RIC

 

D’après Jean-Paul Baquiast (EuropeSolidaire)

 

Lors de son numéro devant des maires à Bourg de Péage, notre Micron national, s’est déclaré opposé au Référendum d’Initiative Citoyenne (RIC). Pour lui, ce serait dangereux, car un peuple infantile comme le nôtre pourrait être « influencé par l’étranger ». Alors, Micron complotiste ? Il connait bien le sujet puisqu’il a été porté au pouvoir par une imposture médiatique, par un vrai coup d’état. Les Gilets jaunes s’en sont aperçu et réagissent, les foulards rouges, cocus par destination, restent contents et macron continue à manipuler (NDLR).

 

Qu’est-ce que le RIC ?

 

 

Un excellent article de Wikipédia présente le Référendum d’Initiative Citoyenne (RIC) parfois désigné du nom de Référendum d’Initiative Populaire (RIP)

En France actuellement, comme le précise l’article de Wikipédia, les Gilets jaunes proposent que le RIC soit applicable à quatre types de procédures qui existent pour partie dans certains pays mais n’existent nulle part en totalité :

  • Le référendum législatif, qui consisterait à soumettre au peuple une proposition de loi dès lors que cette proposition serait du domaine de la loi. Les citoyens inscrits sur une liste électorale et demandant un tel référendum, se verraient donner satisfaction s’ils représentaient un certain pourcentage de cette liste, par exemple 10 à 25% des inscrits.
  • Le référendum abrogatif, qui consisterait en la possibilité pour la population d’abroger ou d’empêcher la mise en application d’une loi votée précédemment par le Parlement…
  • Le référendum révocatoire, qui consisterait à démettre un élu de son mandat, qu’il ait été élu au plan local ou au plan national.
  • Le référendum constitutionnel, qui consisterait à permettre au peuple de modifier la Constitution du pays.

On objecte que ceci introduirait dans le pays concerné une telle instabilité qu’aucun gouvernement ou qu’aucune politique suivie ne serait possible. Concernant la France, il en résulterait que celle-ci, affirme-t-on, devrait renoncer à participer aux dialogues ou aux affrontements entre grandes puissances.

 

Élargir la base démocratique des institutions et des politiques

 

Le sérieux et le sens de la responsabilité qui émanent de l’essentiel des revendications des Gilets Jaunes montrent que ceux-ci, de même que les électeurs qui s’en inspireraient, seraient très soucieux de maintenir la continuité de la Nation. Ils viseraient seulement à renforcer celle-ci en lui permettant d’être gouvernée autrement que, comme c’est le cas actuellement, par les quelques 5% de citoyens super-riches et super puissants qui depuis des années se sont attribués le pouvoir. Ils demandent seulement à donner une base populaire plus large qu’actuellement aux politiques et aux décisions appliquées par le gouvernement ou les représentants élus, pourtant supposés parler au nom du peuple et de l’intérêt général.

 

La part aux investissements productifs

 

Il s’ensuivrait que des objectifs présentés par la majorité actuelle comme irréalistes et dangereux pourraient être abordés. Ainsi en serait-il d’une plus grande égalité des revenus ou des profits, parfaitement réalisable en quelques années sans nécessiter une révolution sociale. Parallèlement, il n’y a aucune raison de penser que les politiques présentant un intérêt vital pour le pays puissent être remises en cause. Au contraire, elles bénéficieraient d’un meilleur soutien populaire. Il en serait ainsi d’une une forte augmentation des investissements productifs ou de la part donnée aux recherches scientifiques et techniques, quelles que soient les restrictions aux dépenses de consommation qui en découleraient.

Postuler a priori et sans les avoir essayés que des RIC mettraient la France en danger montre un grand mépris de la sagesse citoyenne, celle qui s’est notamment exprimée lors des manifestations des Gilets Jaunes. Il montre surtout que l’étroite oligarchie financière et intellectuelle qui gouverne la France n’a aucune intention de partager son pouvoir.

Il est certain que dans le Grand Débat proposé par Emmanuel Macron, le RIC sera proposé. Mais il sera également certain qu’il sera refusé, car n’entrant pas dans le cadre du Débat fixé par le même Macron au service de sa politique personnelle.

Faites connaitre notre site, partagez !