Attentat Manchester : le peuple doit devenir le héros de son histoire

Manchester

 

Communiqué de La Ligue du Midi

 

Charlie-Hebdo, Bataclan, Nice, Londres, Berlin et maintenant Manchester. Nous ne sommes plus intimidés par les bombes. Une forme de résilience, un mélange de désinvolture et de sang-froid est devenu notre quotidien. Le 11 Septembre 2001 a pourtant été un traumatisme pour tout l’Occident.

        A présent, on assassine nos enfants et nos adolescents en série : une petite fille de 8 ans a été massacrée à Manchester par ces criminels. Et que font les Institutions ? Elles prient, elles chantent, elles allument des bougies, elles appellent à la fraternité universelle…

La condamnation du terrorisme ? Un vaste enfumage !

        Le mot « terrorisme » est un voile pour ne pas nommer le cœur du problème qui est théologique et Civilisationnel. C’est aux sources du fanatisme Islamiste, Wahhabiste, Salafiste ou Frères Musulmans que se recrutent les candidats pour leurs mortelles randonnées. Hâter l’avènement du Califat en faisant couler le sang. Déjà, le 4 Juin 2009, le Président Obama avait prononcé au Caire, la main sur le cœur, un discours angélique de main tendue à l’Islam. Le 20 Mai 2017, le Président Donald Trump a exonéré l’Arabie Saoudite de toute responsabilité dans la genèse de Daech alors que Riyad est le Centre mondial de production du terrorisme….

(suite…)

Racisme islamique et complicité d’État

complicité

Le billet de Guillaume Faye

        À Nice le tueur tunisien au camion n’était même pas un musulman pratiquant. Certes, l’islam est impliqué, son totalitarisme intrinsèque, sa haine des ”mécréants”, mais il y a une seconde dimension fondamentale : le racisme de ressentiment anti–Européen, corrélé à l’islam. Y participent d’ailleurs aussi des Noirs ou des métis qui se réclament de cette ”religion” ou s’y convertissent.  La motivation raciale de la guerre civile qui débute (pour l’instant guerre unilatérale d’agression) est aussi importante que sa justification islamique. Et les deux sont fortement liées. Ne parler que de ”religion” est impropre. L’appartenance à l’islam n’est pas un fait purement religieux et spiritualiste, comme dans le christianisme, mais ethnique et revendicatif ; cette dimension polémique et raciste, est centrale. Dae’ch a revendiqué le massacre commis par le Tunisien, même si ce dernier n’était pas directement commandité. La motivation est la haine raciste (contre les ”Blancs) et, bien entendu, aussi antisémite.

Le racisme, moteur du  djihad et du terrorisme musulman

        Ce n’est donc pas seulement l’islam et la lutte contre les ”mécréants” qui a motivé cet attentat – comme les précédents. Le terroriste qui avait prémédité son acte avec des coreligionnaires, n’était pas un pratiquant fondamentaliste, mais un voyou alcoolique et délinquant. Il était animé par une haine anti–européenne de ressentiment, de frustrations, de vengeance. Ce racisme meurtrier sous la bannière de l’islam est aussi partagé par des Africains islamisés. On connaît depuis longtemps le même problème en Amérique du Nord (Black Muslims, le boxeur Mohamed Ali, raciste et converti, etc. )

(suite…)

La Ligue du Midi appelle à des rassemblements ce mardi 19 juillet dans le Gard et l’Hérault

rassemblement

Solidarité avec les victimes des jihadistes à Nice

        En visionnant les vidéos de l’attentat de Nice, j’ai eu une réaction d’écœurement et de déjà vu. Bien sûr, c’est l’Etat Islamique qui est le coupable, mais si l’on cherche au niveau des responsabilités, c’est le gouvernement, valet de chambre du Système, qui n’a pas sécurisé un rassemblement de 30.000 personnes alors que des rumeurs d’attentats avaient couru concernant la ville de Nice. Le trio à la tête de l’Etat nous avait affirmé que “le pays était en guerre”…mais où était la police nationale, où étaient les chicanes à l’entrée de la Promenade des anglais, où étaient les plots en béton au milieu de la chaussée, où étaient les fusils d’assaut ?

        Quel a été mon écœurement quand j’ai vu en vidéo, le spectacle dérisoire de ces 3 héroïques policiers municipaux poursuivant le camion sur des centaines de mètres, armés de leur seul pistolet automatique… Écœurement aussi quand j’ai entendu Sarkozy, le lendemain, tenter  de se défausser sur le « guignolo » de l’Elysée alors que c’est lui qui est en grande partie responsable de l’invasion migratoire du fait de son intervention contre le colonel Khadafi qui nous servait à l’époque de garde-frontière en Lybie.

(suite…)

Attentat de Nice

Face à la désinformation des médias mainstream, nous vous diffusons quelques informations qui viennent contredire la réécriture des faits par les collabos du système.

Le terroriste s’appelait, Mohamed Lahouaiej Bouhlel, il était originaire de Mseken et fils d’un membre du parti islamiste Ennahda connu pour son extrémisme. Il n’est donc pas franco-tunisien mais bien tunisien vivant en France depuis huit ans avec une carte de séjour.

Cet immigré tunisien, âgé de 31 ans, vivait en France depuis 2008 et a obtenu sa carte de séjour à la suite de son mariage avec une franco-tunisienne, sa propre cousine (elle s’appelle Hajer) qui est installée à Nice et dont il a eu trois enfants.

Originaire de la ville sahélienne de Mseken (Gouvernorat de Sousse) où il est né le 3 janvier 1985.

Selon nos sources policières en Tunisie, sa mère s’appelle Cherifa et son père est membre du parti islamiste Ennahda où il est connu à Mseken comme étant un extrémiste violent que la police de Ben Ali surveillait de près et qui est devenu après janvier 2011 l’un des leaders locaux d’Ennahda à Mseken.

Le criminel de Nice ne s’est donc pas improvisé terroriste, mais il né et a baigné dans un milieu familial favorable à la violence et au radicalisme. Il en va de même de sa belle-famille.

Enfin, Mohamed Lahouaiej Bouhlel n’était pas connu des services de renseignement français pour radicalisation et ne disposait pas d’une fiche S de sûreté pour lien avec le terrorisme, mais il était par contre bien connu des services de police pour des faits de droit commun, principalement des violences avec arme, violences conjugales, menaces et vol et était placé sous contrôle judiciaire.

(Attention: images difficiles)


Sources: Breiz Atao & Tunisie Secret

Dans toute guerre, il faut choisir son camp !

Le couple Salvaing

Le couple Salvaing

        Maryvonne m’avait mis la puce à l’oreille dés l’annonce (sans que le nom soit précisé) de l’assassinat d’un couple de policiers dans les Yvelines avec cette intuition qui n’appartient qu’aux femmes : “Tu sais, j’ai un mauvais pressentiment… et s’il s’agissait du fils Salvaing qui habite Magnanville… il est commandant de police dans un commissariat, l’âge correspond et il a un enfant de 3 ans”… je ne voulais pas y croire et puis l’information est tombée comme un couperet. Il s’agissait bien de Jean-Baptiste Salvaing, commandant de police au commissariat des Mureaux, 42 ans, né dans l’Hérault à Pézénas, dont le père est médecin de ma famille et ami.

        Jean-Baptiste est tombé dans un guet-apens en rentrant chez lui et son épouse a été égorgée sous les yeux du petit Mathieu. L’auteur de cet attentat, Larossi Abballa –selon l’agence de presse Lengadoc Info- est originaire de Mantes-la-Jolie. Âgé de 25 ans, il était déjà connu de la justice pour sa radicalisation. En 2013, il avait été condamné à trois ans de prison dont six mois avec sursis pour « association de malfaiteurs en vue de préparer des actes de terrorisme ». Une « radicalisation » qui n’est donc pas récente puisque dès 2011 il aurait suivi des entraînements de type militaire dans les forêts du Val d’Oise où il s’entraînait à égorger des animaux.

(suite…)