Resistència répond, par une mobilisation dans la commune de Montner (66), à monsieur Barbaro, maire du village

monter-29-10-161

Un communiqué de Resistència

 

        Nous avons pris connaissance du communiqué de Daniel Barbaro dans l’édition hebdomadaire du Petit Journal Catalan, du 27 octobre au 2 novembre 2016, ayant pour titre :“Pourquoi tant de haine ?”

        Nous ne prendrons pas ici la défense de Louis Aliot, avec qui nos différences sont nombreuses, et qui, de plus, est suffisamment grand pour écrire un droit de réponse.

        Que les choses soient claires une bonne fois pour toutes, la question des migrants de Calais n’est que la goutte d’eau qui fait déborder le vase d’une immigration galopante que nous ne pouvons plus soutenir, qui met en péril notre système social et rejette notre système de pensée. Si le maire de Montner est prêt, lui, en revanche à accueillir toujours plus d’immigrés, qu’il le fasse avec ses deniers personnels et au sein de sa demeure, mais certainement pas avec l’argent public, c’est-à-dire l’argent du contribuable.

        Dans la nuit du 29 au 30 octobre 2016, les militants de Resistència ont décidé d’informer l’intégralité de la population de Montner avec une distribution de tracts dans leur boîte à lettres afin de montrer la réactivité et la détermination d’un mouvement politique identitaire catalan naissant. Dorénavant, le mouvement Resistència sera présent partout là où les germes de la collaboration avec le grand remplacement de la population locale catalane par des immigrés se fera sentir.

        Les nord-catalans peuvent compter sur notre détermination pour la défense du Pays Catalan dans une vision globale: identité, statut particulier, localisme, immigration.

Rappel
Samedi 5 novembre 2016 à 18h00
aux portes de Perpignan (66)
Conférence de presse
– Lancement du premier mouvement politique et identitaire nord-Catalan –

Pas de mini-jungle de Calais en Pays Catalan !

perrie33

Un communiqué de Llorenç Perrié Albanell

 

            Si les questions liées au nom de notre nouvelle région, et les revendications pour le droit à un statut territorial, à l’instar de la Corse, occupent les esprits en Catalogne du Nord, nous ne devons pas oublier non plus que le pouvoir socialiste parisien persiste encore et toujours dans son entreprise de déconstruction de notre société traditionnelle et homogène. Le 13/09/16, un document confidentiel du Ministère de l’intérieur concernant le démantèlement de la Jungle de Calais vient d’être rendu public par le Figaro : « Le schéma de mobilisation des places d’hébergement sur l’ensemble du territoire a été validé », annonce ce document. Dans les faits, nous explique un récent communiqué de la Ligue du Midi,  cela signifie que partout en France, des CAO (Centres d’Accueil et d’Orientation) vont devoir être créés pour accueillir toujours plus de migrants.

            Le régime jacobino-mondialiste avance en conquérant dans ce qu’il considère comme ses « provinces », où il s’imagine déverser ses flots ininterrompus d’immigrés sans rencontrer d’hostilités. Seulement la résistance s’organise malgré un durcissement de l’État dans ce domaine, et seulement celui-ci:

(suite…)

La Ligue du Midi exige du maire de Perpignan l’interdiction d’une conférence salafiste dans une salle municipale

Perpignan Salafistes[2]

    Deux conférenciers salafistes dont un iman auto-proclamé sont attendus ce samedi en soirée pour une conférence à Perpignan sur le thème « L’éducation, notre priorité« . Rien d’étonnant nous direz-vous, dans une France en voie d’islamisation sauf si l’on met en parallèle cet événement avec les déclarations de Manuel Valls au lendemain des attentats du “vendredi 13 sanglant”. Ce dernier, à grands coups de mentons, déclarait vouloir interdire toutes les manifestations salafistes. Il avait même évoqué la possibilité de fermer toutes les mosquées de ce courant mahométan qui prône l’islam rigoriste  des premiers siècles de l’Islam . Or quatre mois plus tard “l’apprenti caudillo” a fermé, en tout et pour tout, seulement 2 mosquées et 2 salles de prière. En Languedoc, même la mosquée de Lunel, haut lieu de recrutement des volontaires djihadistes pour la Syrie n’a pas subi les foudres du chef du gouvernement.

    Pourtant Rachid Haddach, l’un des conférenciers,  n’est pas un second couteau –si l’on peut dire pour un islamiste-. Celui qui se présente comme « enseignant et conférencier », est né et vit toujours en Belgique où il officierait au Centre islamique et culturel de Belgique (CICB), lequel dépend de la Grande mosquée de Bruxelles, construite par l’Arabie Saoudite… ceci expliquant peut-être cela. il prône ouvertement la charia et ferait, parait–il, l’objet d’une attention toute particulière des services de renseignements français (on est rassuré).

(suite…)

Immigration : La pieuvre jacobine impose, mais jusqu’à quand ?

prosélytisme religieux

Le Billet de Llorenç Perrié Albanell (Perpignan)

    Deux événements en relation avec l’immigration ces dernier temps sont venus créer la polémique en Pays Catalan.

Nous apprenons dans un article du Midi Libre version web publié le 21/2/16, qu’une polémique enfle sur Perpignan entre le maire de la commune, Jean-Marc Pujol (LR) et le directeur académique Michel Rouquette. Le sujet de la discorde, l’opposition par le premier magistrat de Perpignan de la tenue de cours en langue arabe dans les écoles primaires de Perpignan. Le directeur académique  rappelle l’existence du dispositif Elco crée dans les années soixante-dix, un dispositif qui permet aux enfants d’immigrés de garder un lien l’linguistique avec leur pays d’origine via des conventions entre les deux Etats, de suivre un enseignement en langue maternelle et de la culture du pays d’origine sur le temps périscolaire. Les enseignants sont recrutés et rémunérés par le pays d’origine et la famille.

    Seulement il y a un hic, le maire de Perpignan fait remarquer un point sensible : « Sans mon accord, les cours se tiennent toujours à Perpignan, alors que l’on me fait remarquer du prosélytisme religieux dans certaines écoles par un professeur ». Pour le maire de Perpignan c’est l’enseignement du français qui doit être renforcé dans les quartiers difficiles. Démenti de l’inspection académique à propos du prosélytisme religieux, il n’y a pas de plainte des familles. Ben voyons… (suite…)

A Calais : faux humanitaires mais vrais Kollabos du mondialisme

George Soros

A Calais, dans la « jungle », on retrouve depuis des mois (années) un grand nombre d’associations humanitaires et/ou militantes, souvent très proches de la gauche et de l’extrême-gauche internationaliste. Les « No Borders » forment une des composantes active de cette politique de collaboration mise en place en faveur de l’immigration, de la disparition des frontières, de la libre circulation des personnes. Ils n’hésitent pas à enfreindre la loi pour aider ces immigrés clandestins, comme lorsque le 23 janvier dernier, ils ont aidé les migrants à s’introduire illégalement dans le port de Calais, et à prendre possession d’un ferry, en toute impunité. Les forces de police ont en effet probablement des consignes de ne pas réprimer ces activistes ni les migrants délinquants et de se concentrer sur la répression des opposants à l’immigration et à la Jungle de Calais.

Si autant d’associations se retrouvent dans la Jungle de Calais pour aider les immigrés, c’est au delà du bénévolat, parce que des puissants de ce monde financent leur cause. Ainsi, la nébuleuse UNITED, « united against nationalism racism, fascism, and in support of refugees and migrants » dont fait partie le collectif No Borders « Calais Migrants Solidarity » , est chouchoutée par de riches fondations ou organisations nationales et internationales : « Et là, grande surprise, on est très loin d’organisations d’extrême gauche. Pour en citer quelques unes, on retrouve, entre autre, le Conseil de l’Europe, la Commission européenne, plusieurs groupes parlementaires du Parlement européen, le Home Office (ministère de l’intérieur britannique), le département fédéral des Affaires étrangères suisse, le conglomérat d’entreprises suisses Migros, etc…» indique Jordi Vives, journaliste pour lesobservateurs.ch.

    Il est question également de soutien du milliardaire Georges Soros, qui déclarait en septembre 2015 : « Tout d’abord, l’UE doit accepter au moins un million de demandeurs d’asile par an… L’UE devrait donner 15 000 euros par demandeur d’asile pendant les deux premières années afin de leur assurer un logement, des soins, une éducation ». Lesobservateurs.ch précise en effet : « Cerise sur le gâteau, on retrouve également parmi ces soutiens, la très puissante et ultra-libérale Open Society Foundation, la fondation fondée par le milliardaire George Soros. Une fondation qui est tristement connue pour avoir, entre autre, créél’organisation OTPOR qui a renversé le gouvernement Serbe de Slobodan Milosevic avec le concours de la CIA. En France, l’Open Society a également financé le Collectif Contre l’Islamophobie en France (CCIF), une organisation dont le président Marwan Muhamad, avait déclaré en 2011 : « Qui a le droit de dire que la France dans trente ou quarante ans ne sera pas un pays musulman ? Qui a le droit ? Personne dans ce pays n’a le droit de nous enlever ça. Personne n’a le droit de nous nier cet espoir-là. »

(suite…)