Calais : préfiguration de la France périphérique

Le billet de Colette Mercier

 

Regardez bien ce qui se passe à CALAIS depuis des décennies, vous y verrez en concentré la préfiguration de ce que sont déjà en train de devenir les villes moyennes de la FRANCE périphérique.

Pas de zones refuges pour les français de souche

 

Les furieux qui veulent notre disparition organisent la submersion migratoire jusque dans les moindres recoins du pays pour qu’il n’y subsiste aucun point de fuite ou de regroupement ethniquement homogène pour nous. Le bourrage se fait à marche forcée, partout les collectivités territoriales sont sommées de recenser les établissements et logements vacants pour y loger les migrants. Toutes les petites villes de FRANCE sont concernées, pas une n’y échappe. Le constat est aveuglant, les choses sont allées à une vitesse extraordinaire, la puissance de l’État a réalisé en quelques mois un mitage forcé de tout le pays, jusque dans les zones rurales les plus reculées – et ce n’est pas fini.

Pas de zones refuges, pas de zones intactes pour la population d’origine. Submersion forcée partout, telle est la politique que l’on voit à l’œuvre. Il ne s’agit pas d’une thèse complotiste, pas d’un ‘’sentiment d’insécurité’’. Non, c’est simplement la triste réalité qu’il nous faut appréhender.

périphérique

Le « Monde » de ce jour : « paisibles » migrants armés de bâtons à Calais

Finalisation de la submersion par le regroupement familial

 

Pour le moment, ce ne sont que des hommes jeunes arrivés seuls. Cette première vague a été incrustée de force partout, dispersée sur tout le territoire, pour le moment par petits paquets. Aucun n’est expulsé, tous, absolument tous, sont régularisés de fait, car aussi bien les lois européennes que nationales sont faites pour rendre la remigration rare, voire impossible.

Une fois cela fait, quand le bocal sera bien plein, vous verrez arriver toute la smala qui va suivre. Ce sera alors la phase du regroupement familial. Les épouses, les grappes d’enfants, les vieux, les cousins, les oncles, les tantes, les neveux. Quand on sait ce qu’est la famille africaine élargie, on mesure que pour un qui rentre aujourd’hui ce sont plusieurs dizaines qui suivront. Le calcul est très vite fait, ce seront des millions. Ne pas vouloir le voir maintenant c’est se condamner à devoir le subir plus tard.

 

La FRANCE périphérique zone de fixation massive de ces populations

 

Contrairement à ce que l’on dit, il n’y a pas de pénurie de logements en France. Simplement les logements vacants ne sont pas aux bons endroits. Il n’y a plus de capacité de logement dans les grandes métropoles qui d’ailleurs ne souhaitent pas fixer davantage de populations exogènes, elles ont déjà leur quota. Y construire massivement des logements serait trop cher. En revanche, les petites villes, qui se meurent, regorgent de logement vides, sans compter les résidences de loisir dans les stations touristiques. Le bon parti pour le pouvoir remplaciste c’est de remplir les logements inoccupés dans la profondeur du territoire. C’est exactement ce qui est en train de se produire.

 

Pas de zones refuges, pas de zones à défendre

 

Une fois cela fait, les populations seront tellement intriquées que ces zones seront impossibles à défendre. De surcroît il n’y a quasiment plus dans ces villes que des retraités et des personnes âgées qui seront placés en face de populations vindicatives et violentes en pleine force de l’âge -on peut intégrer dans ce dispositif les nouvelles lois sur l’euthanasie-.

 

Une confrontation dramatique

 

On mesure alors ce que sera le sort des français âgés et laissés sans défense qui n’auront pas pu (ou pas su) s’organiser pour se protéger par leurs propres moyens.

On le voit à CALAIS, l’État n’a pas la volonté de défendre la population de souche. D’ailleurs quand bien même il le voudrait, il n’en a plus les moyens depuis bien longtemps. CALAIS préfigure la confrontation dramatique que nous aurons à assumer d’ici très peu de temps partout dans les petites villes de la FRANCE périphérique. Nous sommes mis brutalement et massivement en présence de gens venus nous conquérir qui n’ont ni les mêmes mœurs ni la même culture que nous. La barbarie et la loi du plus fort seront la règle, l’affrontement sauvage sera inéluctable. Pas sûr que nous ayons le dessus.

 

La question urgentissime de la prise du pouvoir

 

Nous arrivons à un moment de notre Histoire où tout va se simplifier. Tout le monde le sait, la solution n’est plus dans les élections. La solution n’est pas non plus dans le réformisme, les choses sont trop abouties, le travail fait par nos adversaires est trop avancé, plus rien n’est réformable par le consensus démocratique. Or rien ne pourra se faire sans détenir le pouvoir dans le pays.

Par conséquent, la seule question sérieuse qui se pose et celle de la prise du pouvoir et de ce qu’il faudra en faire. Il est évident que cela ne résultera pas d’un consensus démocratique impossible à obtenir en l’état de division du pays. Il est évident que ce qu’il y aura à faire sera extrêmement difficile et sans doute très violent. La remigration ne se fera pas de manière consentie ou alors il aura fallu imposer au préalable un rapport de force qui facilite le consentement et les départs massifs. Ce rapport de force ne se fera pas dans la facilité, il faudra l’assumer.

La seule question qui se pose aux leaders de notre camp est la suivante :

Comment prendre le pouvoir alors que le jeu électoral est totalement verrouillé de l’intérieur et que faire ensuite dans l’urgence extrême ?

Tout le reste n’est que vaticination…

Vintimille-Calais, un mensonge d’État

Communiqué de la Ligue du Midi

 

CALAIS, des émeutes barbares, « un degré de violence jamais connu »

C’est le ministre de l’Intérieur Gérard COLOMB venu en grande délégation sur place qui le dit.

« De violents affrontements entre migrants afghans et africains ont éclaté en début d’après-midi jeudi, tirs d’armes à feu, rixe généralisée à coups de barre de fer, 22 personnes hospitalisées, cinq érythréens touchés par balle, dont quatre hospitalisés dans un état grave ».  Avec, pour témoins en danger de mort, des Calaisiens excédés livrés aux barbares. Cette situation n’est plus supportable. C’est un scandale d’État !

 

Le rôle des associations et des « No borders » encouragés par l’Etat

Les associations immigrationnistes et les activistes altermondialistes No Border favorables à l’abolition des frontières agissent depuis des années en totale impunité, sans aucune réaction des gouvernements successifs. Ces malfaisants bafouent les lois en favorisant, organisant et instrumentalisant l’entrée, le séjour et l’incrustation des immigrants illégaux sur notre sol (faits réprimés par la loi). C’est insupportable ! Le pouvoir laisse faire, ces associations ne sont jamais condamnées. Elles sont subventionnées, la Justice les protège, l’État les encourage. C’est un véritable scandale.

 

Calais, porte de sortie bouclée

Par les accords honteux qu’il a acceptés avec la Grande Bretagne, l’État français s’est obligé à garantir sur notre sol l’étanchéité de la frontière britannique, alors que dans le même temps, rien n’est fait pour réguler le flot au sortir de l’Italie à Vintimille. C’est comme si tu laisses les robinets de la baignoire ouverts sans retirer la bonde. De fait la France est une nasse où se concentrent toute cette pègre et les problèmes qui vont avec. À ce point on ne peut plus parler d’incurie mais d’une volonté constante de faire entrer et de conserver dans le pays ces envahisseurs qui n’ont rien à y faire et que le peuple de France ne veut pas, quoiqu’en dise la propagande d’État. C’est un scandale !

 

Le mensonge et l’imposture d’État

Non seulement l’État ne fait rien pour régler la situation, mais bien au contraire, il fait tout pour la favoriser et l’envenimer. A titre d’exemple, voici la définition de poste pour le recrutement d’un « intervenant social » par l’ADOMA (filiale de la SNI, elle-même filiale de la Caisse des Dépôts et Consignation chargée de la gestion des Centre d’Accueil de Demandeurs d’Asile).

 

 La duplicité de nos gouvernants

Il n’y a pas d’argent pour s’occuper de nos personnes âgées dans les EPADH (maisons de retraite), en revanche l’argent coule à flot pour favoriser l’entrée des migrants illégaux. L’État français ment, il ne fait strictement rien pour endiguer le flot. Au contraire, il emploi l’argent du contribuable et recrute du personnel spécialisé pour l’accentuer.

Plus fort : les récentes condamnations des identitaires de Poitiers et d’Olivier ROUDIER après la visite, sans aucun violence, à l’association immigrationniste subventionnée RAIH d’Occitanie en sont la preuve. Non seulement l’état ment, mais il réprime durement par des moyens totalitaires tous les lanceurs d’alerte, ceux qui disent la vérité…

 

La LIGUE du MIDI dénonce la trahison de l’État central, elle se propose de fédérer les révoltes et d’organiser la riposte à l’échelle de l’Occitanie.

Resistència répond, par une mobilisation dans la commune de Montner (66), à monsieur Barbaro, maire du village

monter-29-10-161

Un communiqué de Resistència

 

        Nous avons pris connaissance du communiqué de Daniel Barbaro dans l’édition hebdomadaire du Petit Journal Catalan, du 27 octobre au 2 novembre 2016, ayant pour titre :“Pourquoi tant de haine ?”

        Nous ne prendrons pas ici la défense de Louis Aliot, avec qui nos différences sont nombreuses, et qui, de plus, est suffisamment grand pour écrire un droit de réponse.

        Que les choses soient claires une bonne fois pour toutes, la question des migrants de Calais n’est que la goutte d’eau qui fait déborder le vase d’une immigration galopante que nous ne pouvons plus soutenir, qui met en péril notre système social et rejette notre système de pensée. Si le maire de Montner est prêt, lui, en revanche à accueillir toujours plus d’immigrés, qu’il le fasse avec ses deniers personnels et au sein de sa demeure, mais certainement pas avec l’argent public, c’est-à-dire l’argent du contribuable.

        Dans la nuit du 29 au 30 octobre 2016, les militants de Resistència ont décidé d’informer l’intégralité de la population de Montner avec une distribution de tracts dans leur boîte à lettres afin de montrer la réactivité et la détermination d’un mouvement politique identitaire catalan naissant. Dorénavant, le mouvement Resistència sera présent partout là où les germes de la collaboration avec le grand remplacement de la population locale catalane par des immigrés se fera sentir.

        Les nord-catalans peuvent compter sur notre détermination pour la défense du Pays Catalan dans une vision globale: identité, statut particulier, localisme, immigration.

Rappel
Samedi 5 novembre 2016 à 18h00
aux portes de Perpignan (66)
Conférence de presse
– Lancement du premier mouvement politique et identitaire nord-Catalan –

Pas de mini-jungle de Calais en Pays Catalan !

perrie33

Un communiqué de Llorenç Perrié Albanell

 

            Si les questions liées au nom de notre nouvelle région, et les revendications pour le droit à un statut territorial, à l’instar de la Corse, occupent les esprits en Catalogne du Nord, nous ne devons pas oublier non plus que le pouvoir socialiste parisien persiste encore et toujours dans son entreprise de déconstruction de notre société traditionnelle et homogène. Le 13/09/16, un document confidentiel du Ministère de l’intérieur concernant le démantèlement de la Jungle de Calais vient d’être rendu public par le Figaro : « Le schéma de mobilisation des places d’hébergement sur l’ensemble du territoire a été validé », annonce ce document. Dans les faits, nous explique un récent communiqué de la Ligue du Midi,  cela signifie que partout en France, des CAO (Centres d’Accueil et d’Orientation) vont devoir être créés pour accueillir toujours plus de migrants.

            Le régime jacobino-mondialiste avance en conquérant dans ce qu’il considère comme ses « provinces », où il s’imagine déverser ses flots ininterrompus d’immigrés sans rencontrer d’hostilités. Seulement la résistance s’organise malgré un durcissement de l’État dans ce domaine, et seulement celui-ci:

(suite…)

La Ligue du Midi exige du maire de Perpignan l’interdiction d’une conférence salafiste dans une salle municipale

Perpignan Salafistes[2]

    Deux conférenciers salafistes dont un iman auto-proclamé sont attendus ce samedi en soirée pour une conférence à Perpignan sur le thème « L’éducation, notre priorité« . Rien d’étonnant nous direz-vous, dans une France en voie d’islamisation sauf si l’on met en parallèle cet événement avec les déclarations de Manuel Valls au lendemain des attentats du “vendredi 13 sanglant”. Ce dernier, à grands coups de mentons, déclarait vouloir interdire toutes les manifestations salafistes. Il avait même évoqué la possibilité de fermer toutes les mosquées de ce courant mahométan qui prône l’islam rigoriste  des premiers siècles de l’Islam . Or quatre mois plus tard “l’apprenti caudillo” a fermé, en tout et pour tout, seulement 2 mosquées et 2 salles de prière. En Languedoc, même la mosquée de Lunel, haut lieu de recrutement des volontaires djihadistes pour la Syrie n’a pas subi les foudres du chef du gouvernement.

    Pourtant Rachid Haddach, l’un des conférenciers,  n’est pas un second couteau –si l’on peut dire pour un islamiste-. Celui qui se présente comme « enseignant et conférencier », est né et vit toujours en Belgique où il officierait au Centre islamique et culturel de Belgique (CICB), lequel dépend de la Grande mosquée de Bruxelles, construite par l’Arabie Saoudite… ceci expliquant peut-être cela. il prône ouvertement la charia et ferait, parait–il, l’objet d’une attention toute particulière des services de renseignements français (on est rassuré).

(suite…)