Dans tout le Midi avec les identitaires : de la révolte des urnes à celle de la rue

Manifestation Jour de colère à Montpellier

Manifestation Jour de colère à Montpellier

 

   Il faut remonter à la vague poujadiste de 1956 pour savourer dans le Midi l’ampleur d’une telle défaite de la classe politique –version aile gauche- à une époque où le slogan de campagne qui avait permis d’envoyer 50 députés à l’assemblée était le laconique mais efficace: “Sortez les sortants”. Toutes bretelles dehors, Pierrot Poujade le visionnaire nous montrait la voie quand il déclarait: “il faut être du côté des petits, des matraqués, des spoliés, des laminés, des humiliés qui vivent avec trois fois rien”… Vision prémonitoire de la situation des petits blancs en 2014.

   Dans la plupart des grandes villes du Languedoc-Roussillon, le Parti socialiste a implosé, à l’instar de l’inculte “Mourre de porc” à Montpellier qui a subi une défaite d’anthologie face à un dissident qui était donné à 6% par les sondages il y a moins de 3 mois. Ce résultat ressemble à une réplique des élections régionales de 2010 à l’issue desquelles, le populiste Georges Frêche avait balayé toutes les composantes de la gauche, y compris le Parti Socialiste. La révolte populaire a déferlé dans de nombreuses villes du Midi : à Béziers, à Perpignan, à Beaucaire, à Saint Gilles et dans toute la Camargue ainsi qu’en Provence, à Marseille, Avignon, Fréjus, Orange, Cogolin ou au Luc.

   Mais nous sommes conscients que le résultat de ces élections ne va rien changer à notre quotidien. La victoire de l’UMP n’est que le miroir de la défaite de la gauche. Pouvons nous penser que Messieurs Copé, Jacob ou Lemaire feront une politique plus identitaire, plus patriote, plus pro-famille, plus sociale, plus rigoureuse que Messieurs Fabius, Moscovici ou Valls. Est ce que vous avez eu envie de vous battre pour Kosciusko-Morizet contre Hidalgo?

   Ne nous y trompons pas, la réforme régionale sera laissée aux oubliettes, le mille-feuilles de la territorialité ne sera pas raboté et les technocrates poursuivront leur rêve de démantèlement du Languedoc-Roussillon… ces super-jacobins ne souhaitant que continuer à parasiter sur les départements qui sont le siège du clientélisme, du gaspillage et de l’emprise étatique.

   Les identitaires de la Ligue du Midi appellent tous leurs sympathisants à monter d’un cran dans l’échelle de la révolte: après la révolte des urnes il faut passer à celle de la rue en rassemblant toutes les colères populaires du pays. Faisons en sorte de “coaguler” à cette protestation l’ensemble des mécontentements socio-professionnels: artisans, salariés, travailleurs précaires, agriculteurs, professions libérales en mettant en avant, parmi eux, ceux qui sont les plus vulnérables : salariés de l’industrie, éleveurs, artisans du bâtiment, bijoutiers, buralistes, sages femmes … La Ligue du Midi, avec ses partenaires appelle à manifester en nombre pour le Jour de colère ce dimanche 6 avril à 14 h à Montpellier !

 

La Ligue du Midi laisse la liberté de vote à ses sympathisants

Richard Roudier

 

   Décidément, la Ligue du Midi fait l’objet de bon nombre de rumeurs voire de mensonges ces derniers temps. Le dernier en date, vient du site dit de « réinformation » Novopress. Celui-ci affirme sans même vérifier ses sources ou nous contacter pour demander confirmation (ce qui prouve le professionnalisme de ce site), que la Ligue du Midi aurait appelé, le dimanche 2 février, à soutenir dès le premier tour des élections municipales de Béziers, le candidat Elie Aboud.

 Dommage pour Novopress, rien n’est plus faux !!!

   La Ligue du Midi n’a jamais appelé à soutenir un quelconque candidat pour ces élections municipales que ce soit à Béziers ou ailleurs et nous ne le ferons pas.

   Comme nous l’avions annoncé dans notre communiqué (http://liguedumidi.com/le-mille-feuille-de-la-territorialite-nous-etouffe-vite-une-purge-de-cheval-pour-letat/), la réunion du 2 février a porté exclusivement sur les questions liées à territorialité. Il s’agissait d’ailleurs d’un séminaire de travail et non d’une réunion à caractère électoral. A La Ligue du Midi, seuls les dirigeants peuvent prétendre à donner les positions officielles du mouvement qui sont reprises par des communiqués dûment estampillés. Les vrais journalistes ne se privent d’ailleurs pas de nous contacter pour nous demander des compléments d’information, ou des précisions comme l’a fait récemment le quotidien régional avant la publication d’un grand article.

   La Ligue du Midi attend des explications du site Novopress. Elle estime qu’il y a une vie en dehors des périodes électorales et sera présente sur le terrain à Béziers au lendemain du 2ème tour.

La figue occitane pour La Ziza

figue_occitanne
   Le jeudi 20 février, Richard Roudier réunissait à Montpellier, dans un pub du centre ville, une quarantaine de ses amis choqués par l’ouvrage de Frédéric Haziza (dit La Ziza) au titre racoleur : “Vol au dessus d’un nid de fachos”. Ce “journaliste” de la LCP (La Chaîne Parlementaire) – c’est nous qui payons – y dévoilait un  prétendu complot  visant à renverser la République par un putsch militaire (Rien que ça) dans lequel le président de la Ligue du Midi serait impliqué.
   Notons au passage que  ces informations avaient été reprises, il y a quelques jours, par le quotidien Midi Libre, par le biais d’une large accroche en première page, suivie d’une page entière avec photos dans le cahier région. En préambule, et sur le ton persifleur qu’on lui connait, Richard Roudier présentait à ses amis la Une du quotidien qui indiquait : “les ultras font peur jusqu’aux plus hauts sommets de l’Etat-certains militent ici”. Etant le seul “régional”  de l’article, on peut traduire sans forfanterie que Richard Roudier fait ch… dans leurs frocs MM Hollade, Ayrault et Valls sans parler de la mère Taubira… ce qui n’est pas une mince satisfaction pour lui, qui se revendique “100% emmerdeur”. On pourrait faire remarquer au passage que pour un “quasi-septuagénaire” (comme a tenté de le brocarder le journaliste de Midi Libre) faire trembler la république est une performance inattendue…
   Au cours de sa causerie, Richard Roudier démontait les diverses allégations de La Ziza : “Roudier s’est rapproché de Cyrille Rey-Coquet, un autre activiste de la mouvance nationaliste…” Richard ne connait pas cette personne…  “Roudier est catalogué par les services français en tant qu’identitaire provençal” la bonne blague!“Roudier fut aussi un des  responsables pour le sud-est de la France d’Unité Radicale le mouvement de Maxime Brunerie” alors là fait gaffe La Ziza! Richard vient de faire condamner en diffamation un de tes collègues, directeur d’un torche-cul Montpelliérain pour des faits analogues… “un certain Richard Roudier est responsable du sud de la France…d’un groupe qui s’est donné pour objectif de porter la subversion au sein de l’armée…” des preuves, des preuves… “Ce dernier est aperçu par les agents de la DPSD aux alentours du 11 septembre 2013 aux abords des garnisons d’Orange (1er REC) et de Nîmes (2ème REI) … oui comme il a été aperçu dans cette période à Sète, à Mende, à Perpignan, à Béziers, à Narbonne et dans toutes les villes et campagnes de sa région d’origine dans laquelle les siens sont implantés depuis plus de cinq siècles.
   Afin de pousser un peu plus loin, le bouchon de la galéjade, Richard Roudier reconnaissait avoir eu en sa possession un stock d’armes blindées et posait sur une table, sous les acclamations de la salle, un EBR Panhard et un AMX 13, deux miniatures Dinky Toys issues de sa collection. La soirée se terminait en chansons et Richard Roudier déposait symboliquement dans un pot de chambre le livre de La Ziza agrémenté d’une crotte que d’aucuns ont qualifiée de postiche…voire… Puis la joyeuse bande insistait pour poser devant ce trophée allégorique, pour une photo souvenir. Un lascar, un rien facétieux, indiquait qu’à Montpellier on ne faisait pas de quenelle mais un bras d’honneur agrémenté de la figue Occitane, qui consiste  à insérer le pouce de la main droite entre l’index et le majeur, ce qui fut réalisé sur le champ.
   Richard Roudier précisait, pour clore cette soirée, que son bouquin “Le Glaive et la Charrue” paru le 11 novembre était en passe  d’être épuisé. Qu’on se rassure, une nouvelle édition est en préparation !
téléchargement

Une section de la Ligue du Midi portée sur les fonts baptismaux à Béziers

Richard6

 

   Les demandes se faisant de plus en plus nombreuses et pressantes, une section de la Ligue du Midi a vu le jour à Béziers cette semaine. Dans les salons d’un grand hôtel de la ville, adhérents et sympathisants identitaires du Biterrois se sont retrouvés. Les questions furent nombreuses et Richard Roudier, président de la ligue du Midi, aborda, au cours de cette rencontre amicale, de nombreux sujets comme la question de l’insécurité et de l’insalubrité dans la ville, son décrochage économique, la paupérisation grandissantes et les élections municipales.

   Avant d’entrer en séance, Richard Roudier avait arpenté les principales artères du centre ville –rue française, rue de la Citadelle, avenue Joffre…- et avait pu constater l’état de délabrement de l’économie locale (magasins à vendre, tags, mendiants errant tels des zombies, rideaux de fer tirés définitivement, rues et boutiques désertées à partir de 18 h etc). Il fit une halte à “la Biterroise”, cette résidence du quartier de l’Hours qui a eu récemment les honneurs de la presse par le biais d’une photo, montrant un homme armé d’un fusil déambulant sur un parking, résidence qui tient à la fois de la cour de miracles et du supermarché de la drogue…

   Dénonçant le laxisme des autorités et des édiles municipaux qui laissent filer la France à vau-l’eau, il profita de cette rencontre pour proposer des mesures immédiates : instauration de barrières économiques aux frontières de l’Europe, création d’un corps européen de garde-côtes, abolition de la double nationalité, déchéance de la nationalité pour les terroristes et les “banksters”, expulsion immédiate des irréguliers, mise en place d’un revenu familial des mères de famille…

   Une réunion de formation, visant à homogénéiser le groupe se déroulera à Béziers au mois de mars.