Chandeleur en Pays Catalan

Drapeau catalan et breton d’ADSAV

Communiqué de Resistència

 

        C’est à Pia, chez un adhérent, que ce samedi 18 février se sont réunis militants et sympathisants de Resistència afin de célébrer la traditionnelle fête de la chandeleur, avec un peu de retard comme l’a souligné son président Llorenç Perrié Albanell lors de son exposé. Un exposé qui rappelle l’importance de maintenir nos traditions, symboles d’une identité bien vivante, dont voici un extrait :

        “ La chandeleur se célèbre normalement le 2 février depuis que cette fête est devenue, par action syncrétique, une fête chrétienne. Chandeleur signifie fête des bougies, en référence à la lumière, vénérée dans l’antiquité comme la demande du retour du soleil invaincu, le retour du soleil annonce le retour du printemps. Pour les chrétiens il s’agit de la fête de la purification de la Vierge et la présentation de Jésus au temple. La chandeleur chrétienne a gardé le symbole de la lumière. (suite…)

Langue catalane: Valls, un renégat au service de la République jacobine

Le billet de Llorenç Perrié Albanell à propos de la primaire de la gauche

       Lors du second débat des primaires de Gauche (25.1.17), Manuel Valls démontre encore une fois le peu d’estime pour sa langue maternelle, le catalan. L’animateur de l’émission pose une question à propos de la maîtrise de l’anglais aux candidats en lice, réponse de Manuel Valls:

“– Je parle aussi l’espagnol. Il n’y a pas que l’anglais comme langue mondiale.
– Vous parlez aussi le catalan ?
– Oui mais il y a plus minoritaire que le catalan, le breton. “

Ce n’est pas la première fois que Manuel Valls n’est pas à l’aise avec la langue catalane, citons l’Indépendant du 3 août 2012:

        “En conclusion du point presse donné par Manuel Valls lors de sa visite au SDIS 66 (Service départemental d’incendie et de secours), où il était venu rendre hommage aux sapeurs-pompiers français engagés sur les incendies qui ont ravagé la Catalogne. Alors qu’une journaliste de radio Arrels lui posait une question en catalan, le ministre de l’Intérieur, quelque peu embarrassé lâche, d’une petite moue en souriant : “Vous me posez un problème. Est-ce qu’un ministre français doit parler catalan ? “ .
Quelqu’un, parmi les élus présents autour de lui, ose un : “ Chez-nous, oui “.

“Mais chez vous, oui”, enchaîne en opinant du menton le patron de la place Beauvau. “

Lire l’article complet sur l’Indépendant.

        Quel rapport ? Les catalans apprécieront ses réponses.

        Pour mémoire: 10 millions d’européens parlent le catalan autant ou plus que le nombre de locuteurs de nombreuses langues officielles d’États de l’Union Européenne.

Présentation du mouvement identitaire : Resistència catalana

rivesaltes12

Catalogne-nord

        C’est lors d’une soirée de présentation à Rivesaltes (66) que le nouveau mouvement politique “ Resistència“, à la fois, nord-catalan, identitaire et autonomiste a été porté sur les fonds baptismaux en présence de deux délégations venues du sud, “Moviment Identitairi Català” et “Som Catalans”. Le “Partit Nacionalista Català” avait, quant à lui, tenu à apporter son soutien dans un message écrit.

        Un représentant de “Som catalans” lisait une déclaration d’ Ester Gallego, présidente de « Som », qui tenait à rappeler que « malgré le traité des Pyrénées, la conscience nationale prospérait en Catalogne et que des deux côtés des Pyrénées le peuple faisait face au même péril jacobin, qui tente d’imposer l’effacement des racines et “l’obligation migratoire” ; sur ce dernier point, Ester Gallego appelait à la mobilisation et à la résistance contre la colonisation islamique et terminait en mettant en garde contre le multi-culturalisme véritable suicide pour les peuples en général et pour les catalans en particulier ».

(suite…)

Immigration : la résistance catalane s’organise

saint-marie-la-mer6

Devant la mairie de Ste. Marie la mer (66)

Le Communiqué de Llorenç Perrié Albanell (Perpignan)

En réponse à l’imposition de migrants dans des centres de vacances en Pays catalan plus d’une dizaine de militants identitaires catalans se sont regroupés à Sainte Marie pour une distribution massive de tracts dans la nuit du lundi 17 octobre. L’imposition par l’état jacobin de migrants dans notre territoire est la goutte d’eau qui fait débordée le vase de l’immigration.

        Voici le texte du tract :

        La région Occitanie, et donc le Pays Catalan, sera  la 3ème région de France qui devra accueillir le plus de migrants avec, d’ici la fin de l’année, 1 445 personnes, contre 354 accueillies à ce jour (chiffres officiels). Pour atteindre ces 1 445 places, il faudra donc 1 091 places supplémentaires à créer, et à répartir dans différents CAO. Le pouvoir dictatorial jacobin nous impose l’accueil d’une population aux mœurs et aux objectifs aux antipodes des nôtres. Les communes choisies en Pays catalan  sont celle de Sainte Marie, Vernet-les-Bains et Saint Paul de Fenouillet.

(suite…)

Pourquoi les questions du nom et du statut sont elles indéfectiblement liées

statut
Un communiqué de Llorenç Perrié à propos de la manifestation du 10 septembre 2016

   La rue nous appartient… récupérons maintenant notre territoire !

Sous une chaleur de plomb des milliers de catalans se sont rassemblés ce samedi 10 septembre 2016 à Perpignan… 12 000 selon l’organisation, 8 000 selon la police. Un véritable succès qui dépasse la manifestation anti-Septimanie d’il y a 10 ans puisque le nombre  de participants a été doublé, preuve que l’engouement identitaire ne faiblit pas, bien au contraire. Les quelques élus locaux bien connus du département présents ce jour, et en quête de quelques voix, n’ont pas fait l’unanimité, tel Jean-Marc Pujol, maire de Perpignan, hué et conspué par la foule au moment des remerciements d’usage prononcé par l’organisation… Une organisation gênée et dépassée par ces réactions hostiles envers l’establishment local.

    Les catalans ont bonne mémoire:

Rappelons en effet que l’actuel maire de Perpignan était favorable à l’appellation Pyrénées-Méditerranée. Son aversion pour l’identité catalane est confirmée par ses nombreux actes ou  inaction sur cette question et ses « affaires » se trouvent au Maroc et non en Pays catalan. Cet homme appartient au réseau « Alduyste » bâti sur le clientélisme et les clans, un clan qui règne sans partage sur la capitale du Roussillon depuis 40 ans. Autant dire que sur ce point au moins, la ligne de rupture avec les dinosaures de la politique souhaitée par les catalans n’était pas au rendez-vous.

  • Les points positifs à retenir :
-Une mobilisation sans précédent dans le domaine de la revendication politique nord-catalane.
-Un désir palpable de la population pour une rupture avec l’establishment qui maintient depuis des décennies  le Pays catalan dans la précarité et le génocide culturel.
-La prise de conscience de la nécessité d’un statut particulier pour le Pays catalan.
-La participation de nombreux élus communaux qui ne semblent  pas être en quête de quelques voix, d’acteurs de terrain, d’entrepreneurs, de responsables du secteur agricole, bien décidés à défendre le territoire.

-Une perte de prise en main du mouvement catalaniste par la gauche.

  •    Les points à éclaircir :

-N’oublions pas que la lutte pour un nom identitaire pour notre territoire doit aller de pair avec une démarche conjointe visant à un statut dérogatoire pour le Pays catalan. Un nom identitaire ne doit pas servir de vitrine à un territoire vidé de son identité et d’un pouvoir politique propre. Dans ce cas, nous serions toujours des catalans, certes, mais des catalans pauvres, privés de tout pouvoir décisionnaire nécessaire à un développement économique (fiscalité territoriale, reversement d’un quota de TVA,  économie locale, promotion du tourisme…) et au maintien de notre culture millénaire. La question des institutions devant faire d’ores et déjà l’objet de propositions claires, fortes et réalistes.

Tout ceci me fait écrire que l’heure est venue pour la création d’un mouvement politique 100% nord catalan, identitaire, autonomiste et populiste. Je donnerai dans les jours qui suivent plus de détails sur tous ces points.