Macron : une baudruche en apesanteur

intérêts

4°) A l’encontre des intérêts de la France

 

 

4°) A l’encontre des intérêts de la France

 

Macron a conseillé Hollande pendant tout le quinquennat. Il a été secrétaire Général Adjoint de l’Élysée puis Ministre de l’économie après avoir participé aux différents groupes occultes proches du président. Aussi peut-on affirmer qu’il est coresponsable de la casse sociale que connaît la France et de la crise économique qui accélère la crise politique qui touche le pays. Le 11 mars 2017 Hollande déclarait à Valérie Pécresse : «  je suis dans un travail de démolition que je mène depuis cinq ans avec obstination », il convient de le prendre à la lettre. Macron en est le complice sinon l’inspirateur selon les principes du constructivisme.

Contemporain des années 68, le constructivisme a pour projet la gouvernance de l’humanité au moyen de décisions déterminantes pour la vie des personnes prises par le pouvoir politique. Avec des lois sur la famille, la filiation, la conception, la fin de vie, l’altérité sexuelle, la politique du quinquennat a favorisé la perte de repères et la « destruction des communautés naturelles » selon le terme d’Olivier Babeau. Le principe étant que tout est relatif puisque construit, donc aliénant et doit être « déconstruit ».

C’est à ce titre qu’en février 2017, le Grand Orient de France était encouragé à faire évoluer la loi sur l’euthanasie, travailler sur le transhumanisme et l’homme augmenté. Ajoutons l’organisation d’une invasion migratoire africaine à la charge de la collectivité et le bilan du quinquennat sur la déconstruction sociétale est positif ! Le couple Macron-Hollande a su amener la France de 2012 avec cinq millions de chômeurs à plus de six millions en 2016. En quatre ans, la dette de la France est passée de 1.800 milliards à plus de 2.200. Ce qui représente 100 % du Produit Intérieur brut. Et les impôts sont passés de 900 milliards à plus de 1.000.

Pourtant, dés que Macron a été installé à Bercy, Challenges et Les Échos ont été dithyrambiques, de même que les médias étrangers. Il a été présenté comme un sauveur. Aussi Hollande a demandé à Pisani-Ferry de France-Stratégie, organisme officiel à la charge du contribuable, d’établir le programme du mouvement « En marche ». Macron sitôt installé à Bercy est passé à la déconstruction du tissu économique.

La loi Macron du 14/07/2015 était destinée « à la croissance, l’activité et l’égalité des chances ». En fait de croissance, c’est le chômage qui a crû et l’activité a été représentée par la cession d’actifs français à l’étranger. Concernant l’égalité des chances, c’est la déréglementation de l’activité économique qui s’est amplifiée. Cette loi Macron a facilité le travail de nuit et celui du dimanche. Elle a plafonné les indemnités de licenciement. Les « Cars Macron » mis sur le marché sans prévoir d’aires de stationnement ni étudier l’impact sur le réseau routier, a mis à mal le service public de la SNCF. Les pertes d’emplois n’ont pas été estimées et la SNCF est actuellement en déficit de 180 millions d’euros. Seulement 1430 emplois sur les 22.000 prévus ont été créés par les « Cars Macron ». Avec un allègement des règlements et des procédures d’urbanisme, les zones urbaines pourront augmenter de 30 % leurs surfaces constructibles au détriment des terres agricoles. En ce qui concerne les professions jusque là réglementées (notaires, huissiers, commissaires-priseurs, personnel des tribunaux de commerce etc) la libéralisation du marché juridique destiné à faciliter la concurrence va surtout détruire la fiabilité.

La loi Macron prévoit aussi de transférer la propriété du matériel militaire à des sociétés privées qui le loueront à l’Armée de terre et à la Marine. De même, et surtout, l’État vendra des parts détenues dans des entreprises privatisées pour rembourser la dette. C’est ainsi que la France a été délestée d’entreprises pilotes qui étaient l’honneur du pays.

Lafarge, leader mondial des matériaux de construction cède à HoLstin la totalité des actifs en France, Allemagne,ne, Grande-Bretagne, Canada, Autriche, Hongrie, Serbie, Philippines, Brésil. Le siège social part en Suisse et, fin 2016 les effectifs salariés sont réduits en France de façon drastique. Macron indique dans Les Échos « les motivations sont financières… avec des considérations d’optimisation fiscale…c’est une défaite, mais c’est la vie des affaires » . En 2017 Dupont-Aignan fait remarquer que la banque Rothschild a été la Banque Conseil pour cette transaction.

Alcatel, spécialisé et performant en fabrication et réparation d’équipement de télécom a cédé le site français normand de Eu sous la pression des USA et de l’Europe à Lucent et a confié pour cinq ans ses commandes au nouveau groupe promis à la vente à Nokia. Une centaine de personnes sont ainsi privées d’emploi après d’autres restructurations. De 2013 à fin 2015, ont été vendus ou fermés les sites d’Ormes dans le Loiret, Orvault en Loire-Atlantique, Rennes, Colomiers prés de Toulouse, Vélizy-Villacoublay dans les Yvelines. Dans les Echos, en mai 2016, Macron reconnaît « c’est une questions de souveraineté qui se joue » mais il laisse faire.

SFR alors convoité par Bouygues a été vendu au franco-israélien Drahi (devenu gros soutien de Macron) lequel a réalisé une excellente affaire puisqu’il a engrangé 14 milliards d’euros en six mois. Il faut savoir qu’avant l’arrivée de Macron à Bercy, Drahi, très endetté, faisait l’objet d’un contrôle fiscal. Arnaud Montebourg, son prédécesseur au ministère avait ainsi décrit le groupe Drahi : «  Numéricable a une holding au Luxembourg, son entreprise est cotée à la bourse d’Amsterdam, sa participation personnelle est à Guernesey dans un paradis fiscal de sa majesté la reine d’Angleterre, et lui-même est résident en Suisse ». Sitôt SFR racheté, 5.000 permanents on t été licenciés. La banque Rothschild était chargée du transfert d’actifs.

En poste à Bercy, Macron chapeaute l’ouverture du capital de l’aéroport Toulouse-Blagnac aux chinois de Casil-Europe. Bien que se défendant de privatiser en ne cédant que 49,9 %, il ajoute un pacte secret qui donne à Casil les pleins pouvoirs. Cette entourloupe, véritable déni de transparence démocratique, permet aux chinois d’engranger, un an plus tard, 15 millions d’euros de dividendes ! De même, il cède l’aéroport de Nice à la famille Benetton à l’heure où les investissement devenaient rentables. Car avec Macron, les bénéfices vont au privé et les pertes sont socialisées ! Une petite close pernicieuse dans la charte sera contestée devant les tribunaux car elle entraînait une surtaxe compensatoire pour les usagers. La cession de l’aéroport de Lyon à Vinci a été bouclée en juillet 2016. L’État reste propriétaire des murs, terrains et pistes , et cède 60 % des ses parts pour 35 millions d’euros. Le terme de la concession est 2047 ; or chaque année l’État engrangeait 3 millions d’euros.

Interrogé par Les Échos, le 23/05/16, sur l’état de l’industrie française, Macron reconnaît la nécessité d’ « une politique de souveraineté dans les secteurs… comme la Défense et l’Énergie ». Pourtant Technip, fleuron du secteur para-pétrolier français, spécialisé dans les plates-formes off-shore, les installation à terre et sous-marines a été bradé par l’État alors qu’il était premier actionnaire et s’est laissé léser : FMC technologie, petit groupe américain, avait une valeur bien inférieure à Technip. Afin de donner l’illusion de la création d’un géant mondial et, fiscalité oblige, le siège sera à Londres. Or, l’État français était premier actionnaire du groupe avec la Banque Publique d’Investissement (BPI France) et l’Institut Français du Pétrole. La direction générale, la direction financière et la direction juridique partent à Houston au Texas. Les suppressions d’emplois suivent : 6.000 sur 38.000 salariés. La BPI renonce même à siéger au Conseil d’Administration. Il n’y aura pas de parité. En mai 2016 Macron indique dans les Échos que Technip était leader européen dans le para-pétrolier mais que l’opération « va le consolider ». Les banques qui ont traité cette affaire sont Rothschild et Goldman-Sachs.

Le pire a peut être été atteint avec la vente d’Alstom au groupe américain General Electric car c’est alors l’ensemble de la filière nucléaire française qui a été mise sous contrôle. La France a ainsi perdu sa souveraineté énergétique et militaire dont le renseignement. La maintenance des centrales nucléaires sur le sol français dépend à présent de l’étranger, les USA pour l’instant, mais des secteurs de General electric pourraient être cédés. Nous dépendons aussi des USA pour ce qui concerne la dissuasion nucléaire car ce sont eux qui fournissent les turbines de nos sous-marins. ET tout ça pour un « plat de lentilles » selon Figaro-Vox. La banque-conseil d’Alstom était Rothschild !

Le repérage par satellite appartient à présent à General Electric. Alstom Satellit Tracking System était installé dans 70 pays et équipait nos armées et les entreprises de la Défense et de l’Espace. Alstom comme Safran étaient des entreprises éminemment stratégiques concernant la souveraineté de la France. Or, le 3 mars 2015 le Huffintgton Post publiait sous le titre « Emmanuel Macron accro à la bourse » et se réjouissait de la vente d’actifs de la société Safran par Bercy. Le groupe Safran était spécialisé en aéronautique, défense et renseignement. En février 2013, 3,12 % avaient été cédés ; en novembre 2013, 4,7 % de plus ; et en mars 2015 encore 3,95 % sous prétexte de désendetter la France.

Le 4 avril 2017 lors d’un face à face télévisé, le candidat Dupont-Aignan a reproché au candidat Macron que « la banque Rothschild ait transféré à l’étranger des actifs d’entreprises françaises… Alstom, Alcatel, Lafarge, Technip  alors qu’il était ministre. Macron, par une pirouette refusa de répondre « Je n’ai pas eu à en connaître ». Sachant qu’ Emmanuel Macron conserve des liens avec son ancien employeur, la Banque Rothschild et qu’il y possède toujours des fonds de placements en tant que salarié, il est permis de s’interroger sur sa cupidité ou son incompétence. Y a t-il eu déconstruction volontaire ou traîtrise ? Macron serait il selon le terme d’Aurian Derien « un criminel en col blanc » ?

Macron : une baudruche en apesanteur

baudruche

3°) Impostures et mensonges : Monsieur Propre et les conflits d’intérêts

3°) Impostures et mensonges : Monsieur Propre et les conflits d’intérêts

 

Macron dit vouloir une France à l’abri de la corruption et des conflits d’intérêts; à le voir jouer la comédie sur les plateaux , faire la moue devant les autres candidats, on lui donnerait le bon dieu sans confession…et pourtant !

L’Emmanuel nouveau n’est pas à un mensonge près ; passé par l’ENA, il y garde de fidèles amis aussi arrivistes que lui, et comparses. On a déja cité Aurélien Lechevallier, organisateur de sa campagne à l’étranger, diplomate. Mais pourquoi Macron se dit il « docteur en philosophie » alors qu’il n’a pas soutenu de thèse ? Pourquoi se dit il ancien de Nor Sup, alors qu’il a échoué deux fois au concours d’entrée ? Mieux, à moins d’être spirite, notre golden boy a déclaré dans une interview à Paris Match, « être en contact régulier avec un intellectuel musulman » à propos de « l’Islam en France ». Vérification faite, le tunisien en question , Abdelwahab Medded était décédé depuis deux ans…

Le clip vidéo du mouvement « En Marche » pour accompagner Macron dans la campagne présidentielle était sensé montrer la diversité de la population française et son potentiel. En fait, on y a bien vu de la diversité, oui, mais celle d’un montage de vidéos étrangères surtout américaines. Les mondialistes façon Drahi ont certes du savoir-faire mais il y sont allés un peu fort ! Le français est plus subtil ! Quant au meeting de Marseille, la vidéo présentée par « En marche » relevait de l’escroquerie –la salle est au 3/4 vide et l’ennui y est roi- … Le 10 avril 2016 sur France2 Macron avoue 13.000 adhérents pour son mouvement. Il ne s’agissait en fait que de visites sur son site. Face à Dupont-Aignan, lui reprochant, comme ministre, d’avoir laissé la banque Rothschild « transférer des actifs d’entreprises françaises à l’étranger », il ment éhontément en soutenant : « je n’ai pas eu à en connaître !”

Concernant son patrimoine, ce « financier » est assez flou. Il déclare la maison du couple au Touquet pour 200.000 euros, alors qu’un redressement fiscal l’estime à 1,4 millions d’euros. De 2010 à 2014, année de son entrée au gouvernement, Macron a gagné 3,3 millions d’euros avant impôt. Or en 2014 il déclare posséder 1,2 millions d’euros et 1 million d’euros de dettes. Le 28/10/16 il n’aurait plus que 63.048 euros et ne vivrait qu’avec l’argent de son épouse. Sauf erreur, Macron a les mains trouées ! Voilà quelques entourloupes destinées à échapper au fisc et à l’ISF, mais un aussi mauvais comptable peut il prétendre gérer la France ?

A Bercy, en huit mois, il a utilisé 80 % du budget de représentation du ministère, soit 120.000 € de frais de bouche pour lancer son mouvement (cf. « dans l’enfer de Bercy »). Voilà une fine gueule qui ne se refuse rien… avec l’argent des contribuables ! Hollande comme Sapin ont laissé filer !

Et cette soirée à Las Végas organisée par Havas Business France (Groupe Bolloré) sans appel d’offres, qui a coûté au contribuable 381.759 € dont 100.000 rien que pour l’hôtel ! La promotion de ce jeune homme et sa bonne compagnie nous a coûté bien cher !!! Certains mauvais esprits osent voir dans tout cela du trafic d’influence ou/et du détournement d’argent public…

A ce propos, on a pu constater que Macron n’était pas avare de décorations pour ses amis, ni en tant que conseiller du président ni en tant que ministre. Fort curieusement, les soutiens qui pèsent lourd dans sa campagne, ont tous été médaillés peu de temps avant son lancement. Philippe Arraou est fait chevalier de la Légion d’honneur le 06/07/16 par E. Macron. Il rejoint “En marche” début 2017 et intègre l’équipe chargée du développement économique. Pierre Bergé est fait grand officier le 21/04/15 et, en janvier 2017, rejoint « En marche », “ sans la moindre restriction” et prend en charge le développement média et finance. Laurent Bigorgnegroupe Bilderberg et Institut Montaigne est fait chevalier de l’Ordre National du Mérite le 01/05/15 sur le quota de Bercy. Il prêtera son logement au mouvement. Son épouse, est un support important du mouvement avec son association « Pour le Renouvellement de la vie politique ». En septembre 2015, Macron a décoré Jacqueline Franjou officier de la Légion d’honneur et, le 01/12/16, elle était signataire de l’appel « Elles marchent ». Feu Henry Hermand, magnat des centres commerciaux, mentor de Macron, a été fait commandeur de la Légion d’honneur, lui qui le considérait comme son « jeune fils spirituel ». Évidemment, le candidat soutenait l’ouverture des centres commerciaux le dimanche. En mars 2017 paraît « Macron par Macron », éditions « Un livre », dont Hermand est actionnaire. Ce même Hermand aurait prêté 550.000 € à Macron pour un premier achat immobilier. Frédéric Mazella a accompagné Macron à la soirée de Las Végas et a été décoré le 08/07/16 chevalier de la Légion d’honneur. Marc Simoncini est fait chevalier de la Légion d’honneur par décret d’avril 2014, peut être en tant que fondateur du site de rencontres « Meetic » !  En septembre 2016 il s’est déclaré soutien de Macron « au maximum » et il organise des groupes de travail entre Macron et des entrepreneurs. Bernard Spitz est fait officier de la Légion d’honneur le 25/03/16 sur le quota du ministère de l’Économie de la main même de Macron. Rappelons qu’ils appartenaient tous deux au groupe d’influence très fermé des « Gracques ».

Quant à Jean Borello, devenu officier de l’ordre National du Mérite en 2014 sur le quota du ministère de l’Économie le 26/10/16 il  devient peu après délégué national de “En marche”. Notons que ce personnage est un ardent promoteur de l’ouverture des frontières et de l’accueil des migrants, ce qui lui assure un substantiel « gagne-pain ». Malgré tout, les associations qu’il gère auraient pêché par défaut de transparence comptable et lui-même a été condamné il y a quelques années à 6 mois avec sursis pour une histoire de drogue.

Macron s’entoure de personnalités douteuses. Le jeune Florian Humez, chargé de la « marche des jeunes » est aussi attaché parlementaire du député PS Bridey -soutien de Macron- il est vrai, à mi-temps. Or, ce statut lui interdit de s’engager dans une campagne électorale. Le responsable du programme « santé » de Macron, le cardiologue frano-libanais J.J Mourad a été contraint de démissionner de « En marche » en mars 2017 car il avait des conflits d’intérêts avec le laboratoire Servier (celui du médiator !), ce qui a été rendu public. Il en avait perçu prés d’un million d’euros en 2016. Faut-il s’ étonner que Macron ait, au meeting de Nevers, préconisé un meilleur remboursement des médicaments de ce laboratoire ?

Bercy, du temps où Macron était ministre a effacé la dette de 3,5 millions d’impôts du Canard Enchaîné. Certains voient, après ce royal cadeau un renvoi d’ascenseur dans l’odieuse campagne anti-Fillon organisée par ce Canard boiteux. En effet, qui pouvait détenir les informations confidentielles capables d’éliminer le principal concurrent de Macron, sinon l’équipe Macron-Sapin-Jouyet-Hollande ? A l’ère de l’inversion, c’est un exemple d’indépendance d’une presse dite libre.

Locataire de Bercy, Macron a autorisé le rachat de SFR, alors convoité par Bouygues, par le groupe du Franco-Israelien Drahi qui a « cédé » le patron de son pôle média au mouvement « En marche » dés octobre 2016. On ne s’étonnera pas de voir le journal le Monde soutenir le jeune candidat, car Mathieu Pigasse, co-propriétaire avec Niel et Bergé est intervenu dans la vente de SFR en tant que directeur de la banque Lazard pour la France. Est aussi intervenue pour cette vente, la banque Morgan Stanley dirigée par Bernard Mourad précité. Les commissions à se partager entre banques d’affaire ayant été de 260 millions d’euros, cela valait bien quelques renvois d’ascenseur.

 

On voit bien que ce Monsieur Propre est parfaitement à l’aise en eaux troubles…

 

(à suivre)