40 ans de regroupement familial, 40 ans d’immigration invasive, d’insécurité, de laxisme et d’islamisation !!!!

Regroupement[4]

    Il y a 40 ans, par décret du 29 avril 1976, fut rendu légal et institutionnalisé le tristement célèbre regroupement familial par le président Giscard d’Estaing, son premier ministre Chirac et le ministre du travail Michel Durafour.

    Ce texte souhaitait, pour des raisons humanitaires, rapprocher les familles séparées des deux côtés de la méditerranée. Il fut soutenu par un bon nom de chefs d’entreprises tel le dénommé Francis Bouygues – père de Martin Bouygues – dont le personnel était constitué à 80% d’immigrés et qui souhaitait une intégration des travailleurs algériens et marocains avec leur famille (en pleine explosion démographique du tiers monde!!!).

    Les conséquences catastrophiques de cette décision ne se firent pas attendre. L’administration et les services sociaux furent débordés, et le nombre de HLM s’avéra largement insuffisant. Raymond barre, nouveau premier ministre –qui avait succédé à Jacques Chirac- tenta de suspendre par décret le dit regroupement familial un an plus tard mais cette démarche fut déclarée illégale par le Conseil d’Etat.

   Quarante ans plus tard, le bilan est sans appel : il est APOCALYPTIQUE !!!!

-Explosion de la délinquance et de la criminalité

-Explosion des vols, des cambriolages, des home-jacking et car-jacking

-Explosion du nombre de mosquées, d’écoles coraniques, des produits halal et des vêtements islamiques

-Explosion du racisme anti-blanc et des zones de non-droit (Roubaix, Petit-bard, la Paillade, Barbès, la Devèze…)

-Explosion du trafic de drogue et d’armes

-Terrorisme à l’intérieur même du territoire national

Continuer la lecture de 40 ans de regroupement familial, 40 ans d’immigration invasive, d’insécurité, de laxisme et d’islamisation !!!!

Faites connaître notre site, partagez !

La campagne pour le nom continue en Pays Catalan

Une déclaration de Llorenç Perrié Albanell

Oui au Pays catalan !

    C’est sous les auspices d’un tel slogan que nous avons assisté, il y a peu, à la conférence de presse organisée par Jordi Vera, président de CDC (Convergence Démocratique de Catalogne), afin de lancer un comité  pour « protéger et promouvoir » la Catalogne du Nord (le Pays Catalan) appellation actuellement en course pour désigner notre territoire dans la nouvelle grande région. Une initiative en parallèle avec celle de la Ligue du Midi  en début du mois intitulée « Comité de soutien au nom de la région : Occitanie-Pays Catalan ». Voici donc  un  deuxième comité en action pour tenter de faire trébucher l’ogre jacobin dans sa démarche mortifère, à savoir l’élimination définitive du peuple nord-catalan dans le panorama hexagonal. Une élimination par négation. Effectivement, sans désignation identitaire, culturelle et linguistique, pas de particularisme ethnique, donc pas de revendication territoriale. En d’autres mots, ingénieusement évoqués lors de cette conférence « nier la forme pour évacuer le fond ».

    C’est donc avec un esprit d’unité patriotique catalane que les identitaires de la Ligue du Midi accueillent cette heureuse initiative, initiative ambitieuse en effet, car l’objectif à court terme de cette nouvelle structure est d’organiser un grand rassemblement le 18 juin prochain à Perpignan, 14h00 place de Catalogne, autour d’un slogan et d’un objectif : « défendre le Pays catalan et obtenir un statut de collectivité territoriale unique ». 

Continuer la lecture de La campagne pour le nom continue en Pays Catalan

Faites connaître notre site, partagez !

“Occitanie-Pays Catalan” : Richard Roudier (Ligue du Midi) répond à Breizh-Info

RR Je m'en bat...[2]

25/04/2016 – 06H15 Montpellier (Breizh-info.com) –  Dans les prochains mois, la région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées va changer de nom. Une consultation citoyenne va se dérouler par vote électronique, du 9 mai à midi au 10 juin 2016 à minuit, à l’issue de laquelle l’assemblée plénière adoptera un choix définitif le 24 juin 2016. Cinq noms ont été retenus :  Languedoc; Languedoc-Pyrénées; Occitanie; Occitanie-Pays Catalan ou Pyrénées-Méditerranée.
Pour éviter que la région porte un nom sans aucune identité enracinée, comme la Région « Grand Est » (qui a effacé au passage l’Alsace) ou les « Hauts de France » (qui ont effacé les Flandres), les militants identitaires de la Ligue du Midi ont réussi à imposer dans ce choix le nom d’Occitanie-Pays Catalan, appellation représentative d’une réalité historique et charnelle.
Ils sillonnent actuellement leur région afin d’inciter les citoyens à voter pour cette appellation. Nous faisons le point avec l’infatigable Richard Roudier, porte-parole de la Ligue du Midi.

1- Que se passe-t-il en Occitanie concernant le changement du nom de la région ?

Au début c’était très compliqué et une chatte n’y aurait pas retrouvé ses petits. En fait le nouveau pouvoir régional a créé une véritable usine à gaz en demandant d’abord l’avis du Conseil Economique et Social qui d’emblée , à l’heure de la sieste, a opté pour le nom le plus tiède « Languedoc-Pyrénées » auquel il aurait pu associer « Méditerranée » pour faire plus exotique . On voyait déjà venir le coup fourré, quand on sait que ces « conseillers » ne sont pas élus et que l’opération avait été montée par le préfet qui lui non plus n’est pas un élu. On s’est étonné qu ‘à l’instar de « Hauts de France », ils n’aient pas choisi « Bas de France » ou « Fond de France » ou encore « Cul de France », le mépris parisianiste pour la France d’en bas étant sans limite..

De toute façon la population n’avait pas élu une présidente de région lors des élections régionales des 6 et 19 décembre 2015 pour recevoir des leçons d’un quelconque « Comité Théodule » dirigé depuis 20 ans par un syndicaliste CFDT, à la botte du jacobinisme parisien et, qui sait ?, d’une multinationale. Interrogé par « Objectif Languedoc-Roussillon » Jean Louis Chauzy, président du CESER, avouait : « Nous avons auditionné les meilleurs historiens et géographes de la région (lesquels?) , ainsi que des dirigeants tels que ceux d’Airbus. Ceux-ci préconisent que le terme Pyrénées précède celui de Languedoc car le premier est plus connu à l’international».

Autrement dit les « imbéciles d’en bas » de la nouvelle région pourraient vivre -si nous ne nous y opposons pas- avec une marque commerciale, au dessus de la tête destinée à servir les intérêts des multinationales.

Continuer la lecture de “Occitanie-Pays Catalan” : Richard Roudier (Ligue du Midi) répond à Breizh-Info

Faites connaître notre site, partagez !

Mayotte, l’île de toutes les colères

    Depuis le 30 mars 2016, Mayotte « Département-Région » français de 376 km2 de l’archipel des Comores est en état quasi-insurrectionnel : barrages, grève générale, chasse aux blancs, meurtres, pillages, dégradations. En contrepoint, des manifestations citoyennes interpellent l’Etat français qui, pour toute réponse, vient d’envoyer 16 gendarmes supplémentaires… Les médias métropolitains se drapent dans un silence méprisant, la ministre des outre-mers est inexistante, quant au président « François Kérosène », il fait le tour du monde pour promouvoir la COP 21.

    Avec 7000 naissances par an et une population composée à 40 % de clandestins, Mayotte est  devenu un chaudron sous pression tandis que l’Etat reste dans le déni. Déni des conséquences de l’immigration clandestine qui génère l’insécurité, le pillage des terres agricoles, le braconnage des tortues,  la mise à sac des forêts, la surcharge des écoles, des hôpitaux et du système judiciaire et carcéral… S’y ajoutent le clientélisme qui préside à l’embauche d’incompétents tant par le Conseil Départemental que par les mairies ainsi que la corruption conduisant à une urbanisation anarchique. Des profiteurs détournent et revendent eau, électricité aux clandestins en toute impunité.

    Responsable en grande partie de cette situation, l’ineffable Nicolas Sarkozy qui déclarait en 2010 “Mayotte c’est la France” avant de promettre l’accession  de l’ile au statut de département (D.O.M) par un référendum local en 2011. Sarkosy, sans consultation du peuple français, ouvrait encore plus grandes les vannes de l’immigration sans contrôle. Aujourd’hui, Le gouvernement socialiste, champion toutes catégories, de l’invasion migratoire, n’a rien trouvé de mieux que de nommer le 30 juillet 2014 en conseil des ministres, le préfet Seymour MORSY né en 1963 au Maroc. Celui-ci, proche du Parti Socialiste, était depuis 2012 préfet délégué pour l’ égalité des chances auprès du préfet de l’ Essonne. Fortement contesté dans l’île, il semble dépassé à présent par le manque de volonté politique de ses chefs à utiliser les pouvoirs régaliens de l’état.

    La situation de Mayotte, si rien ne change, préfigure malheureusement la situation de bon nombre de zones sensibles de la France dans moins de dix ans.

La Ligue du midi
Michel Lhomme, politologue avec l’aide de notre correspondant à Mayotte.

Mayotte

La seconde réunion exceptionnelle organisée par la préfecture en présence du préfet, du procureur et de certains élus, après la marche « île morte » de mardi ne s’est pas déroulée comme prévue.

Pourtant, elle avait pour but de trouver des solutions pour garantir la sécurité des citoyens.  Mais le préfet a peut-être perdu son calme et est très vite « monté  sur ses grands chevaux », en « faisant la leçon » aux élus sur les sujets d’immigration et d’insécurité. Depuis des mois, le préfet Seymour Morsi cherche à minimiser et éviter dans le traitement de Mayotte la question migratoire qui est pourtant la question. Le procureur a poursuivi la pensée du préfet en y ajoutant un grain de sel malencontreux, par une série de reproches aux élus, notamment en déclarant que ces derniers ne se déplaçaient pas aux audiences solennelles de rentrée judiciaire. Immédiatement, le député Ibrahim Aboubacar a défendu ses collègues en clamant qu’il était « inadmissible que des fonctionnaires s’adressent de la sorte à des élus de la République. » Les élus présents à la réunion ont alors claqué la porte et se sont rendus au conseil départemental pour se concerter et pour décider de la suite des événements. Ils ont immédiatement rédigé une motion envoyée au Premier Ministre, Manuel Valls que nous reproduisons ici .

mayotte_Motion-225x300

La réunion n’a abouti à rien. Rappelons que l’État a, depuis longtemps, pour acheter la paix sociale, entretenu  les élus, mais que la sécurité est, dans un département, le domaine régalien de l’État et qu’on ne rétablit pas l’ordre en faisant des réunions mais en chargeant, en arrêtant, en jugeant. Pour bien comprendre la politique locale, en gros, les élus ont rédigé publiquement une motion contre le préfet alors qu’en cachette, ils vont lui envoyer le soir même des SMS d’excuses. A Mayotte, nous sommes aussi en Outre-mer.

En tout cas, fait exceptionnel, Le Monde a fait hier soir un article sur « Mayotte île morte ». Plusieurs milliers de personnes ont effectivement participé mardi matin à une marche à Mamoudzou pour dénoncer la violence et l’insécurité dans l’île, dans le cadre d’une mobilisation citoyenne baptisée « île morte ». Les participants, dont des familles, des salariés d’entreprises privées, des groupes de toutes origines, ont effectué une boucle dans le centre-ville, passant notamment devant la préfecture et le conseil départemental. Les manifestants, dont certains agitaient le drapeau français, ont entonné ensuite une Marseillaise. Parmi les banderoles et pancartes, on pouvait lire: « Halte à la violence » et « Mayotte en sous-France ». C’était pour certains leur première manifestation, preuve que le bouchon du laxisme généralisé est sans doute allé ici trop loin. Continuer la lecture de Mayotte, l’île de toutes les colères

Faites connaître notre site, partagez !

La campagne pour le nom prend son essor

 

Richard Roudier et Llorenç Perrié-Albanell sur TV Libertés

Comité de soutien pour le nom de la Région « Occitanie-Pays Catalan »

Richard Roudier (Président de la ligue du Midi), Patrice Adam (Nîmes), Marion Allemand (Catllar), Maria-Rosa Banus (Peralada), Michel Bertrand (Pérols), Marie Pierre Bévillard (Sumène), Françoise Biard (Lunel), Hugues Bouchu (Montrouge), Marc Boyer (Canet d’Aude), Michèle Bros (Alès), Raymond Bros (Alès), Erick Cavaglia (Bouillargues), André Chaleil (Gajan), Gérard Deheurle (Béziers), Alain De Peretti (Auch), Charles Doxa (Montpellier), Pierre Esclafit (Minervois),  Hervé Fenoy (Alès), Josiane Filio (Carcassonne), Jérémie Fontugne (Montpellier), Serge Formichi (Montpellier), Philippe Gibelin (Bellegarde), Dominique Gillet (Ustariz), Nelly Guille (Cévennes), Jean Yves Haroy (Le Soler), François Jay (Bordeaux), Patrick Junca (Paris), Pierre Kassel (Allemagne), Antoine Labarrière (Narbonne), Rémy Lebard (Carcassonne), Nicole Mina (Montpellier), Laurent Perrié-Albanell  (Perpignan), Daniel Pollett (Le Vigan), Ginette Rémy (Saleilles), Brigitte Respaut (Canet en Roussillon),  Félix Robert (Libourne), Guy Rolland (Gaillac), Olivier Roudier (Sumène), Emma Rouquette (Toulouse), Léa Rottaro (Montpellier), Raphaël Sardou (Bagnols sur Cèze), Josyane Solari (Aix en Provence), Luc Sommeyre (Occitan de Paris), Eric Tailhades (Sumène), Marie-Rose Tourné (Perpignan), Sybil Vergnes (Méounes), Maryvonne Villard (Cévennes)

(On peut s’inscrire sur cette liste par Mail)

Autocollant-V3

Autocollants en vente sur la boutique

Faites connaître notre site, partagez !

Appel du 1° MAI 2016

Appel 1° mai

par Luc Sommeyre

Chers Amis,

L’analyse de la situation politique française en cette période pré-dramatique de notre histoire, démontre assurément et avec objectivité que le Front National est le « vaisseau-amiral de l’escadre France ».

Comme beaucoup, je regrette que cette année, le FN ait choisi de renoncer au défilé traditionnel du 1er Mai en hommage à Jeanne d’Arc, Patronne de la France, et pour célébrer aussi la Fête du Travail. Depuis 1988 de façon ininterrompue, cette manifestation populaire connut un succès sans cesse grandissant. Le Front National était jusque-là la seule formation politique à montrer à la France entière que désormais, la politique est dans la rue.

À l’appel de son Président d’Honneur, sans esprit polémique aucun, je vous invite à marquer votre attachement indéfectible aux Valeurs patriotiques par votre présence au Rassemblement du 1er Mai 2016 à 10 heures place des Pyramides à Paris devant la statue de Jeanne. Jeanne par qui le miracle de la Victoire survint en d’autres temps aussi difficiles que ceux que nous nous préparons à vivre. La Droite Nationale ne peut mener son combat victorieux en abstrayant de son discours ce puissant ferment d’énergie qu’est la Spiritualité vécue par chacun dans le secret de son cœur. Continuer la lecture de Appel du 1° MAI 2016

Faites connaître notre site, partagez !