août 30

Région Languedoc: Narbonne capitale!

Il était amusant de voir ces jours derniers la tête des narbonnais au détour d’une ruelle de la vieille ville ou sur les boulevards quand ils tombaient nez à nez sur les affiches “NARBONNE CAPITALE” que les colleurs de la Ligue du Midi apposaient consciencieusement sur les panneaux disponibles. Cependant, nul étonnement pour les plus érudits d’entre eux, tel ce professeur rencontré sur “les barques” qui rappelait que la Narbonnaise avait été installée par l’empereur Auguste au 1er siècle, lorsque la cité de Narbonne -qui peut s’enorgueillir d’avoir accueilli l’empereur- fut jadis la grande capitale du Midi alors que Paris n’était même pas un tas de planches…

Cet affichage de la Ligue du Midi constitue une étape dans la promotion de grandes régions à l’échelle européenne qui est une nécessité absolue sur le plan fonctionnel quand on connait la taille des autres régions d’Europe, que ce soit la Flandre, la Lombardie, le Piémont, la Bavière ou la Catalogne et c’est paradoxalement toujours celles-ci que l’on nous présente comme le modèle de réussite à l’étranger, car ce sont les régions les plus industrieuses d’Europe, parce que ce sont des régions identitaires. En matière de compétition internationale, ces régions jouent désormais un rôle de premier plan. L’activité innovante de leurs entreprises peut leur conférer beaucoup d’importance. De nouvelles approches économiques partent, par exemple, du constat que c’est au niveau régional qu’apparaissent, pour l’essentiel, les connaissances nouvelles, ainsi que les produits et les procédés novateurs. De grandes régions dans notre pays ne peuvent que renforcer la grandeur de la France. On oublie de signaler que c’est parce qu’elles sont probablement le contraire de la “région fonctionnelle” qu’elles sont dotées d’un supplément d’âme peu mesurable en termes de statistiques, mais qui doit être bien réel puisque il est indéniable que les grandes régions d’Europe sont d’abord identitaires.

Encore une fois, François Hollande n’a pas su choisir… il n’a pas su décider quel serait le principe directeur de son découpage. Doit-il être «fonctionnel» ou « identitaire » ? Va t’il s’appuyer sur l’urbanisation, sur la géographie contemporaine ou sur l’histoire et les bassins linguistiques anciens ? En fait, Hollande en est resté aux petits “arrangements entre amis”… Malheureusement l’on voit depuis le séisme “Montebourgeois” du 25 août où les atermoiements tactiques peuvent entrainer le pays. Qu’on ne s’y trompe pas, l’enjeu de cette réforme, prise par le petit bout de la lorgnette par l’exécutif Hollande-Valls, est loin d’être négligeable, puisque les collectivités locales représentent plus de 20 % des dépenses publiques. En 2012, elles ont progressé de 7,2 milliards (+3 %). Cela s’explique principalement, selon la Cour des Comptes, par un accroissement spectaculaire des dépenses de personnel. Dans les communes et leurs groupements, celles-ci ont augmenté de 3 % en moyenne annuelle de 2009 à 2012. Jusqu’à présent, le développement de l’intercommunalité «n’a pas été générateur d’économies, bien au contraire».

Dans un récent ouvrage “Lettre ouverte au président de la République sur la réforme des régions”, Richard Roudier, président de la Ligue du Midi n’a pas hésité à trancher dans le vif, contrairement aux caciques locaux englués dans les “combinaziones”, en approuvant la création d’une région Grand Languedoc qu’il appelle de ses vœux depuis des années. Richard Roudier dépasse la problématique du choix de la capitale entre Montpellier et Toulouse qui ne pourrait que se transformer en diatribe picrocholine entre ces deux grands pôles du Languedoc. De même, préconise-t-il la création d’une capitale administrative équidistante posée sur un carrefour de communication et dotée d’une réserve territoriale immense et si l’identité forte et l’histoire viennent à la rescousse… en avant pour Narbonne capitale!

août 26

Pas de racailles dans nos quartiers, pas de quartier pour la racaille!

Le double homicide sur fond de trafic de drogue, survenu dans la nuit de samedi à dimanche dans le quartier Lemasson à Montpellier a fortement choqué les habitants de la ville et placé Montpellier au même niveau de délinquance que Marseille. Une affaire similaire survenue à Toulouse la semaine dernière place ainsi notre future région en concurrence directe avec Marseille… Voire avec Chicago comme l’a si bien exprimé Mr Saurel!

La Ligue du Midi se joint tout naturellement à la demande légitime du maire de Montpellier en faveur d’une amélioration de la sécurité. Cependant, il faut dépasser le cap des bonnes intentions.
Nous demandons l’application de mesures fortes pour balayer le fléau du trafic de drogue à Montpellier et de ses conséquences dans les domaines de la délinquance et de la santé publique. Il ne sert pas à grand chose de mettre 20 enquêteurs sur la résolution de cette affaire de règlement de comptes entre dealers. En revanche, nous demandons l’affectation permanente de policiers en tenue dans les quartiers afin d’éradiquer les zones bien connues de « deal de proximité », ainsi que la mise en place de nouveaux effectifs de BAC dont l’efficacité n’est plus à prouver…

Nous demandons également l’extension du statut de Zone de Sécurité Prioritaire, mise en place pour les quartiers sensibles de la Paillade et du Petit-Bard en 2013, à toute la ville et son agglomération.
Nous rappelons que la sécurité doit être la priorité principale pour chacun des acteurs politiques, que ce soit localement comme au plus haut sommet du pays.

Pas de racailles dans nos quartiers, pas de quartier pour la racaille!

août 08

Drapeau algérien dans le Tram: la TAM nous répond!

Vous vous souvenez de la photo publiée par la Ligue du Midi du conducteur de tram avec un drapeau algérien à Montpellier?

Et bien la TAM (Transport de l’Agglomération de Montpellier) a réagit aux courriers envoyés par des Montpelliérains en colère.

Ce sont les petites avancées d’aujourd’hui qui font les grandes victoires de demain !

La photo du scandale...

 

Réponse de la TAM

juil 29

Dans le Tarn, ça commence à bouger pour le rom des champs!

Nos campagnes, que l’on croyait jusque-là protégées par la distance, commencent à être envahies par la barbarie. Depuis quelques années, les « voyageurs » voyagent et préfèrent se nourrir sur la bête dans un site enchanteur et douillet. Ainsi après les saccages de terrains de sport à Agde et Aguessac, puis les menaces d’envahissement sur des terres agricoles en Savoie, « nos » voyageurs se rabattent sur le cheptel comme à Payrin- Augmontel dans la France profonde des terroirs entre Castres et Mazamet.

C’est ainsi que depuis près d’un an la famille Cousinié, qui exploite une modeste propriété familiale dans le Tarn, subit tracasseries et « incivilités » dont l’origine avérée est un petit campement de romanichels installé illégalement sur un terrain appartenant à la Communauté d’agglo Castres-Mazamet, à deux pas de l’aéroport, face à la bergerie de ces braves paysans.

En une année les vols divers, les dégradations, les tortures d’animaux, les menaces, se sont multipliés, faisant dire à la fille de Cousinié : «on a peur qu’ils nous mettent le feu à le ferme»… « rien que depuis le début d’année, notre famille a porté plainte neuf fois… »… «On écrit à la préfète, mais c’est pour le moment sans effet». La goutte d’eau qui a fait déborder le vase c’est quand le père Cousinié, venu nourrir ses bêtes – la bergerie est éloignée de plusieurs kilomètres de la ferme- a surpris deux lascars, âgés de dix ans à peine, versant de l’essence dans un abreuvoir. Ceux-ci, dérangés dans leur sinistre besogne, ont prestement sauté la clôture, traversé la route nationale avant de s’abriter derrière les caravanes du campement.

Le journal local peu suspect de xénophobie a relaté ainsi l’horreur : « Revenu sur les lieux, le brave paysan découvrira huit cadavres de brebis et une barre de fer que ces très jeunes adolescents auraient utilisée pour frapper les bêtes». Mais que font les autorités ? Un esprit impertinent répondrait « rien ! »… Mais le directeur de cabinet de la préfète, toujours dans le même journal, s’est défendu ainsi : «on ne peut pas laisser dire que l’on ne fait rien. Cela fait plus d’un an que ce dossier est traité». On aurait envie de rétorquer que si ce fonctionnaire n’a pas réglé une affaire de ce “calibre” en une année il devrait changer de métier; et quand il souligne qu’il refuse «les a priori et les clichés»… on comprend de quel côté vont ses préférences.

Quand à nous, nous avons déjà démontré à Monsieur le directeur de cabinet que mous avons l’habitude d’aller plus vite en besogne puisque à notre appel, des centaines de messages de soutien aux Cousinié sont venus encombrer les services de la mairie et de la sous préfecture, démontrant de quel côté se situe, quant à elle, la population.

Il faut punir les coupables des délits
Il faut faire cesser l’installation illégale sur un terrain public
Il faut que la peur change de camp
Le combat continue !

Rassemblement Patriote Girondin
Ligue du midiRéseau Identités

Renseignements et soutien aux »victimes » :
Jean-Marc Cousinié
rte. Rialet
81660 PAYRIN-AUGMONTEL
Tél : 05 63 97 93 54

Mails et appels téléphoniques à envoyer :
Sous-Préfecture :
Tél : 05 63 71 55 55
Fax : 05 63 72 34 24
Courriel :
sous-prefecture-de-castres@tarn.pref.gouv.fr

Mairie :
46 av. de la mairie, 81660 – Payrin-Augmontel
Tél : 05 63 61 04 00
Fax : 05 63 98 11 95
Courriel :
payrin-augmontel@wanadoo.fr

juil 21

Nouveau livre de Richard Roudier sur la réforme territoriale

«Monsieur le Président, un gouvernement doit toujours avoir une méthode visible à chacun et celle-ci ne doit jamais paraître de son invention, sinon…

…sinon, il laissera infailliblement la place aux soupçons d’arbitraire ou d’arrangements louches. Ainsi, tout découpage territorial sera forcément suspect s’il n’obéit pas à une méthode vérifiable par tous, y compris jusqu’aux enfants des classes primaires… L’évidence est la vertu d’un découpage territorial ; l’obscurité est son crime, ne le savez-vous pas ?»
Contre la région découpée par F.Hollande au mépris de l’Histoire et de la Géographie, Richard Roudier propose un découpage identitaire selon les anciennes aires linguistiques mais corrigé par des aspects fonctionnels…

Richard Roudier – Lettre Ouverte au Président à propos de la réforme des régions, réponse au bazar anti-identitaire – 12€+ 3€ de frais de port – 125 pages

Pour commander cliquez ici

juil 20

Millau : l’Aveyron orange mécanique?

Qui ne connait pas Millau? Sous-préfecture de l’Aveyron, capitale du Rouergue, avec ses causses à perte de vue, son marathon annuel, ses spots d’envol de parapente, ses caves de roquefort et son désormais mondialement célèbre viaduc franchissant majestueusement la vallée…

Malheureusement et bien que située loin des grands centres urbains, Millau semble frappée de folie meurtrière et prise en otage par de véritables gangs armés qui font régner la terreur dès la nuit tombée. En 2010 c’était une rixe avec une bande de 18 maghrébins qui avait couté la vie à un jeune antillais, l’an dernier un drogué en crise poignardait à mort la jeune Aude de 14 ans. C’est hier qu’un nouveau « fait divers » est venu entacher l’image de Millau et de tous ses habitants. Trois rugbymen internationaux de l’ASM Clermont-Auvergne de passage dans la ville ont subi une agression d’une extrême violence à coups de machettes et de sabres de la part d’une dizaine de racailles locales.

Cette situation ne peut plus durer et ce ne sont pas les gesticulations de Mr Valls qui changeront quoi que ce soit. La sécurité des citoyens doit être la priorité car à quoi bon avoir un emploi ou acheter une maison si la racaille fait régner sa loi? Espérons que le fait que les victimes soient des sportifs connus, fasse ouvrir les yeux sur le quotidien de la majorité des français…

La Ligue du Midi apporte tous ses vœux de rétablissement aux 3 internationaux et exige de la préfecture des mesures fortes pour éradiquer la délinquance millavoise.

juil 07

Bourquin, discret sur le taux record de pauvreté de la Région

Mauvaise pioche pour Christian Bourquin, le président de la région Languedoc-Roussillon qui déclarait il y a peu au sujet de la réforme territoriale : »Je ne suis pas contre une réforme. C’est ma terre que je défends. La France a besoin du Sud. De nous (bla-bla-bla… Ndlr). Je dis que lorsque l’on commence à réussir, on ne casse pas 35 ans d’efforts (…). On est passé de la 22ème région à la 9ème en dix ans (…) affirme t-il dans un entretien publié récemment dans le quotidien Midi libre. Il en profitait également pour accuser le maire de Montpellier, le Divers gauche Philippe Saurel, favorable au projet du rapprochement avec Midi-Pyrénées, de sacrifier la ville. Mais, de quel classement voulait il parler? en tout cas pas celui du taux de richesse par habitant.

En effet, le mercredi 2 juillet, l’INSEE publiait une étude reprise par la revue « Challenges » dans laquelle il apparaissait que le taux de pauvreté, c’est à dire la part des Français dont les revenus sont inférieurs à 60% du niveau de vie médian, atteint son niveau le plus haut en 14 ans, à savoir 14,7%. Ce chiffre est en hausse continu depuis 2008. Il faut savoir que 8,7 millions de Français touchent ainsi moins de 977 euros par mois. Les régions les plus affectées par la pauvreté sont la Corse, le Nord-Pas-de-Calais et … le Languedoc-Roussillon où le taux de pauvreté avoisine les 20% c’est à dire 50 % de plus que la moyenne nationale. Un chiffre que Christian Bourquin se gardera bien de commenter, on s’en doute…

Car lorsque notre président de région se réjouit des bons chiffres du Languedoc-Roussillon, il ne peut s’agir que de la croissance démographique -tous les autres indicateurs étant catastrophiques- qui n’est que la conséquence de l’ensoleillement, des bains de mer et du farniente et en aucun cas celle de la qualité de gestionnaire de notre édile régional.

Christian Bourquin, président de région

juil 07

Le 68ème Festival d’Avignon a commencé vendredi

Fondé en 1947 par Jean Vilar, le Festival d’Avignon est aujourd’hui l’une des plus importantes manifestations internationales du spectacle vivant contemporain. Chaque année, en juillet, Avignon devient une ville-théâtre, transformant son patrimoine architectural en divers lieux de représentation, majestueux ou étonnants, accueillant des dizaines de milliers d’amoureux du théâtre de toutes les générations (plus de 130 000 entrées).

Le meilleur y côtoie le pire et dans le pire c’est vers Môsieur Olivier Py, son directeur, qu’il faudra se tourner. Souvenez-vous, c’est lui qui ne voyait « pas comment l’évènement culturel pourrait vivre, défendre ses idées, avec une mairie Front national » !

« Je voulais un festival politique, ouvert à la parole politique Nous y sommes: je suis d’accord avec ces membres du festival lorsqu’ils soulignent qu’il ne s’agit pas d’un combat corporatiste. Le festival d’Avignon aura bien lieu. Nous voulons qu’il ait lieu, (allusion à la grève des intermittents du spectacle) et que le public soit accueilli. Mais dans les bibles remises aux spectateurs, nous avons intégré le carré rouge.» et d’ajouter dans la très grande partialité qu’on lui connait: « Je dis à titre personnel qu’Aurélie Filippetti n’est pas responsable de l’accord du 22 mars. Et il me semble que l’on n’est pas assez attentif à ce qu’a dit Manuel Valls sur le maintien des budgets du spectacle vivant et de la culture en général. C’est très important cette sanctuarisation. »

Mais ne nous y trompons pas, le festival d’Avignon appartient aux Avignonnais et non pas à cette masse de bobos qui quittent leur tour d’ivoire une fois l’an pour aller répandre leurs in-culture avec condescendance dans leur résidence d’été provençale –500.000 € le pied à terre… Olivier Py d’ailleurs reconnait que le pourcentage de jeunes spectateurs est seulement de 16%…

L’allégeance de ce parachuté envers le pouvoir étant sans faille, c’est donc en sa qualité de fayot de premier ordre, que nous vous invitons à boycotter sa comédie (pour ne pas dire son caprice) : en 2013, le Théâtre National de Grèce invitait Olivier Py à mettre en scène la dernière pièce de Yannis Mavritsakis : Vitrioli dans laquelle il exhorte la venue d’un monde nouveau et obscur qui doit correspondre à une nouvelle éthique… Tout un programme… Beurk !!

juil 03

Richard Roudier revient sur le Grand succès de la fête de la Ligue du Midi

“J’aimerai revenir sur la fête annuelle de la Ligue du Midi qui s’est tenue le week-end du 21 et 22 juin. Militants et sympathisants se sont retrouvés dans les Cévennes après une année militante riche en événements. Résolument tourné vers les combats de demain, ce week-end de cohésion fût surtout une occasion de formation au travers d’une série d’ateliers et de conférences sur des thématiques aussi diverses que variées, comprenant à la fois formation intellectuelle et mise en pratique des techniques militantes.

Les travaux commencèrent donc le samedi matin par un premier atelier sur les « réseaux sociaux » et la communication 2.0 en politique. Animée par Antoine Carceller, cette formation avait pour but de montrer comment il était possible d’avoir recours aux outils du quotidien de la vie privée pour en faire de véritables moyens de communication politique. Le deuxième atelier, préparé par Ludovic Garoute, jeune cadre identitaire, porta sur le graphisme ou l’art de mettre l’esthétisme au service de la cause. Véritable formation pratique, cet atelier avait pour but la création d’une banderole et l’ensemble du processus qui va de la conception sur ordinateur jusqu’au au pinceau et à la couleur.

 

Le samedi après-midi fut consacré à des activités plus ludiques avec notamment une randonnée dans la forêt cévenole. Quoi de mieux pour renforcer la cohésion que de mélanger effort physique, notion d’orientation, lecture de carte IGN et redécouverte de sa terre. Une après-midi qui aura entraînée des rencontres inattendues voire cocasses mais toujours chaleureuses (messieurs les gendarmes, bien le bonjour !).

 

Le samedi soir me fournit l’opportunité d’une prise de parole autour d’un buffet riche en produits du terroir. Ce fut l’occasion, puisque ma voix retrouvée parvenait à couvrir le chant d’une cascade, de rappeler les récents engagements des militants identitaires du Languedoc et de présenter les grandes lignes des combats à venir. Cet apéro-repas se conclut par quelques chants dans une ambiance de franche camaraderie. Une fois la nuit tombée, une cinquantaine de participants se retrouvèrent autour d’un majestueux bûcher –type Vosges- pour une émouvante veillée, occasion d’un dernier hommage à notre camarade Jean-Jacques Prost, décédé il y a quelques semaines. Je rappelai les qualités du disparu, au premiers rang desquelles  la bonne humeur, le courage et la disponibilité.

 

La journée du dimanche débuta par une action d’agit-prop de soutien aux habitants de Saint-Julien-de-la-Nef, qui protestaient contre la « rénovation » ratée par la DDE du pont du village qui n’était absolument pas nécessaire et qui s’est révélée très dommageable pour le patrimoine rural. C’est pour cela que militants de la Ligue et habitants du village avaient décidé de barrer symboliquement le pont à la circulation pendant une demi-heure et de recouvrir de polyane noir la rambarde tant décriée faite de moellons industriels jaunâtres.

 

Cet exemple concret d’un militantisme local et enraciné fut une entrée en matière parfaite pour la conférence qui devait suivre. Animée par Cyril Teissier, cette dernière portait sur le localisme où comment créer des alternatives pratiques et réalistes face à la menace mortelle de la grande distribution. La matinée se terminait par une causerie magistrale d’Erick Cavaglia sur la construction européenne, du grand rêve européen à la déchéance de l’Europe de Bruxelles.

Après un copieux repas à base d’une anchoïade du tonnerre de Dieu et de cochonnailles arrosées de Côtes du Rhône, parachevé par une courte sieste sous des pins multi-séculaires, l’après-midi me donna l’occasion de présenter la riposte au bazar anti-identitaire de la réforme territoriale qui va faire l’objet d’un livre à paraître avant le 14 juillet. Face à une réforme nationale, sans queue ni tête, sans aucune logique  sinon celle de conforter les positions de certains caciques socialistes, j’estimai qu’il était  nécessaire d’apporter une réponse concrète et alternative reposant sur des réalités historiques et humaines, en un mot identitaires. Je déclarai solennellement notre adhésion à la création d’une région Grand Languedoc, de Beaucaire à Montauban qui, même si elle n’est pas parfaite à la marge, représente une avancée considérable pour nos idées.

En fin d’après-midi, Antoine Carceller, au cours d’un débat qui permettait à chacun de s’exprimer, rappelait les activités qui avaient marqué les dix derniers mois et revenait sur les combats nationaux auxquels les militants de la Ligue du Midi avaient participé activement que ce soit pour la défense de la famille avec La Manif Pour Tous ou dans la lutte contre la politique du gouvernement au sein du Collectif Jour de Colère avec la manifestation nationale du 26 janvier à Paris ou encore la manifestation régionale du 6 avril à Montpellier où à l’appel de laLigue du Midi, plus de deux cents cinquante identitaires et patriotes s’étaient retrouvés.

 

La journée fut conclue par Olivier Roudier qui présenta les grands axes des combats à venir sur le plan régional et national et en particulier l’extension du champ d’action géographique de la Ligue du Midi en Provence et dans la région toulousaine. « Alors que le pays s’enfonce un peu plus chaque jour, déclarait Olivier, il est désormais temps d’avoir une stratégie globale sur le long terme pour mettre à terre ce système qui ne dissimule plus son ambition de détruire notre identité” . Olivier se félicitait enfin de la forte affluence cette année-ci, évaluée à une centaine de personnes sur deux jours et de l’enthousiasme des participants quant à la qualité des interventions, le tout accompagné de nombreuses adhésions et de propositions de collaboration. Il donna enfin rendez-vous à tous les sympathisants de la Ligue, le mardi 8 juillet, pour notre comparution en Cour d’Appel, avec Josiane Filio responsable de Riposte Laïque, et la présence de Pierre Cassen dans l’affaire du Préfet Boucault.

juin 28

Vite ! Un livre d’histoire pour « les nuls » à Christian Bourquin

Décidément, la région Languedoc-Roussillon a un drôle de défenseur en la personne du président socialiste de région Christian Bourquin. Celui-ci n’a pas hésité à prendre ouvertement position contre la fusion de la région Languedoc-Roussillon avec  Midi-Pyrénées telle que prévue par la nouvelle réforme territoriale. Après avoir fait déployer une banderole géante sur l’hôtel de région de Montpellier, Bourquin entre désormais en « résistance » contre « l’impérialisme » toulousain pour sauver « sa » région mais surtout son budget et sa gamelle quitte à faire oublier que cette fusion, a le mérite de reposer sur des bases identitaires solides, celles du Grand Languedoc qui, bien que n’étant pas parfaites, méritent notre attention.  

Cette agitation autour d’une question sur laquelle il n’a pas beaucoup d’idées n’est visiblement qu’un rideau de fumée monté par ses communicants.  Surtout quand on sait que notre « cher » président vient d’être condamné définitivement à deux mois de prisons … avec sursis (faut pas exagérer quand même) pour délit de favoritisme pour des faits qui remontent à 1999 lorsqu’il était président du Conseil général des Pyrénées Orientales. Avec ses petites économies, Christian Bourquin ferait bien de s’acheter “l’Histoire du Languedoc”, lui qui prétend que la Grande région serait contraire à l’histoire, il y verrait que le Languedoc de Beaucaire à Montauban, a connu plusieurs siècles de gloire et de prospérité sous le règne des Raymond au 11,12 et 13ème siècle et a perduré sous la forme des Etats du Languedoc…

En défendant sa  « petite région », Bourquin cherche ni plus ni moins qu’à préserver ses intérêts et ceux de ses amis douillettement pourvus. Véritable adepte du copinage et du favoritisme, notre « bon président » est d’avantage connu pour ses affaires judiciaires que pour sa culture. Ainsi il a acquis un beau palmarès qui ne cesse de s’étoffer. Condamné à 5 000 € d’amende en 2010 pour une affaire de complicité de délit de faux et minoration de comptes de campagne, deux ans plus tard il est poursuivi pour recel et délit de favoritisme. Enfin en 2013, la Cour Régionales des Comptes a épinglé la région pour l’utilisation de fonds anormalement élevés notamment pour un voyage en Chine à plus de 100 000 €, pour l’achat de vins pour un montant de 130 000 € et pour 30 000 € de fournitures de lit. On comprend mieux pourquoi les impôts locaux sont si élevés dans notre région.

Il faut ajouter enfin que notre grand résistant est originaire de Catalogne nord, terre qu’il a complètement abandonnée depuis que « monsieur » est monté à la capitale régionale (Montpellier) dont il a pris la présidence sur le tapis vert ayant bénéficié du décès du regretté Georges Frèche. D’ailleurs, petite question, monsieur le président, vous qui voulez préserver l’indépendance du Languedoc-Roussillon de peur qu’elle devienne une périphérie de la nouvelle grande région, que pensez- vous de la situation actuelle de la Catalogne-Nord, complètement isolée tant sur le plan économique, géographique que culturel ? Perpignan ne devrait-elle pas acquérir une certaine autonomie vis à vis de Montpellier ? Ah non, c’est vrai, une telle situation réduirait votre budget…

Le Languedoc au Moyen-Âge :  “contraire à l’histoire” selon Christian Bourquin

Articles plus anciens «