Archives par mot-clé : Gracques

Macron : “En marche” vers le trou noir

Un jeune « vieux » sous influence

        Sacré par les médias et l’oligarchie, Macron plaît, même à l’international, par sa vacuité et son inconsistance  « package incorporé ». Il est une coquille vide prête à être remplie. Son front, prématurément dégarni indique la surchauffe de ses cogitations…

        Victime d’un détournement de mineur par sa prof de théâtre alors qu’il était élève d’une école privée catholique d’Amiens, le scandale suscité l’a contraint à poursuivre sa scolarité à Paris. Actuellement âgé de 39 ans, il a épousé cette personne de 25 ans de plus que lui en 2007. Elle avait su repérer les talents de bonimenteur du jeune Macron, son ambition et sa confiance en sa bonne étoile. C’est elle qui a construit le personnage que nous connaissons. En septembre 2016, son mentor et ami fidèle Henry Hermant soulignait l’inconsistance du personnage : « Emmanuel est trop gai, il a besoin d’être recadré sur des connaissances historiques . Son épouse est très présente à ses côtés… avec sa femme, on veut freiner ses tentatives de trop convaincre, on lui dit de se calmer ». D’ailleurs son épouse l’a même accompagné au Ministère de l’Economie, jusqu’à participer au conseil de cabinet et recevoir en son absence.

Continuer la lecture de Macron : “En marche” vers le trou noir

Macron : une baudruche en apesanteur

baudruche

3°) Impostures et mensonges : Monsieur Propre et les conflits d’intérêts

3°) Impostures et mensonges : Monsieur Propre et les conflits d’intérêts

 

        Macron dit vouloir une France à l’abri de la corruption et des conflits d’intérêts; à le voir jouer la comédie sur les plateaux , faire la moue devant les autres candidats, on lui donnerait le bon dieu sans confession…et pourtant !

       L’Emmanuel nouveau n’est pas à un mensonge près ; passé par l’ENA, il y garde de fidèles amis aussi arrivistes que lui, et comparses. On a déja cité Aurélien Lechevallier, organisateur de sa campagne à l’étranger, diplomate. Mais pourquoi Macron se dit il « docteur en philosophie » alors qu’il n’a pas soutenu de thèse ? Pourquoi se dit il ancien de Nor Sup, alors qu’il a échoué deux fois au concours d’entrée ? Mieux, à moins d’être spirite, notre golden boy a déclaré dans une interview à Paris Match, « être en contact régulier avec un intellectuel musulman » à propos de « l’Islam en France ». Vérification faite, le tunisien en question , Abdelwahab Medded était décédé depuis deux ans…

        Le clip vidéo du mouvement « En Marche » pour accompagner Macron dans la campagne présidentielle était sensé montrer la diversité de la population française et son potentiel. En fait, on y a bien vu de la diversité, oui, mais celle d’un montage de vidéos étrangères surtout américaines. Les mondialistes façon Drahi ont certes du savoir-faire mais il y sont allés un peu fort ! Le français est plus subtil ! Quant au meeting de Marseille, la vidéo présentée par « En marche » relevait de l’escroquerie –la salle est au 3/4 vide et l’ennui y est roi- … Le 10 avril 2016 sur France2 Macron avoue 13.000 adhérents pour son mouvement. Il ne s’agissait en fait que de visites sur son site. Face à Dupont-Aignan, lui reprochant, comme ministre, d’avoir laissé la banque Rothschild « transférer des actifs d’entreprises françaises à l’étranger », il ment éhontément en soutenant : « je n’ai pas eu à en connaître !”

        Concernant son patrimoine, ce « financier » est assez flou. Il déclare la maison du couple au Touquet pour 200.000 euros, alors qu’un redressement fiscal l’estime à 1,4 millions d’euros. De 2010 à 2014, année de son entrée au gouvernement, Macron a gagné 3,3 millions d’euros avant impôt. Or en 2014 il déclare posséder 1,2 millions d’euros et 1 million d’euros de dettes. Le 28/10/16 il n’aurait plus que 63.048 euros et ne vivrait qu’avec l’argent de son épouse. Sauf erreur, Macron a les mains trouées ! Voilà quelques entourloupes destinées à échapper au fisc et à l’ISF, mais un aussi mauvais comptable peut il prétendre gérer la France ?

Continuer la lecture de Macron : une baudruche en apesanteur