fév 24

Salle comble pour la création de la section nîmoise de la Ligue du Midi

Ce samedi, plus de cinquante personnes étaient présentes en région nîmoise pour la création de la nouvelle section de la Ligue du Midi. Une affluence qui prouve notre volonté d’ agir à Nîmes et en Petite Camargue, région fortement identitaire qui plonge ses racines dans la romanité, la vigne, la bouvine etc.

Richard Roudier, président de la Ligue du Midi a ouvert la réunion en présentant le combat pour la défense de nos identités qui est mené  en Languedoc. En effet, alors que les partis traditionnels considèrent les départements comme la structure territoriale maîtresse en terme d’organisation politique et administrative, la Ligue du Midi a choisi de travailler sous la forme d’un réseau, aussi bien sur le plan local que national.

Richard Roudier a fait savoir que les identitaires du Languedoc, pour lesquels les élections ne constituent pas la panacée en matière de conquête du pouvoir, ne présenteraient pas de candidats aux élections départementales des 22 et 29 mars, ne souhaitant pas gâcher les chances du Front National et indiquait d’ailleurs qu’un certain nombre de ses adhérents ou sympathisants étaient candidats à titre individuel, en Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées sur les listes Front national ou Rassemblement Bleu Marine.

La ligne politique de la Ligue du Midi repose sur deux piliers que sont l’identité et le social. L’identité, selon l’image des poupées russes prend ses racines dans les terroirs et les traditions locales, puis se développe dans l’identité nationale porteuse de notre culture, de notre histoire et de notre langue, et enfin s’épanouit dans la magnifique civilisation européenne, celle des cathédrales et des menhirs.

Au sujet de l’Europe, Richard Roudier a profité de cet aparté pour vitupérer contre la Commission européenne de Bruxelles, qui n’a d’européen que le nom et qui n’est qu’une courroie de transmission de l’idéologie mondialiste hostile aux peuples d’Europe. Sur la question sociale, il a précisé que cette dernière était consubstantielle de la première, puisque nos peuples ont besoin de conditions matérielles décentes pour pouvoir vivre leur identité. Il a indiqué qu’une initiative militante serait prise prochainement dans cette direction. Dans sa partie consacrée à l’identité, le président de la Ligue du Midi a abordé la question de l’islamisation de la France, précisant que si cette question ne constituait pas l’ »alpha et l’oméga » de la ligne politique de la Ligue, elle n’en nécessitait pas moins l’exigence de mesures radicales pour l’éloignement des djihadistes et la remigration appliquée dans un premier temps, aux populations entrées illégalement sur le territoire, les délinquants et enfin les ennemis de la France. Il suggérait à ce propos la création d’une flotte de garde-côtes chargée d’arraisonner et de reconduire en Afrique ou au Proche-Orient les clandestins.

Cet exposé a été suivi d’un débat entre les participants et les membres du bureau politique avant que deux jeunes militants présentent la méthode militante des identitaires ainsi que les projets menés par la Ligue du Midi notamment dans le domaine associatif. La réunion s’est conclue par une conférence sur « La vérité en Politique ». Après la réunion, militants et sympathisants ont pu échanger dans un cadre convivial, autour de la traditionnelle galette des Rois.

Richard Roudier après avoir annoncé l’ouverture  d’un local sur Montpellier annonçait que  la prochaine création de section se déroulerait à Alès dans le courant du mois d’avril.

fév 15

Création de la “section Montpellier” de la Ligue du Midi

On le sait, la Ligue du Midi doit beaucoup à la ville de Montpellier qui lui a donné de nombreux cadres et adhérents; aussi était-il logique que la section de Montpellier soit parmi l’une des premières à être créée…C’est ce qui a été réalisé le samedi 7 février en présence de près d’une trentaine de membres au cours de la première réunion de cette section qui s’appellera désormais « Projet Clapas » pour bien imprimer la marque identitaire de notre combat.

Richard Roudier, en tant que président, tenait à signaler les récentes activités de la Ligue et en particulier le rassemblement contre l’islamisation de la France le 18 janvier devant la préfecture de Montpellier qui a débouché sur de nombreux contacts et adhésions. Il rappelait également que l’une des caractéristiques des identitaires concerne la « méthode » qui se traduit sur le terrain par la mise en place d’opérations “d’agitation-propagande »: on se souvient de l’affaire Sniper lors de la création des Identitaires, de l’affaire Galinier il y a quelques années et tout récemment, la réaction au tagage anti-chrétien de l’église de Sumène (30) qui a déclenché une question écrite au gouvernement de la part d’une sénatrice du Gard.

A l’unanimité, François fut désigné pour prendre la tête de la nouvelle section; celui-ci profitait de cette occasion pour évoquer les associations proches de la Ligue qui oeuvrent dans le secteur culturel ou patrimonial. Il annonçait également l’ouverture au printemps d’un local qui serait situé dans un quartier populaire de la ville et évoquait enfin un projet de procession qui se déroulerait prochainement et auquel la section devrait prêter toutes ses compétences.

Autre nouveauté : des modules de formation seront intégrés dans le cours de chaque réunion. Concrètement, un “chargé de formation” viendra épauler le responsable de chaque section. Afin d’entrer immédiatement dans le vif du sujet, une conférence sur le thème « vérité et politique » fut mise en chantier, qui permit de disséquer un certain nombre événements récents en rapport avec la série d’attentats islamistes. Parmi les prochains sujets explorés, on relève : Quelles sont nos valeurs ?/ Qu’est-ce que l’identité ?/ Immigration et Remigration/ Les notions de droite et de gauche sont-elles encore valides ?/ Notions d’économie/ Qu’est-ce que la laïcité ?

Retenons enfin enfin la prochaine création de la section « Nîmes-Camargue » qui se déroulera le samedi 21 février 2015 de 16h à 19h dans un village de la périphérie de Nîmes : structuration, formation, sport pour les jeunes à 15h, galette des rois de 18h à 19h. Le lieu précis sera donné lors de l’inscription. On peut amener des amis.

fév 05

Création de la section “Aigoual-Cévennes”

La ligue du Midi connait un développement important suite à la situation délétère que connait le pays: chômage, paupérisation des classes moyennes, attaques contre la famille, attentats islamistes… Avec ses partenaires, elle a organisé en l’espace d’un mois quatre opérations remarquées; la dernière a été la manifestation du 18 janvier devant la préfecture de Montpellier pour la défense de la liberté d’expression et en solidarité aux victimes de l’Islamisme.

Afin d’assurer un développement plus efficace, les dirigeants de la Ligue, ont décidé la création de sections locales dans l’espace Languedoc-Roussillon et demain dans toute la zone de la grande région, de Beaucaire à Toulouse.  Ainsi, le lundi 26 janvier, ce sont une vingtaine d’habitants des Cévennes qui se sont réunis  dans la vallée de l’Hérault. Après avoir fait connaissance et s’être présentés, les participants  purent écouter une intervention de Richard Roudier, président de la Ligue du Midi, sur les actions passées; ensuite  celui-ci a brossé, en trois parties, les grands axes du mouvement : ligne politique, stratégie et méthode. Il a insisté également sur l’importance de la formation des adhérents et des cadres ainsi que sur l’aspect convivial des relations en interne.

A noter que c’est Olivier Roudier qui prend la tête de cette section “Aigoual-Cévennes” nommée ainsi en hommage à l‘esprit de résistance en Cévennes. Il a été convenu que dés le départ une annexe serait créée à Alès. Cette situation devrait déboucher à terme sur la création d’une section dans la capitale de l’ancien bassin minier, ce qui ne devrait pas tarder au vu des nombreux contacts qui se sont manifestés depuis le début de l’année. Une réunion devrait avoir lieu prochainement dans cette ville afin de concrétiser ce développement.

En fin de réunion, les discussions furent nombreuses autour d’un certain nombre de thèmes –sécurité, identité, cohésion- ce qui devrait  déboucher rapidement sur la mise en place d’actions concrètes. Une galette des rois clôtura cette soirée pétrie de solidarité et de convivialité.

Important

 Une réunion de cohésion et de formation se tiendra

le samedi  7 février de 10h à 15h

à Montpellier

avec la création  de la section “Montpellier” de la Ligue

 

jan 18

Pegida : Montpellier en pointe contre l’islamisation de l’Europe

Ce dimanche, bon nombre de rassemblements s’opposant à l’islamisation de l’Europe ont été interdits, que ce soit à Paris, Bordeaux ou encore Lyon. Montpellier est au final une des seules villes où le mouvement PEGIDA est descendu dans la rue pour défendre la liberté d’expression et contrer l’islamisme.

Le rassemblement de Montpellier a réuni au débotté une soixantaine de participants, et ce, malgré les pressions des milices d’extrême gauche locales qui hurlaient leur haine à une petite centaine de mètres. Cinq intervenants représentants Résistance Républicaine, des Identitaires et des nationalistes se sont succédé au micro pour aborder le problème de l’islamisation de notre société avec les conséquences dramatiques que l’on a connues avec l’attentat contre Charlie Hebdo.

A ce titre, des pancartes détournant  le slogan officiel « Je Suis Charlie » étaient brandies par les manifestants.  Ainsi on pouvait voir des « Je Suis Beslan » et des « Je Suis les Moines de Tibérine » qui  côtoyaient des « Je Suis Résistance » et des « Je Suis au Chômage »…

Ces détournement permettaient de mieux cerner les véritables problèmes afin de ne pas se laisser prendre au piège de la honteuse récupération politique par le système. Symboliquement le lieu de la  manifestation avait été choisi Place des Martyrs de la Résistance et parmi les slogans lancés à tue-tête, on a pu entendre « Islamistes hors d’Europe » et « Liberté d’expression ».

Une fois encore, et ce n’est pas une surprise, on a pu voir l’extrême gauche aigrie collaborer avec les islamistes.

jan 18

La Ligue du Midi interpelle le maire de Lattes (Vidéo)

Lors des vœux du nouvel an de la ville de Lattes (34) Richard Roudier, président de la Ligue du Midi interpelle le maire au sujet du projet de mosquée sur la commune. Un compromis de vente ayant été signé entre l’ex imam de la mosquée de la Paillade et un privé.

Mr Meunier clarifie les choses sur cette affaire et certifie qu’il n’y aura pas de mosquée à Lattes, au grand soulagement de la population présente.

 

jan 17

Meilleurs vœux monsieur le maire!

Cyril Meunier, maire de Lattes, interpellé par Richard Roudier (Ligue du Midi) : « il n’y aura pas de mosquée à Lattes ! »

II y avait plus de 400 personnes ce jeudi 15 janvier lors de la séance des vœux du maire de Lattes à l’espace Lattara. Il n’y avait d’ailleurs pas que des Lattois, mais aussi des habitants de l’Agglo en nombre non négligeable qui attendaient l’édile sur la question de la mosquée. L’ambiance était détendue mais sérieuse et les linéaires de buffets somptueusement garnis étaient là pour permettre, en cas de besoin, de noyer le poisson en coupant court éventuellement à tous débats. Monsieur le maire (majorité socialiste), frère politicard roué, au terme d’une intervention au pas de course, dans laquelle il brossait ses administrés dans le sens du poil « je n’augmenterai pas les impôts en 2015 », avait visiblement hâte d’écourter la séance et d’aller serrer la main du plus grand nombre de ses administrés.

Surprise…surprise  à l’instant où le maire allait clore son intervention, sans avoir abordé le sujet qui pollue depuis trois semaines l’ambiance de la cité (dépêche Lengadoc Info)  Richard Roudier,  président de la Ligue du Midi interpellait Cyril Meunier  sur l’état d’avancement du projet de la « mosquée Aicha » de l’iman Khattabi.  Après quelques échanges musclés avec le maire, Richard Roudier, soutenu par une grosse partie de l’assistance, parmi laquelle de nombreux identitaires scandant « liberté d’expression » et « laissez le parler! » sur l’air des lampions, prenait la parole… dans le style qu’on lui connait.

« Monsieur le Maire, vous avez reconnu dans vos vœux que la France venait de connaitre une semaine des plus difficile, vous n’ignorez pas qu’il y a, à une vingtaine de kilomètres d’ici, à Lunel, une mosquée qui est une pépinière de jihadistes, ce que monsieur le préfet a confirmé dans la presse locale  quelques jours avant les attentats islamistes. Afin d’éclairer nos concitoyens, concernant le projet de mosquée dans votre cité pouvez-vous répondre à quelques questions précises:

- Y a-t-il un projet de mosquée à Lattes?

- Vous, ou des gens de votre entourage ont-ils rencontré le duo Bouaziz/Khattabi?

- Etes-vous prêt dorénavant à vous opposer à tout projet d’installation de mosquée sur le territoire de votre commune? »

A la première question, Cyril meunier, répondait laconiquement  par la négative…A la seconde, il rappelait qu’il avait appris l’existence de cette affaire par les réseaux sociaux et qu’à aucun moment l’imam Khattabi et l’association Aïcha n’avaient pris la peine de contacter la mairie : « Il [l’iman Khattabi] ne m’a jamais contacté, pas un courrier, pas une réponse. Je lui ai écrit, il ne m’a pas répondu. J’ai écrit aux propriétaires du terrain, ils ne m’ont pas répondu ». Cyril meunier oubliait de dire qu’il avait également omis de répondre à un courrier électronique de Richard Roudier  sur cette question. Il tentait alors de se défausser sur les religieux de la mosquée Averroès en ouvrant une piste –plausible- sur la mise en place d’une « filouterie » visant à récolter l’argent des fidèles musulmans, sur fond de lutte d’influence dans un clergé auto proclamé… A la troisième question, tout en essayant de biaiser, le maire affirmait qu’il n’y avait pas de terrains constructibles sur Lattes et que « Non, il n‘y aurait pas de mosquée ». Ce propos était vivement applaudi, mais de nombreux citoyens demeuraient un peu sur leur faim et auraient préféré une déclaration de principe plus engagée. C’est ce qu’ils dirent au président de la Ligue du midi, abordé à de nombreuses reprises lors de son départ de la salle, à l’instar du représentant du Front national avec lequel s’est déroulé un entretien chaleureux et instructif.


La vidéo, demain, sur le site de la Ligue du midi : 

www.liguedumidi.com

jan 09

TOUS DANS LA RUE LE 18 JANVIER

Au moment même d’envoyer ce texte -prémonitoire- j’apprends qu’une fusillade aurait provoqué une dizaine de morts au journal Charlie Hebdo.

Plus que jamais soyons mobilisés. Il y a 48 h, je prévenais mes amis: “une seule certitude en 2015 nous allons avoir besoin les uns des autres”.

 Plus que jamais : Appel à manifester le 18 janvier à Paris et partout en France

L’histoire ne repasse pas les plats… c’est encore et toujours le même!

 Le 1er Novembre 1954 commence en Algérie une guerre d’insurrection qui s’illustre par une série d’attentats meurtriers perpétrés simultanément aux quatre coins du territoire.  Ce 1er Novembre 1954, c’est une dizaine de morts et quelques blessés. La France, et l’Algérie elle-même, réagissent comme un éléphant qui recevrait une flèche en bois tirée d’au-delà de la portée d’un arc. L’opinion ne s’intéresse pas à ce qui vient de se passer. Le Ministre Mitterrand, socialiste, se fend d’une déclaration à l’imitation déroulédienne, – « la seule négociation, c’est la guerre » – quelques élus en font autant, les communistes, seuls, prennent fait et cause pour ce qui s’appelle déjà le FLN et la vie continue, en France et dans le monde, comme s’il ne s’était rien produit à la surface de la planète.

Or, ce qui vient de commencer en Algérie, à ce moment-là, c’est la gestation du fameux Remplacement de population auquel nous assistons aujourd’hui, c’est la naissance du fameux Choc des Civilisations qui n’a jamais cessé de se perpétrer depuis, selon un processus dont le moins qu’on puisse en dire est qu’il avance de manière inexorable, et selon un balancier de l’Histoire qui ne compte ses points qu’au seul profit de la cause islamiste et en vertu de deux éléments de mesure fondamentaux que sont, d’une part, le recul partout de tout ce qui n’est pas islamiste et d’autre part, l’avancée, partout, d’une domination démographique, principale vérité stratégique de l’Histoire humaine.

Ahmed Ben Bella, ancien sous-officier, qui s’est glorieusement comporté au Monte Cassino, sous l’uniforme de l’Armée française, est le chef de cette insurrection dont personne ne discerne la portée. La  chute de l’Indochine française,  pourtant,  est une profonde caution historique qui vient légitimer la cause séparatiste en Algérie, même si les cas de l’Indochine et de l’Algérie se distinguent radicalement.

Le seul point commun, c’est le drapeau français qui flotte, ici et là-bas, avec sa connotation européenne et chrétienne, que Monsieur Ferry Jules ou que Monsieur Hollande François en soient d’accord ou non.  En France, la population se moque éperdument, en moyenne, de ce qui se passe plus loin que le bout de sa rue, voire de son canton. En Algérie c’est encore pire. Les Français d’Algérie sont «quintessentiellement » abandonnés deux fois. Par la France qui les ignore et par eux-mêmes, qui avancent les yeux rivés dans le sillage de leur charrue.

L’amnésie républicaine a fait son œuvre des deux côtés de la Méditerranée. La Révolution française, pour tous ces élèves des Hussards Noirs de la République, est le seul et unique commencement de l’Histoire humaine et la religion qu’elle draine et qui s’est répandue dans les cervelles du monde entier, en passant par Ho Chi Minh, Adolf Hitler, Nasser, Nehru, Staline, De Gaulle et Mao, c’est le dogme religieux le plus sectaire et le plus fanatique que l’humanité ait jamais connu. Robespierre, Rousseau, Clemenceau, Jules Ferry et Attali en sont parmi les grands prêtres. Hors de la tyrannie implacable des fonts baptismaux de la Terreur et des Septembrisades, pas de salut.

Or, séparer l’Église de l’État est un leurre lorsque l’Église laïque et républicaine prenant le relais de l’Église de Rome ou des évangiles la remplace, plus religieuse et plus intolérante qu’aucune autre ne l’a jamais été. Cette loi est quasiment universelle et elle établit une divinité qui est globalement devenue celle de ce que les communistes nommaient avec l’accent de Georges Marchais, le Grand Capital et la bible, « le Veau d’or ».

Le dieu-argent est le dieu d’une religion sans athée au portillon du monde matérialiste pour contester. Ce dieu-là a son clergé, ses cultes et ses fidèles.  Un monde, cependant, s’oppose sui generis, à la féodalité du capitalisme et de l’argent, c’est toujours celui de la spiritualité, qu’elle soit platonique, guerrière, païenne ou politique. Evidemment le monde musulman, qui ne crache pas dans la soupe du nerf de la guerre, se retrouve au premier rang de cette croisade contre le monde de l’argent anonyme et vagabond, dominateur et sûr de lui.

Il est dans l’ordre des choses que les Français de 2015 ne soient pas moins endormis que leurs parents ne l’étaient en 1954.

Quand Ahmed Ben Bella a entamé le Jihad algérien contre le monde satanique et dégénéré incarné par la république française et l’ensemble des valeurs dans lesquelles ne croient plus que des abbés Davezies et des adjudants Maillot, la masse des Français reste totalement indifférente à tout ce qui se trame autour d’elle. Du reste ni Maillot ni Davezies n’ont donné leurs noms à une moindre impasse en Algérie puisqu’ils avaient négligé de franchir le pas de l’islam. Cette négligence résume la candeur française qui ne veut pas entendre qu’un ennemi n’est pas celui qu’on désigne comme son ennemi, mais bel et bien celui qui vous désigne lui-même comme tel.

Au coeur des Trente Glorieuses, les Français pensent avoir tiré un gros lot qui ne s’arrêtera plus. Un monde de bienfaits matériels, de progrès, d’humanisme, d’avancées sociales, de 40 ou de 35 heures, de congés payés et de tarmacs pour pas cher. Ils importent même des centaines de milliers de travailleurs immigrés dans la foulée de leur bonheur retrouvé. Pour ramasser les poubelles à bas salaire, les surnuméraires de la victoire facile du 19 Mars 1962 feront bien l’affaire. Le Français ne souhaite plus se salir les mains. « Il y a des Arabes pour ça ». Pour ne pas être en reste et pour attester que la volonté de Charles De Gaulle de ne pas mélanger le vinaigre et l’huile, selon la métaphore expliquée à Alain Peyrefitte, mérite un correctif auquel Chirac et Giscard vont s’employer, on décrète le regroupement familial. Du coup et en quelques années on a inversé les rôles. Les anciens colonisés se mettent à coloniser le territoire de l’ancien colonisateur. Les humanistes expliquent avec force conviction que le mélange qui fait avancer la mobylette n’est que de 6 % et que la France aurait toujours été une terre d’invasion. On se met sans complexe à mettre la colonisation de Gengis Khan et celle de Jules César au même niveau. Ce que fait le sophiste Attali, sans sourciller. Le Cardinal de Paris participe en pionnier à cette mascarade. Le « pote» a cessé d’être l’héritier du droit du sang, il est péremptoirement devenu l’héritier du droit du sol. Evidemment la loi s’en mêle. Par principe de précaution et de prudence, la peine de mort contre les pires assassins est abolie. La loi, généreuse pour ceux qui avaient à la craindre, devient aussi implacable qu’un radar de rackett fiscal, pour le patriote qui se souvient d’avoir été chez lui. L’identitaire devient un suspect qu’il importe de dénoncer et qu’il faut mettre au ban.

Le sort des Français d’Algérie en 1962 n’intéresse pas plus les Français de France que celui des Chrétiens du Moyen Orient, exterminés comme des lapins, aujourd’hui. Le sort des Libanais comme celui des Serbes tout pareillement. Et plus personne ne parle déjà plus des lycéennes nigérianes réduites à l’esclavage ordinaire de l’islamisme.

Un traître ordinaire est toujours représentatif d’une suffisance prétentieuse et ignorante. Faire d’un saint de l’église romaine le Pape qui a embrassé le Coran, livre de l’apostasie christique par excellence, est le coup de Jarnac de toute l’Histoire depuis 732. C’est donner les clés de Constantinople à Mehemet II, c’est trahir la Flotte européenne de Lépante, c’est armer les assassins de Charles de Foucauld, c’est livrer Vienne et Budapest avec un tapis rouge, c’est vouer Isabelle la Catholique aux gémonies, c’est béatifier au moins le Cardinal Duval et c’est donner des clous aux crucificateurs des chrétiens irakiens, c’est, enfin, placer le Pape François dans l’ambiguïté que n’importe quel adjudant-chef de méharistes aurait évitée.

Le Jihad n’a jamais cessé depuis son apparition visible en l’année 1954…En ce 1er novembre , en Algérie, un couple d’instituteurs, les Monnerot,  a pris place dans un autocar qui s’engage dans les gorges de Tighanimine dans les Aurès. A sept heures du matin des terrorises stoppent l’autocar, en font descendre les passagers, isolant les deux enseignants –européens- qui sont froidement abattus. Depuis le Caire, un message radiophonique est envoyé par un mouvement rebelle dont on découvre l’existence : le FLN (Front de Libération National). Ce message appelle le peuple algérien à une “lutte pour la restauration (sic) de l’Etat algérien souverain, démocratique et social dans le cadre des principes de l’islam”.

.A l’époque, déjà, les terroristes du FLN entreprenaient de terroriser la population française des deux rives de la Méditerranée en exécutant  les fonctionnaires, en mitraillant  les commissariats, en explosant  les bars et les manifestations sportives. Aujourd’hui, soixante ans plus tard, en France, le télescopage des agressions « allahouakbesques » de Noël  resterait celui d’une multiplication de « cazizolés » et individualisés. Même de cas psychiatriques ! A croire que la psychiatrie serait l’aimant de cette force. Les plaideurs de l’égorgement administratif ne prennent même plus conscience de leur incohérence.

A Joué-les-Tours (Indre-et-Loire), le samedi 20 décembre 2014, Nzohabonayo, 20 ans, a été tué par des policiers qu’il avait agressés au couteau à l’intérieur du commissariat de police. Des sources proches de l’enquête avaient rapporté que ce jeune homme converti à l’islam, qui n’aurait pas été fiché –son frère oui- par les services spécialisés, a crié «Allaouh akbar» au moment des faits.

A Dijon, dimanche 21 décembre L’homme qui a renversé volontairement 13 personnes a également  crié «Allaouh akbar». Deux complices présents dans la voiture au moment des faits se seraient évaporés.

A Nantes le lundi 22 décembre un chauffard alcoolisé fauche 10 personnes sur le marché de Nôël : 1 mort, des blessés graves.

A Metz en Lorraine le vendredi 2 janvier 2015 c’est également au cri d’«Allaouh akbar», qu’un homme de 23 ans placé en garde à vue au commissariat central pour une banale histoire de vol commis dans le quartier de la gare, s’est jeté sur un policier pour tenter de l’étrangler à mains nues. Le policier qui s’en sort avec cinq jours d’interruption temporaire de travail -mais il s’en est fallu de quelques secondes- n’a eu la vie sauve que grâce à l’intervention de ses collègues.

Ces quelques illustrations, aux dires des médias, n’auraient, aucune corrélation… mais on est en droit de s’interroger  en ce qui concerne :

-l’origine de leurs auteurs, largement issus de la « diversité » et de la voyoucratie

-leur période : solstice, nativité, Noël

-leurs cibles : policiers ou représentants de l’Etat français

-leur mode opératoire rudimentaire : voiture, couteaux, étranglement ce qui prouve qu’ils auraient -parfaitement assimilé les préconisations du groupe de l’état islamique Daesch

-la revendication clairement exprimée : « Allaouh akbar »

Tout cela, tandis que l’islamisme étend sa toile avec les impôts des maternités et des abattoirs halal, payés par des colonisés aux anges, pour endiguer la montée des seuls extrêmes qui font peur, ceux des racines et de l’identité des peuples européens.

Le FLN l’a emporté en 1962 sur le terrain politique avec le soutien déloyal et massif de Charles De Gaulle, prévisionniste pour mess de sous-officiers, xénophobe au petit pied, que la rigidité de l’uniforme, rendait incapable d’envisager des solutions institutionnelles, autres que le « tout ou rien », seules susceptibles d’élever une digue contre la France maghrébine. Le Jihad français qui se fait, pour le moment, la main contre Assad, ne tardera plus tellement à transporter à domicile ce que son prophète lui ordonne pour son salut : la mise au pas, cadencé ou non de quiconque ne rêve pas selon les hadiths du prophète.

Bonne année 2015 quand même…

Richard Roudier avec la collaboration de Vitus

jan 02

La Ligue du Midi interpelle le maire de Lattes (34) au sujet de Aïcha, la mosquée

Depuis des mois et les déboires de l’imam Khattabi, supporteur du Parti Socialiste local, représentant de l’association Aïcha, on savait par internet que le dit iman, en délicatesse avec la mosquée Averroès de La Paillade, envisageait une délocalisation vers le sud. C’est ainsi qu’après une tentative rue de l’Industrie, à Montpellier, abandonnée devant de nombreuses résistances, on vient d’apprendre par l’intermédiaire de  l’Agence de Presse Lengadoc Info qu’une mosquée gigantesque devrait s’ériger prochainement sur la zone de Maurin (Commune de Lattes).

Avez vous remarqué que dans le cas de constructions de mosquées  en France, les maires ne sont jamais au courant? Pourtant, il y a un vendeur –Les Bouaziz- et un acheteur – l’iman Khattabi- qui ont déjà signé un compromis de vente d’une parcelle de terre agricole, pour un prix de 800.000 €uros, sur laquelle s’élève déjà un hangar de 1.000 m2.  Le maire, Cyril Meunier, qui a mis deux jours, avant de dire que la rumeur était infondée est donc soit un menteur soit un incompétent s’il n’est pas au courant d’une transaction de 35.000 m2 sur sa commune. S’il nous sert un mensonge par omission, dans les jours qui viennent, nous le saurons. Il n’est pas bon de mentir à ses concitoyens,  Monsieur le Maire, parce que vous vivez à leur proximité et qu’ils ne manqueront pas, un jour ou l’autre, de vous rafraichir la mémoire. En contre-point, Stéphan Rossignol, Maire de la Grande Motte, a repoussé le même projet et refusé de donner le permis de construire.

Monsieur le Maire, vous ne pouvez pas ignorer qu’un certain nombre d’apprentis djihadistes infestent notre région, fréquentent certaines mosquées et bénéficient de nombreux appuis dans les rangs du clergé musulman comme en témoignent les déclarations irresponsables –dixit Monsieur le Préfet de l’Hérault- de Lahoucine Goumri, Président de l’Union des musulmans de Lunel,  qui gère la mosquée de la ville et qui a refusé catégoriquement de condamner les “jeunes” partis  faire le Djihad  (guerre sainte) en Syrie. C’est pourquoi vous allez certainement nous servir les propos habituels sur l’islam “modéré et républicain”, “source de paix et de civilisation”, “gage de vivre ensemble” auquel seuls peuvent croire encore les gogos ou les Kollabos.

Monsieur le Maire, afin d’éclairer nos concitoyens, concernant ce projet, pouvez vous répondre à trois questions précises:

  1. Y a t-il un projet de Mosquée à Lattes?
  2. Vous ou des gens de votre entourage ont-ils rencontré le duo Bouaziz/Khattabi?
  3. Etes vous prêts dorénavant à vous opposer à tout projet de mosquée sur le territoire de votre commune?

Afin de faire taire la rumeur…

déc 23

Sale temps pour Manuel Valls à Montpellier

Pas de bain de foule pour “Manuelito”  en visite à Montpellier, mais trois objectifs administratifs bien à l’écart de la population : le commissariat de police annexe  de la Paillade,  l’Hôtel de Région et enfin la Préfecture. Des mesures de sécurité exceptionnelles, une présence policière massive, des chiens renifleurs …

Dans un communiqué, diffusé hier lundi, La Ligue du Midi profitait de la présence du premier ministre pour  s’inquiéter de l’affaire de l’attentat djihadiste contre les policiers de Tours qui éclatait avec comme un parfum de Guerre d’Algérie lorsque les terroristes du FLN entreprenaient de terroriser la population française en mitraillant les commissariats. Or dans la soirée on apprenait qu’un autre “cazizolé” s’était produit à Nantes, reprenant le même schéma qu’à Dijon. Trois en  trois jours, ça commence à faire beaucoup de déséquilibrés dans le pays… surtout parmi les “français issus de la diversité”.

Le communiqué de la Ligue dénonçait également les maux dont souffre notre pays : une liberté d’expression bafouée, un chômage qui poursuit sa course folle, une  croissance en berne, la pauvreté qui  touche les classes moyennes, des familles tourneboulées par ce “meilleur des mondes” qu’on leur prépare à coups de gender, de PMA, de GPA, une réforme territoriale sans concertation que le premier ministre a du faire passer en force.

Enfin, pour essayer de colmater les brèches d’une gauche montpelliéraine en pleine perdition Manuel Valls a remis la légion d’honneur à Philippe Saurel, maire de Montpellier, président de l’agglo et tombeur du Parti Socialiste-canal historique- local. C’est toujours utile, pour un prétendant au trône, d’avoir un de ses affidés aux manettes d’une des plus grandes villes de France.

Deux délégations de la Ligue Midi et de la Manif Pour Tous ont réservé un accueil bruyant au premier ministre, à grands coups de sifflets, de slogans et de cornes de brume dont les échos, d’après des témoins à l’intérieur de l’Hôtel de région, sont parvenus aux oreilles d’un “Manuelito” passablement agacé par cet accueil.

déc 22

Valls à Montpellier. Manuelito danse la Valls à deux temps

Sale temps pour la France socialiste en cette fin d’année 2014.

Jugeons en :

- L’affaire de l’attentat djihadiste contre les policiers de Tours qui éclate avec comme un parfum de Guerre d’Algérie lorsque les terroristes du FLN entreprenaient de terroriser la population française en mitraillant les commissariats

- Une liberté d’expression qui a de plus en plus de difficultés à se frayer une place au pays des soi-disant droits de l’homme avec le chevalier Zemmour bouté hors des grands médias nationaux

- Un chômage qui poursuit sa course folle, une croissance en berne, la pauvreté qui  touche les classes moyennes et un moral des français au-dessous des chaussettes

- Des familles tourneboulées par ce “meilleur des mondes” qu’on leur prépare à coups de gender, de PMA, de GPA

- Une réforme territoriale sans concertation, ni avec la population ni avec les élus de terrain, que le premier ministre fait passer en force et qui va laisser des traces profondes y compris dans les rangs socialistes

Pour essayer de colmater les brèches dans un parti socialiste languedocien en pleine perdition notre “ danseur virtuose ” joue deux partitions avec, à Paris, les parlementaires socialistes du Languedoc-Roussillon qui votent la réforme à  une large majorité, et, à Montpellier, les conseillers régionaux du même parti socialiste qui viennent de voter une motion en sens opposé, et ce, à l’unanimité.

Mais gageons que ce “Carlos Gardel de la Valse” saura faire, à ses affidés locaux, des propositions qu’on ne peut refuser. Un temps pour  des “carottes” : promotions, légions d’honneur, rallonges budgétaires… et si ça ne suffit pas, dans un deuxième temps, on brandira le bâton dans le cadre de la constitution des prochaines équipes aux élections départementales.

 

Nouvelle campagne d'affichage de la Ligue du Midi

Articles plus anciens «