hyper-mondialiste, s’est bien gardé de faire jouer. Ainsi la Roumanie pouvait nous envoyer ses surplus de Roms et de vieilles carnes et, pour faciliter le transit, les autorités européennes n’ont rien trouvé de mieux que d’interdire la traction hippomobile sur les routes roumaines.

Cette affaire du cheval roumain labellisée « pur boeuf » dans les surgelés justifie pleinement nos exigences en matière de traçabilité… Mensonges… Mensonges… et s’ils nous mentent pour nous faire manger de la viande de cheval au lieu de boeuf, vous pensez qu’ils ont beau jeu de nous mentir sur la viande halal où il suffit d’un tapis de prière et de trois versets du Coran pour faire du halal. Ce qui me permet d’affirmer, qu’aujourd’hui 80 % de la viande ovine ou bovine consommée dans notre pays est passée entre les mains d’un imam…

Vous aurez noté que les tenants de la mondialisation ont dégainé leur argument massue : « Il n’y a pas de risque pour la santé… » Encore heureux, mais la question primordiale n’est pas comme pour le halal une question seulement économique, ou de risque sanitaire… la vraie question, est pour moi culturelle ou quasi-religieuse: je n’ai pas du tout envie qu’un quelconque barbu, vienne psalmodier sur de la viande qui va se retrouver dans mon assiette, de même que je n’ai pas envie d’y retrouver une once de cheval.

Dans ce pays, où l’on fait une émeute quand on trouve une molécule de porc dans un paquet de bonbon, j’estime que les gaulois qui représentent tout de même 75% de la population ont une profonde légitimité et même un devoir de défendre leur culture et leur dignité.

Nous devons dans un premier temps exiger un étiquetage clair à l’aide d’icônes facilement identifiables sur tous les produits alimentaires et dans un deuxième temps, un label nous garantissant que notre alimentation est conforme à toutes nos valeurs de défense animale, de laïcité et à nos bases culturelles.

Richard Roudier

Réunion de rentrée nîmoise

Succès pour la réunion de rentrée de la Ligue du Midi à Nîmes. Richard Roudier a fait un bilan des nombreuses actions menées en languedoc depuis 6 mois. On se souviendra notamment de l’action contre la statue de Mao, le soutien à William Vidal et Monique et des mobilisations contre le mariage pour les homosexuels.

Richard Roudier nous dévoilait ensuite quelques grosses actions nationales à venir et insistait sur l’implication militante au quotidien au plus près de nos compatriotes!

Tu es patriote ? Rejoins la Ligue du Midi, les identitaires du Languedoc !

Bulletin adhésion