Trois profils face à la menace terroriste

guerilla

Le billet de Thierry Lafronde

 

« Il va falloir s’habituer à vivre avec le terrorisme » dixit feu le premier ministre socialiste Manuel Valls« La France est en guerre contre le terrorisme » (lequel ? mystère) dixit feu son mentor élyséen, bien à l’abri dans son palais éponyme.

        Effectivement nous sommes en guerre contre le terrorisme islamiste, de façon évidente et récurrente depuis les attentats de Charlie hebdo de janvier 2015.

        Attendre que les dispositifs officiels de pseudo état d’urgence règlent le problème s’avère illusoire compte tenu des séries d’attentats islamistes en groupes ou individuels qui ont égrené le temps depuis (Bataclan, Paris, Issoire, Nice …). D’autant que l’on parle désormais de terrorisme islamiste « low cost », uberisé, décentralisé etc.

        Quelques attentats ont sans doute été évités grâce au travail des différents services de renseignement quand ils daignent agir efficacement, d’autres ont été loupés par l’amateurisme de certains apprentis djihadistes peu performants (le dernier en date étant celui de la voiture remplie de bouteilles de gaz et d’armes aux Champs Élysées, mi juin 2017).

(suite…)

Saccage du centre-ville de Montpellier par l’extrême gauche, il est temps d’agir !

Une fois de plus le centre-ville de Montpellier a été le théâtre de dégradations multiples et de violences de la part de l’extrême gauche. Depuis plusieurs mois, des groupuscules antifas saccagent notre ville en toute impunité. Ce mardi 28 février, une nouvelle manifestation nocturne a causé la dégradation de dizaines de commerces du centre-ville. La police, bien que présente en grand nombre ( 300 policiers pour 400 manifestants) n’a procédé à l’interpellation que de quelques individus.

Le préfet de l’Hérault et le maire de Montpellier semblent aujourd’hui découvrir que des bandes violentes d’extrême gauche considèrent désormais le centre-ville comme leur aire de jeu. Pourtant la Ligue du Midi a régulièrement alerté les autorités sur une situation qui est devenue aujourd’hui insoutenable pour les commerçants et usagers montpelliérains.

Les autorités ont une responsabilité importante dans cette affaire. Pour rappel, le 8 octobre 2016, la préfecture avait préféré interdire à la Ligue du Midi de manifester, comme elle en avait l’habitude, en centre-ville de Montpellier, laissant ainsi une totale liberté d’action aux casseurs. Philippe Saurel avait lui même dénoncé notre manifestation et plusieurs élus de gauche avaient même pris part au rassemblement de l’extrême gauche. En faisant ce choix, les autorités et élus locaux ont fait naître un sentiment d’impunité chez ces groupuscules qui ne semblent connaître aucune limite dans la violence.

Face à cette situation et afin que le centre-ville de Montpellier retrouve un peu de tranquillité, la Ligue du Midi appelle les autorités à prendre les mesures qui s’imposent :

– Interdiction effective des manifestations non déclarées.

– Fermeture immédiate des squats politiques de Montpellier (Le Royal, Luttopia, le Kalaj, etc), véritables bases arrière des casseurs.

– Interpellation et mise en place de poursuites judiciaires à l’encontre des leaders de ces manifestations, dont certains sont d’ailleurs déjà connus de la Justice.

Si les autorités refusent de prendre ce problème à bras le corps, la Ligue du Midi se réserve le droit de se mettre à disposition des citoyens de Montpellier qui souhaiteraient sécuriser leurs commerces et leurs biens. Nous refusons de rester spectateurs alors que nos concitoyens souffrent chaque jour de l’inaction des pouvoirs publics.

Casseur casse toi, ici tu n’es pas chez toi !!!

L’homme providentiel, c’est vous !

!cid_ii_152db0bbc20db263[2]

 La tribune Libre de Thierry la fronde

 

11/02/2016 – 17h35 Montpellier (Lengadoc Info) – Il parait que les Français attendent un parti ou un homme providentiels pour les sauver du marasme généralisé actuel. Le constat dudit marasme a été fait moult fois, point n’est besoin de le développer à nouveau. En revanche, allons droit au but : le parti et l’homme providentiels n’existent pas ou plutôt, l’homme providentiel est chacun de nous. Chacun doit donc agir et adopter un comportement à la hauteur de la période troublée et des risques quotidiens potentiels.

 

Petit bréviaire en 7 points pour vivre et agir par les temps qui courent.

 

Ouvrir les yeux : observer son environnement, les racailles qui font la loi, les incivilités qui se multiplient, les politiciens qui renoncent, achètent temporairement un semblant de paix sociale, voire pourchassent les patriotes légitimement exacerbés. Dans la même veine, s’informer en dehors des médias serviles et complaisants avec le pouvoir perverti en place (internet et les réseaux sociaux restent une très bonne alternative).

Ouvrir la bouche : s’exprimer calmement mais fermement dans ses cercles de vie, travail, amical, associatif. Ne plus subir sans broncher le matraquage ambiant des cerveaux. Développer son esprit critique et son courage intellectuel.

Serrer les poings : être déterminé à se défendre individuellement en cas d’agression. S’inscrire à des sports si possible d’autodéfense pour développer la confiance en soi et la possibilité de rendre coup pour coup. Ceci est indispensable notamment pour les femmes qui sont les premières victimes dans une époque où la galanterie et l’esprit chevaleresque ont bien diminué. Elles devront se défendre souvent seules.

(suite…)