Archives par mot-clé : Église

“Sens commun” : idiots utiles des musulmans

commun

Le billet de Robert Langlois:

       En politique, c’est comme dans les systèmes d’équation il vient toujours un moment où tout se simplifie. Nous y sommes, l’équation du vote de SENS COMMUN pour FILLON est résolue, elle s’est simplifiée toute seule.

        En voici le résultat :

        FILLON, le candidat supporté (hissé au cric à la primaire de la droite) par SENS COMMUN a donné la même consigne de vote que les Musulmans de France (anciennement UOIF). Les deux ont appelé à voter MACRON pour faire barrage à Marine LE PEN. Voilà, c’est tout simple, telle est la réduction ultime à laquelle a conduit l’engagement de certains apprentis sorciers dans cette campagne.

        Bravo, bravo et encore bravo. Amis catholiques, vous pourrez donc remercier les irresponsables qui vous ont fourrés, et nous tous avec, dans cette nasse. Car si vous écoutez François FILLON, vous allez appliquer la consigne qui complet le mieux à Tarik RAMADAN et aux frères musulmans, celle qui va détruire les dernières défenses qui nous restent et leur ouvrir le pays. Car Tarik RAMADAN, les frères musulmans et l’UOIF savent exactement comment conquérir la FRANCE. Eux sont des politiques de très haut niveau, eux avancent sans effort dans l’espace politique que leur livrent depuis des décennies les sociaux libéraux coalisés et, en cette occasion historique exceptionnelle, les idiots utiles de SENS COMMUN. Eux savent que MACRON est leur meilleur candidat, celui qui va faire le vide devant eux.

        Avec le concours de FILLON, MACRON va être élu. Alors voici en vrac ce qui nous attendra.

Continuer la lecture de “Sens commun” : idiots utiles des musulmans

Démocratie contre théocratie

le Baptême de Clovis
le Baptême de Clovis

Le billet d’Hervé Fenoy

    La rivalité entre le pouvoir temporel et le pouvoir religieux remonte probablement  à la nuit des temps, et s’est manifestée sur tous les continents. L’Histoire est riche de périodes et de lieux où l’un s’est exercé aux dépens de l’autre, mais davantage encore, où l’un des deux a subi l’influence plus ou moins grande de son rival. On observe bien sûr ce phénomène dans l’Antiquité, mais aussi dans les temps « modernes ». Clovis est sacré Roi à Reims par l’Évêque St Rémi, Charlemagne, Empereur, à Rome par le Pape Léon IV… Henri IV n’a guère d’autre choix que de promulguer l’Edit de Nantes (1598), qui, outre la liberté de culte, concède aux protestants des privilèges, tant en matière de justice que d’enseignement ou de santé… sans oublier l’octroi de places fortes (situation que l’historien Jean Guiraud qualifie « d’Etat dans l’Etat »). Le Pape Pie VI et Napoléon n’étaient pas les meilleurs amis du monde… et plus proche de nous, il a fallu promulguer la Loi de 1905 qui fixe les rapports entre l’Etat et les religions.
   
   Un pouvoir théocratique (du grec théos : dieu) existe encore de nos jours, et sous une forme plus ou moins notoire en divers pays du monde musulman (Maroc, Iran, Arabie Saoudite… ainsi que là où l’influence de la sphère intégriste se fait sentir). La loi commune étant la Charia. En ce qui  concerne la France, notre longue histoire, nous a conduit sous un régime républicain avec un principe de séparation de l’Eglise et de l’Etat. Cette situation n’emporte peut-être pas un assentiment unanime, mais nous nous devons de constater qu’une large majorité l’approuve, ou s’en accommode plutôt bien, chacun restant libre de ses opinions et de ses croyances…

Continuer la lecture de Démocratie contre théocratie