A Béziers, galette des rois et discours politique offensif de la Ligue du midi

galetteC’est avec quelques minutes de retard, que Richard Roudier pénétrait dans la salle de réunion d’une Brasserie des Allées Paul Riquet qui accueillait, cette année pour la première fois la galette des Rois de la Ligue du Midi –n’oublions pas que le président de la ligue est natif de Béziers ainsi que toute sa famille-. Comme il a l’habitude de le dire « Je suis languedocien depuis au moins 5 siècles avec une goutte de sang Corse hérité de mon arrière-grand-mère Angela Santoni originaire de Novella en Balagne».

Après avoir salué un à un les nombreux membres constituant l’assemblée, Richard Roudier présentait ses vœux en soulignant que l’année 2018 allait être rude pour le combat identitaire ajoutant que les participants ce soir avaient l’ardeur du combat chevillée au corps, vu leur nombre et leur enthousiasme. Il soulignait les changements positifs qu’il avait noté en circulant dans la ville émaillée de travaux spectaculaires. Il rendait hommage au travail acharné du maire Robert Ménard, à son esprit de résistance, à son caractère iconoclaste et rebelle unique en France. A ce sujet, il évoquait « l’affaire de la crèche » soulignant qu’il était présent sur le parvis de la mairie ce soir-là à la tête d’une trentaine d’adhérents de la Ligue.

Le président de la Ligue remerciait Raymond Morell pour son dévouement et l’ardeur qu’il avait mis dans l’organisation de cette soirée ; celui-ci, saisissant la parole au bond,indiquait d’ores et déjà la création d’un cycle de conférences de formation à raison d’une par trimestre, la première devant intervenir rapidement, un conférencier de renom ayant déjà donné son accord.  Avant de commencer son exposé, Richard Roudier saluait dans l’assistance le Président Norbert Folco, ardent défenseur des professions indépendantes, unanimement apprécié dans le Biterrois.

Richard Roudier se lançait alors dans son exposé qu’il intitulait de façon pragmatique : « A quoi sert la Ligue du Midi en ce début d’année 2018 ? »… «  Il n’est pas besoin de revenir sur le désastre électoral subi par notre camps et sur les plaies béantes et le désenchantement qu’il a ouverts… »

Évoquant le plafonnement des résultats électoraux depuis plusieurs scrutins, Richard Roudier estimait que « cela confortait notre stratégie » et assénait : « avant de gagner le combat des urnes, il faut remporter le combats des esprits »… estimant que « le combat électoral, quant à lui, devait revenir aux fondamentaux  autour de ce que je nommerais les « Trois i plus un » :  Immigration, Islamisation, Insécurité + Identité ».

Puis il faisait remarquer que le travail de la Ligue du Midi insistait sur la formation des militants et des cadres mais aussi sur le lancement de concepts innovants (l’identité, la territorialité, le grand remplacement…) et enfin sur un travail de terrain et « d’agitation-propagande ». Il évoquait quelques opérations menées depuis un an telles que la sécurisation des tramways et des transports en commun, les manifestations contre l’immigration-invasion, la dénonciation des djihadistes et plus récemment l’intrusion dans le local du Réseau Aide Insertion Migrants à Montpellier… » Il rappelait qu’un Jeune Migrant Isolé coûtait à la collectivité départementale 80.000 Euros par an, au grand dam de la sale…

Richard Roudier concluait sur le procès du 5 décembre à Montpellier suite aux poursuites pour « dégradation en réunion », qualification délirante quand on sait qu’il ne s’agissait que d’un discours agrémenté de quelques jets de tracs en l’air. Richard se félicitait de la relaxe dont il avait bénéficié, mais trouvait inacceptable la condamnation d’Olivier à un mois ferme et indiquait que la Ligue avait immédiatement relevé appel de la décision.  Au milieu des ovations, Richard indiquait que la solidarité avait joué à plein puisque la Ligue, grâce à de nombreux donateurs -et en particulier de Béziers, présents dans la salle- avait engrangé plus de 6.000 euros au travers de 155 donateurs.

Au moment du partage des Galettes, la Ligue enregistrait plusieurs adhésions et diverses contributions démontrant par-là que le combat identitaire dans le Biterrois allait se renforcer en 2018.

Défendons les crèches, symboles de résistance identitaire

crèches

Béziers – Crèche de Noël.

Nous constatons, partout en France, la multiplication des attaques contre les symboles de la religion chrétienne que sont la croix et, en période de Noël, les Crèches.

L’identité Française est composite, elle intègre, le paganisme, l’héritage gréco-romain, les religions du Livre ainsi que l’héritage des Lumières.

Le Christianisme est à la source de certains très grands principes de notre civilisation. Ainsi, l’abolition de la Loi du Talion – ne pas se faire justice soi-même, s’en remettre à d’autres pour que justice nous soit rendue – fonde le concept moderne d’état de droit.

En revanche, l’Islam, seule religion qui prône la guerre sainte et le meurtre de ceux qui ne s’y soumettent pas a été rejeté de France dès son apparition sur nos terres.

Il suffit d’y circuler à pied pour voir la profondeur de l’enracinement du Christianisme en France. D’où qu’on parte on ne peut pas faire 2 kilomètres à pied sans voir une croix, un reposoir, une chapelle, un calvaire, une église, un cimetière.

Aujourd’hui les furieux qui veulent la destruction de notre identité font tout pour faire disparaître ces signes.

La LIGUE du MIDI, qui rassemble des résistants identitaires sans considération pour leurs convictions ou leur absence de convictions religieuses, soutient tous ceux qui résistent à ces attaques.

C’est pourquoi il faut soutenir Robert MÉNARD qui pose un acte de résistance identitaire majeur en maintenant la Crèche de Noël dans l’espace public.

Lundi 4 décembre à 18h00 devant la mairie de Béziers !

Bravo Mr Ménard, et maintenant qu’est-ce qu’on fait ?

Ménard

Le point de vue identitaire : Richard Roudier au
rendez-vous de Béziers

 

Durant ces 3 jours …

J’ai apprécié:
– Les rencontres et les retrouvailles autour des stands.
– La mobilisation des militants et adhérents de la Ligue du Midi qui avaient répondu massivement. En tout, prés d’une soixantaine qui ont pu débattre et échanger entre eux.
– Un grand moment de fraternité avec les militants de la « Manif pour tous » et Ludovine de la Rochère pour partager le verre de l’amitié en fin des travaux.
– Un repas convivial, samedi soir à la campagne, avec des militants biterrois, auquel a participé le valeureux Sébastien.

– La démonstration (in situ) qu’il faut faire confiance au « peuple de droite »: la salle qui scande « Hollande casse toi, ta loi on en veut pas !» au sujet de la GPA et la bronca concernant la proposition d’autoriser le voile sur les voies publiques.

J’ai aimé:
– La liberté de parole dans les tables rondes et le savoir-faire des animateurs qui ont généralement rempli, plus que correctement, leur rôle.
– La qualité des intervenants ; je ne peux les citer tous faute de place, mais je pense à Hervé Juvin, Alain de Benoist et Renaud Camus ; même si je me trouvais d’emblée en désaccord profond avec une minorité d’entre eux.
– L’ouverture des débats par Denis Tillinac le vendredi soir sur le thème des « valeurs de la droite ». C’était vraiment provocateur dans la mesure où pendant des années, Tillinac a tenu le porte-plume de Jacques Chirac, lequel n’a jamais brillé par un positionnement identitaire. Un brin de provocation et un zeste d’impertinence ne font jamais de mal.
– La franchise de Chantal Deslsol, (table ronde culture) qui, à la question d’Alain Lefevre : « avons nous gagné la bataille des idées ?» s’interrogeait pour savoir qui était le « nous » affirmant avec courage , (même si je ne partage pas son point de vue, mais c’est ça le débat…) qu’elle condamnait la sympathie de nos milieux pour Vladimir Poutine, se qualifiant même de pro-américaine.

(suite…)

Béziers : un samedi réussi, mais pour quoi faire ?

Béziers

Un article de caroline Alamachère publié sur Riposte Laïque dont le titre rejoint nos préoccupations.

Aussitôt sortie du train, les nuées de personnalités et de journalistes envahissaient les trottoirs biterrois. L’événement du jour, hormis le lancement du parti « Oz ta droite ! » de Robert Ménard, dont le nom en a laissé dubitatifs plus d’un, était le retard du train, tout le gratin réac et mal pensant s’en trouvant affecté, ce qui n’empêchait nullement sous un soleil radieux une bonne humeur palpable et une jovialité sincère de se retrouver entre gens de bonne compagnie. Jean-Paul Gourévitch me tendit sa main presque machinalement alors qu’on ne se connaît pas, tandis que j’armais mon portable pour immortaliser la scène.

Intriguée, une femme me demanda ce qui se passait tandis que je cherchais mon chemin. Il me fallait arriver au Palais des Congrès sans tarder. Aussitôt traversée la rue, je me suis retrouvée nez à nez avec une mosquée, des voilées, des kamis. Boutiques de caftans, kebabs et autres boucheries halal me laissèrent bouche bée : même mon coin de Seine-St-Denis ne m’offre pas autant d’exotisme au m2.

Passés le traumatisme de me trouver en plein Maghreb avec ses effluves de makrouts, j’arrivai à bon port. Robert Ménard, Ivan Rioufol, Charles Beigbeder, Bruno Mégret, Béatrice Bourges, Guy Millière, Xavier Lemoine, Marion Maréchal-Le Pen et Oskar Freysinger étaient là, entre autres. C’était comme le festival de Cannes mais en moins toc et avec plus de neurones.

(suite…)

Occupation illégale du domaine public : pas de repas communautariste sur les Allées Riquet !

Chariah%20Béziers[1]

La Ligue du midi soutient l’initiative de Robert Ménard, maire de Béziers visant à interdire tout rassemblement à caractère communautariste sur la voie publique. La Ligue du Midi rappelle qu’il y a quelques années  les autorités françaises, via le Conseil d’Etat, avaient interdit les fameuses soupes au cochon des Identitaires servies aux SDF  alors qu’il ne s’agissait pas de  manifestations à caractère religieux. On sait très bien qu’en France,  les autorités savent pratiquer le “deux poids, deux mesures” quand il s’agit de l’islam…

La Ligue du midi

 

Un communiqué de la Mairie de Béziers:

Depuis environ six semaines, une vingtaine de militants, proches de la mouvance islamiste et engagés dans le combat contre l’État d’Israël, occupent illégalement le domaine public de la ville, d’abord sur la place De Gaulle, puis sur les Allées Riquet. Le prétexte est la distribution d’une soi-disant « chorba populaire ». Sitôt informée de cette violation, la Ville a systématiquement et à chaque fois fait dresser un procès-verbal et infligé une amende.

Les chefs de ces militants sont bien connus : Mehdi Roland, Linda Mendy-Hamdani, Omar Khatiri. Tous se sont signalés ces derniers mois par des troubles à l’ordre public  et sont poursuivis à ce titre.

(suite…)